Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Pnud s'appuie sur la diaspora libanaise pour financer des projets de développement


Le Programme des Nations Unis pour le Développement a lancé, conjointement avec le ministère libanais des Affaires étrangères et de la diaspora, une initiative originale, LiveLebanon, en direction des expatriés libanais. Il s'agit de mobiliser les Libanais "du dehors" , pour financer des projets de développement dans des régions défavorisées.



La pauvreté touche de nombreuses régions libanaises. (crédit LiveLebanon)
La pauvreté touche de nombreuses régions libanaises. (crédit LiveLebanon)
LIBAN / MONDE. Le Liban est sans doute l'un des rares pays au monde à avoir plus de ressortissants à l'étranger que dans le pays lui-même. On estime en effet la population vivant au Liban à 3,8 millions d'habitants, contre environ 12 millions de personnes qui composent la fameuse diaspora libanaise.

Et cette diaspora n'oublie pas ses racines, puisqu'elle envoie, chaque année, entre 5 et 6 mds$ (3,69 à 4,43 mds€) au Liban, ce qui représente 20% de son PIB. Le Liban se place d'ailleurs au 6ème rang mondial en matière de transferts d'argent des expatriés.

Partant de ce constat, le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) a lancé une initiative originale, en novembre 2009, à l'attention des expatriés libanais. Via un site internet, baptisé LiveLebanon.net, les émigrés du pays du Cèdre sont appelés à effectuer des donations, pour financer des projets de développement dans des régions défavorisées du Liban.

En surfant sur ce site web, les internautes peuvent entrer en contact avec le Pnud et choisir de financer le projet de leur choix, dans leur région d'origine ou pas.

Et les projets ne manquent pas, notamment dans des zones très reculées et quelque peu abandonnées par l'Etat libanais, comme dans le Akkar, au nord, dans la Bekaa, ou dans le Sud Liban.

Des projets de 7 000 à 70 000 $

Certains projets d'adressent aux agriculteurs (crédit LiveLebanon)
Certains projets d'adressent aux agriculteurs (crédit LiveLebanon)
La nature des projets en attente de financement est très diverse. Marta Ruedas, représentante permanente du Pnud au Liban, indique qu'il s'agit de projets relatifs "aux jeunes, à la santé, au social, à l'économie, à l'agriculture".

Effectivement sur le site internet, on trouve, pêle-mêle, un projet de construction de canal d'irrigation au Nord, l'achat et la mise en place en place de générateurs électriques pour un village du Liban sud, ou encore la construction d'abattoirs, d'écoles ou d'aires de jeux dispersés dans l'ensemble du pays, ou enfin, la construction d'un local réfrigéré pour 200 pêcheurs au sud de Beyrouth, à Ouzaï. Des pêcheurs qui font vivre à eux seuls près de 600 familles. Ces projets ont un coût variable, allant de 7 000 $ à 70 000$ ((5 175 à 51 756 €) et ont été choisis en accord avec les collectivités locales pour leur intérêt communautaire.

Depuis le lancement de l'initiative, les dons ont commencé à affluer, du plus petit (10 $ soit 7,39 €) jusqu'à des sommes plus importantes, allant jusqu'à 5 000 $ (3 696 €).
Pour relayer l'information auprès de la diaspora libanaise, le Pnud a désigné quelques ambassadeurs de bonne volonté, une première au Liban, pour représenter l'initiative dans le Golfe, ou encore en Amérique latine. Pour l'instant, les donateurs du Golfe ou du Liban lui-même, sont les plus nombreux.

Une première mondiale

Trois mois et demi après son lancement, LiveLebanon a déjà pu récolter près de 35 000 $ (25 878 €), selon Maïté Abadie, en charge du projet auprès du Pnud.
"C'est encore balbutiant, mais nous sommes satisfaits du résultat, les retours sont très positifs. En deux mois, nous avons déjà récupéré 40% de ce que nous avions estimé", souligne-t-elle.

Car l'intérêt de LiveLebanon, c'est d'offrir à la diaspora la possibilité d'aider leur pays, via un organisme neutre, le Pnud, qui, selon Maïté Abadie, a l'avantage d'être "apolitique, areligieux et de concerner toutes les communautés et l'ensemble du territoire libanais".

L'initiative est une première mondiale. "On connaissait déjà la solidarité des Libanais, mais c'est la première fois que c'est institutionnalisé ainsi ", explique-t-elle.


Jenny Saleh, à BEYROUTH


Vendredi 19 Février 2010



Lu 3403 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 14:10 La Libye s'enfonce dans l'horreur

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Arabie Saoudite : La « Nuits
des Longs Cimeterres »
se poursuit…


avis d'expert

Roland Lombardi, docteur en Histoire, consultant indépendant en géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l'IREMAM de l'Université Aix Marseille.


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF