Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Mucem lutte contre le temps


Le projet du musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée peine à émerger. L’horizon financier dégagé, c’est maintenant un recours déposé par des riverains qui menace l’avenir de cet équipement symbole de Marseille capitale culturelle européenne en 2013.



La maquette du futur musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, près du fort Saint-Jean
La maquette du futur musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, près du fort Saint-Jean
FRANCE. Cinq ans après le choix du projet architectural, l’avenir du musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) reste bardé de gros pointillés.

Plombé par l’épisode de la candidature avortée de Marseille à la coupe de l’America en 2003, le dossier s’est égaré depuis dans les limbes budgétaires du ministère de la culture.

Porte drapeau du dossier de Marseille capitale européenne de la culture, cet équipement dessiné par Rudy Ricciotti est désormais dans la ligne de mire des riverains. La fédération des CIQ du 2e arrondissement et l’association « pour les jardins portuaires » ont déposé un recours gracieux auprès du préfet des Bouches-du-Rhône contre le permis de construire que celui-ci a signé l’été dernier.

Inquiets de l’hyper densité du schéma d’aménagement du J4, ils espèrent obtenir du représentant de l’Etat une révision du projet d’ensemble.

Epée de Damoclès

i« Je n’ai rien contre le Mucem en lui-même, ni contre Rudy Ricciotti. Mais cela fait des années que l’on demande à l’[EPA Euroméditerranée d’ouvrir une véritable concertation sur les aménagements de l’esplanade qui jouxte le fort Saint-Jean. En vain. Personne ne daigne nous répondre », ]is’emporte Jean-Jacques Guipert, président de la fédération des CIQ du 2e ardt, qui pointe par ailleurs l’absence d’espaces verts au sein du quartier.

L’intéressé ne cache pas que son offensive vise moins l’architecture du musée que la philosophie de l’aménagement. Alors pourquoi un recours contre le permis de l’édifice ? « On ne nous a pas laissé le choix. Ce recours était le seul moyen que nous avions pour nous faire entendre », rétorque M. Guipert qui espère que le préfet saura convaincre la ville et l’EPAEM de remettre le dossier d’urbanisme à plat d’ici l’échéance légale du mois de juin.

« En cinq mois, on a largement pour la place pour négocier sans que pour autant on retarde le projet qui en sera encore au stade des études », affirme M. Guipert. Que se passerait-il si le préfet refusait d’ouvrir le dialogue ? Le représentant des CIQ refuse d’envisager cette éventualité. Mais il affiche sa détermination : « On a un excellent avocat et un dossier en béton ! », prévient-il, brandissant la menace d’une saisine du tribunal administratif..."

L’EPAEM lance ses « états généraux »

Le Mucem lutte contre le temps
Dans les rangs de l’EPAEM, on accuse le coup. « C’est une catastrophe ! », se désole Guy Teissier qui fustige « les snippers » qui flinguent à tout va « les projets de développement de Marseille ». Cet écueil passe d’autant plus mal que l’EPA s’apprête à mettre en place une mission de coordination des maîtrises d’ouvrage sur le J4 afin de s’assurer que le déroulement des travaux des grands équipements prévus (Mucem, Centre régional de la Méditerranée, parking...) se réalise sans encombres.

Lors de ses voeux à la presse, le président de l’EPAEM a tendu la main aux habitants en annonçant la création des « états généraux d’Euroméditerranée » dont le but sera justement de nouer un dialogue avec tous les acteurs de l’opération (CIQ, élus, collectivités, commerçants, entreprises...) afin de trouver « des réponses concrètes et pragmatiques aux attentes de chacun ».

Calendrier serré

Cette nouvelle épée de Damoclès judiciaire arrive d’autant plus mal que l’horizon financier du projet semblait enfin s’être dégagé.

Lors de son passage à Marseille pour l’inauguration des nouveaux locaux du Département de recherche archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm) le 22 janvier, la ministre de la Culture Christine Albanel a confirmé l’engagement de l’Etat et le lancement des premiers travaux préliminaires. Surtout, dès cette annonce, des crédits ont été débloqués permettant de remettre en ordre de marche le contrat de maîtrise d’oeuvre des architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta.

Désormais, le compte à rebours est enclenché : entre les études techniques (9 mois), les appels d’offres des entreprises (fin 2009), le chantier (2 ans), le déménagement des collections du musée des ATP et la création du nouveau parcours muséographique (1 an), le calendrier est extrêmement tendu.

Si tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes, le Mucem pourrait être opérationnel pour fin 2012-début 2013. En cas de recours judiciaire... le sablier exploserait, réduisant à néant l’espoir d’inaugurer ce musée lors de l’année 2013.

Projet muséal modifié ?

A ces menaces s’ajoute la remise en cause du projet scientifique. L’an dernier, la ministre de la culture Christine Albanel avait nommé une mission d’expertise pour réfléchir à une réorientation du contenu du musée. Une annonce vécue comme un camouflet par Michel Colardelle, directeur du Mucem et instigateur de la délocalisation de l’actuel musée des arts et traditions populaires (ATP) de Paris à Marseille.

Lors de son discours de voeux prononcé à Nîmes le 13 janvier devant les forces vives de la culture, le chef de l’Etat a enfoncé le clou en annonçant l’ouverture prochaine dans la cité phocéenne d’un « grand musée des arts et des civilisations de la Méditerranée », passant par pertes et profits la dimension euroméditerranéenne au fondement même du projet...

Simple lapsus ? A Aix, dans les rangs de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), engagés depuis le début aux côtés de Michel Colardelle dans la création d’un grand musée ethnologique jetant des ponts entres deux rives, on craint que cette affirmation ne préfigure le prochain débarquement du directeur et la remise à plat du projet muséal.

Les collectivités vont-elles payer le fonctionnement ?

Bref, dans les milieux culturels, l’inquiétude monde. Et le gouvernement ne fait rien pour l’apaiser.

Lors de son passage à Marseille, Mme Albanel, la ministre de la Culture, a lâché une petite bombe en révélant que le gouvernement entendait créer un établissement public de coopération culturelle (EPCC) pour assurer l’exploitation de l’équipement.

En clair, les collectivités seront invitées à participer au financement de l’opération (MPM, ville de Marseille, CG 13, région Paca).

Or, le montant de l’enveloppe annuelle nécessaire au fonctionnement du musée et de ses 150 salariés devrait tourner autour de 10 à 12 M€.

En créant un EPCC, l’Etat se délesterait donc sur le dos des collectivités d’une partie de la facture. Une manœuvre que ces dernières ne manqueront pas de trouver saumâtre : le Mucem est en effet un musée national qui devrait à ce titre être intégralement financé par le budget du ministère de la Culture...




Vendredi 30 Janvier 2009



Lu 4775 fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise