Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Métro du Caire en extension continue





Pour décongestionner son trafic, la ville du Caire investit en permanence dans l'extension de son métro. La phase 3 de la ligne 3 se trouve en cours de chantier pour relier, à terme, le centre-ville à l'aéroport.



Le métro du Caire va s'étendre à toute l'agglomération (photo D. Bocquet)
Le métro du Caire va s'étendre à toute l'agglomération (photo D. Bocquet)

ÉGYPTE. Ville tentaculaire avec près de dix-huit millions d'habitants (20 millions prévus en 2020), le Caire souffre, comme toutes les grandes capitales, méditerranéennes ou non, d'une congestion de son trafic.

Le métro du Caire a vu le jour en septembre 1987, après vingt-trois ans de travaux. La capitale égyptienne était alors la première ville du continent africain à bénéficier de ce mode de transport. La ligne 1 compte trente-cinq stations (dont cinq souterraines) et la ligne 2, inaugurée en quatre phases d'octobre 1996 à janvier 2005, en propose vingt (dont douze souterraines).

La capitale égyptienne, via la National Authority for Tunnels (NAT), investit en permanence dans l'extension de son métro pour lui permettre à terme de desservir l'ensemble de son agglomération urbaine et le relier aux autres modes de transports collectifs. Après les lignes 1 et 2, se profile la ligne 3.

Sa construction a débuté en juillet 2007. Deux phases, sur quatre, ont déjà été livré en 2012 et mai 2014 dotées respectivement de cinq et quatre stations. Depuis les premières poses de rails, les entreprises françaises décrochent quasiment tous les contrats en partenariat avec les locaux Orascom et Arab Contractors. En avril 2016, le consortium Vinci-Bouygues emportait ainsi un chantier de 1,2 mrd€ sur cette phase 3. Un contrat venant après celui de février 2015 (440 M€)  obtenu sur ce prolongement par six groupes français (Alstom, Thalès, Colas Rail, Vinci, Bouygues et Eurovia).


Trois autres lignes en projet

La ligne 3 comprendra deux branches avec un dédoublement à l'ouest de la ville, permettant d'atteindre l'aéroport du Caire et l'université au sud. En tout, sur trente-trois kilomètres, vingt-neuf stations dont vingt-trois souterraines. Elle passera sous le Nil et reliera, à terme, le centre-ville du Caire à l'aéroport.

Quinze nouvelles stations se trouvent actuellement en cours de construction représentant 17,7 km de voies ferrées.

La Banque européenne d'investissement (BEI) participait déjà, en novembre 2012, au financement de cette extension en accordant un prêt de 200 M€ (sur 600 M€ versés en trois tranches en décembre 2015 et septembre 2016) co-financé par l'AFD pour un montant total de 940 M€. La France, en septembre 2012, a accordé une subvention non remboursable d'une valeur de 300 M€.

La phase 4 de la ligne 3 comprendra huit stations en 2018.

Le métro a pour vocation de lutter contre la pollution en favorisant ce transport collectif plus doux pour l'environnement que les voitures et même les bus. Mais aussi contre la propre pollution qu'il engendre. La BEI vient donc de signer un prêt de 75 M€ qui va permettre la modernisation des wagons et réduire les émissions de CO2.

Une quatrième ligne se trouve en projet à l'horizon 2022 pour relier les pyramides de Gizeh à Nasr City. Deux autres devraient également être lancées : la ligne 5, circulaire et souterraine, et la 6 qui traverserait le Caire du Nord au Sud pour décongestionner la ligne 1.

Le métro est emprunté quotidiennement par trois millions de personnes avec une projection à cinq millions en 2020.




Mardi 13 Décembre 2016




Lu 1634 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil