Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Maroc surfe sur le vent de la contestation


A la faveur des événements en Tunisie et en Egypte, une certaine jeunesse marocaine prend la parole.



Centre ville de Rabat (photo Christelle Marot)
Centre ville de Rabat (photo Christelle Marot)
MAROC. Depuis le lancement de l’appel à manifester le 20 février 2011 à travers le royaume, les internautes marocains se déchainent.

Pour Rachid Antid, alias Rachid Spirit-Zata, l’un des fondateurs du mouvement « Liberté et Démocratie maintenant » sur Facebook, qui regroupe quelques 8 200 membres, c’est le moment d’aller porter sur le terrain leurs revendications politiques : liberté de critiquer et de manifester, révision de la Constitution pour entériner la séparation des pouvoirs, dissolution du gouvernement.

« On veut la démocratie réelle, pas un théâtre, où les partis politiques ne représentent personne », explique t-il.

« Beaucoup de Marocains vivent dans une grande pauvreté et ce sont les mêmes familles qui détiennent les richesses et le pouvoir politique », dénonce t-il.

En face, la riposte est sévère.

Sur la propre page Facebook du ministre marocain de la Jeunesse et des Sports, Moncef Belkhayat, ces lignes : « Il faut rentrer dans le maximum de groupes Facebook pour faire face à ces appels à manifestation. Leur objectif est de nous déstabiliser pour que les Nations-unis votent une résolution contre notre pays ». Egalement : « Mobilisons-nous pour que nos ennemis ne créent pas la zizanie dans notre cher pays! ».

Les islamistes et les diplômés chômeurs aussi

Outre une certaine jeunesse, les islamistes surfent sur le vent de contestation qui semble se lever dans le royaume. Le mouvement Al Adl Wal Ihssane (Justice et Bienfaisance), interdit mais toléré par les autorités, et qui revendique 200 000 adhérents, n’a pas exclu de participer aux rassemblements du 20 février 2011.

Par ailleurs, un millier de diplômés chômeurs se sont dirigés vers le Palais royal à Rabat, jeudi 10 février 2011 dans la soirée, pour dénoncer l’inaction du gouvernement et demander la démission du Premier ministre, Abbas El Fassi.

Pour Mohamed Jeghllaly, chercheur en sciences politiques, les événements en Tunisie et en Egypte auront des effets sur le royaume: « Le Marocain lambda a pris confiance en lui, on assiste à une prise de parole politique, cela devient une affaire de citoyen, et plus seulement entre les mains des seuls journalistes ou responsables politiques ». Pour le chercheur, la société civile marocaine devrait gagner en audience dans les prochains mois.


Christelle Marot, à CASABLANCA


Lundi 14 Février 2011



Lu 4938 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte


Commentaires

1.Posté par bensaidms le 15/02/2011 11:45
La contestation est un droit mais dans les normes de la civilité (c’est l’opposition qui crée l’évolution).
Oui, nos partis sont vieux et déphasés.
Notre parlement est un vrai lieu de sieste quand les députés sont présents; et une salle couverte vide quand les députés font des fugues.
L’Affaire du Sahara est l’affaire de tous les marocains et non l’affaire d’un ministère.
Il ne faut pas oublier que beaucoup d’internautes marocains sont de vrais soldats sans soldes pour la défense de l’intégrité territoriale. Leurs seuls émoluments c’est notre amour pour ce royaume (toute la société civile doit se réveiller en concertation avec le politique pour agresser la politique de notre ennemi juré (le pouvoir d Alger et non rester en défensive à la merci de leurs magouilles)
Pour gagner la guerre du Sahara il faut instaurer la démocratie, une vraie démocratie, et notre ministre de la communication doit arrêter d’harceler les journaux qui ont un autre avis de notre pays ; car chaque fois qu’il censure un journal il ne fait que ternir l’image démocratique du Maroc (M. le Ministre, la censure ne sert absolument à rien avec la Mondialisation et l’INTERNET; soyons logiques et adaptons nous aux sciences nouvelles)
Enfin le Maroc appartient à 32 millions de marocains et non à une poignée d’opportunistes qui ne rate pas la moindre occasion pour privilégier ses intérêts personnels
Pour que vive notre royaume un réajustement s’impose tant au niveau politique que médiatique que social.
Il n y a pas d’autres alternatives pour rester ancré au monde libre.
Donnons l’exemple à ces pays qui se révoltent à raison contre les dictatures arabes et prouvons leurs que le Maroc est déjà dans la voie de la démocratisation et qu’un coup de champignon est indispensable pour accélérer les réformes conformément au Maroc du 21ème siècle
Longue vie à notre royaume aimé. Soyons intelligents.

2.Posté par Kabs le 15/02/2011 15:19
Le Maroc est totalement à l’opposé de ce qui se passe chez ses voisins Tunisiens, Algériens et Egyptiens de par son système de gouvernance et son histoire.
Notre révolution à nous, on la vit chaque jour sans heurts ni morts ! Le nord se développe comme le sud du pays. Des grands chantiers d’autoroute, de barrages, de chemins de fer, de tourisme et d’autres secteurs des technologies de l’information et d’industrie ont pu créer des milliers d’emplois sans parler de l’agriculture.
Pour les fameux droits de l’Homme qu’on nous sort à chaque fois, sachez que le Maroc a traversé les années de plomb de Driss Basri et les mêmes militants politiques du genre de Feu Driss Benzekri on tenu à défendre les institutions de l’Etat bec et ongle après leur sortie de prison tout en continuant à défendre les acquis sociaux et les droits humains.
Nous n’avons pas besoin de leçons ni de phénomène de « copier/coller » parce que nous avons notre propre personnalité et notre propre façon de régler nos problèmes en interne et en famille.

3.Posté par azerou le 15/02/2011 16:23
Manifester le 20 février ça ne sert à rien ! Ça fait des années qu'on manifeste au Maroc, il est évident que ça ne peut que nuire à l'image et au tourisme du Maroc, et oui !!! En ces temps très durs .... il est aussi évident que politiquement ça doit changer ... et VITE... Après le changement en Egypte, si on ne comprend pas que ça va impacter tout le monde arabe, c'est qu'on n’a rien compris du poids de l'Egypte dans la culture arabe. J'aimerais que le Maroc accompagne ces changements au lieu de les subir. Les futurs manifestants devraient plutôt faire une lettre au Roi Mohamed 6 avec leurs revendications et la faire signer par le maximum de citoyens....et le palais fera sûrement des ajustements ...une sorte de règne M6 deux-point-zéro.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise