Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le « Monsieur Algérie » français devant les entrepreneurs provençaux


Le haut responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne était invité par la Chambre de commerce et d’industrie régionale de Provence-Alpes-Côte d’Azur pour présenter sa mission aux entrepreneurs et identifier les compétences régionales.



Jean-Louis Levet propose aux Algériens de travailler avec les meilleurs professionnels français. (photo : CG)
Jean-Louis Levet propose aux Algériens de travailler avec les meilleurs professionnels français. (photo : CG)
FRANCE / ALGÉRIE. « L’axe Paris-Alger est central pour la France, autant que l’axe Paris-Berlin », pose d’emblée Jean-Louis Levet, le haut responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne, devant un panel d’entrepreneurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) convoqué par la Chambre de commerce et d’industrie régionale, jeudi 30 janvier 2014, à l’occasion de la présentation de son bilan à mi-mandat. C’est pour cette raison que Jean-Louis Levet a été nommé en mai 2013 « Monsieur Algérie » par le gouvernement français qui souhaite développer avec Alger « des fondamentaux de coprospérité », soit des partenariats poussés dans les domaines de la formation professionnelle, de la recherche, du développement des infrastructures d’appui aux entreprises ou des coproductions.

Il démarre à Marseille une tournée des villes de France qui vise certes à présenter sa mission, mais aussi à identifier leurs savoir-faire spécifiques, leurs compétences propres, permettant de répondre aux besoins exprimés par les responsables économiques algériens. « Je travaille au cas par cas, et je ne fais pas d’aménagement du territoire. Il ne s’agit donc pas de choisir une entreprise ou une organisation dans chaque région française, mais de proposer aux Algériens de travailler avec les meilleurs professionnels de notre pays », explique Jean-Louis Levet.

Prendre la place

Une dizaine d’accords ont d’ores et déjà été signés lors de la conférence intergouvernementale d’Alger en décembre 2013, dans les domaines de la formation supérieure, de la recherche ou de la normalisation. Jean-Louis Levet insiste sur le potentiel que représente l’Algérie pour les entreprises : « L’Algérie compte parmi les cinq premiers marchés de groupes tels que Renault, Sanofi ou Alstom. Ce pays, et l’ouverture vers l’Afrique qu’il propose, représentent un important levier de croissance ». Cette relation économique inclut également les investissements : hors hydrocarbures la France est le premier investisseur en Algérie. Malgré ces relations bien établies, rien n’est acquis pour Jean-Louis Levet qui prévient : « Si d’ici cinq ans, nous n’avons pas développé nos relations avec l’Algérie dont l’objectif est de passer d’une économie rentière centralisée à une économie entrepreneuriale décentralisée, ce sera l’Allemagne, la Chine, la Corée du Sud ou l’Italie qui auront occupé l’espace ».

Reste que pour travailler aux côtés des Algériens, les entrepreneurs français décrivent un environnement complexe, une bureaucratie lourde et des efforts qui tardent parfois à payer. « Le développement international représente un risque pour une entreprise, avance Jean-Daniel Beurnier, le président de la commission CCI International PACA. Les pays du Golfe paraissent aujourd’hui plus attractifs, du fait des conditions bancaires et financières qu’ils proposent, mais aussi de leur position stratégique et des infrastructures logistiques qui ouvrent vers de nouveaux marchés ». « Les conditions sont les mêmes pour tous les pays qui approchent le marché algérien, répond Jean-Louis Levet. Nous avons néanmoins un avantage considérable, celui de la langue et d’une culture commune, qui facilite les relations de long terme entre nos deux pays ».

Des relations à developper

Le haut responsable à la coopération industrielle et technologique franco-algérienne se défend de n’être qu’un étage de plus dans les organismes visant à développer les relations commerciales extérieures de la France. « Je travaille en amont des actions que mène Ubifrance, directement auprès du ministre de l’Industrie algérien, précise Jean-Louis Levet. L’Algérie est le seul pays où la France a mis en place une telle mission. Et aucun autre État ne déploie de tels moyens auprès du gouvernement algérien. Notre façon d’aborder ces relations économiques, loin des rapports coloniaux, est très appréciée ».

Les échanges commerciaux entre la France et l'Algérie ont triplé en douze ans, selon le ministère français des Affaires étrangères, dépassant les 10 mrds € en 2010. La France demeure le premier fournisseur et le quatrième client de l’Algérie (troisième client hors OCDE après la Chine et la Russie, avec 6,36 mrds € en 2012) et les échanges commerciaux continuent de dégager un excédent en faveur de la France (troisième excédent de la France après le Royaume Uni et Hong Kong). Néanmoins, la présence française subit une érosion constante depuis 2000 (part de marché de 12,8% en 2012 contre 25% en 2000), en raison d’une concurrence accrue (Italie, Espagne, Allemagne, Turquie mais surtout Chine). La France semble proportionnellement avoir moins profité que ses concurrents de l’ouverture relative de l’économie algérienne.





Vendredi 31 Janvier 2014



Lu 1584 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise