Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Maroc prévoit de faire 12% d’économie d’énergie d’ici 2020

Spécial 13e conférence FEMIP



Contraint par une balance commerciale grevée par l’importation de produits pétroliers, le Maroc a lancé les États généraux de l’efficacité énergétique. L’enjeu, une économie d’énergie de 12%. Dans l’agriculture, un programme de remplacement des pompes à gaz par des pompes solaires sera bientôt actif.



Saïd Mouline, directeur général de l'Aderee (photo DR)
Saïd Mouline, directeur général de l'Aderee (photo DR)

MAROC. Dans la région méditerranéenne, le Maroc fait mieux que l’Union européenne. Il consomme moins de 62 tonnes équivalent pétrole par point de PIB contre 88 pour l’UE. Et pour cause, sa facture énergétique plombe sa balance commerciale. En 2012, cette note s'élevait à 98 milliards de dirhams (8,7 mrds€). Mi-décembre 2013, l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (Aderee) présentera le bilan des États généraux de l’efficacité énergétique lancés en début d’année.

 

Elle a d’ores et déjà identifié plusieurs grands secteurs pour économiser 12% en 2020 et 15% en 2030 de l’énergie consommée dont l'agriculture. Les pompes, mais aussi les tracteurs, moteurs, séchoirs, et bâtiments d’élevage se trouvent donc dans la ligne de mire de l'Aderee.
 

« Nous avons réalisé, avec le soutien du Groupe Crédit Agricole Maroc, des audits énergétiques sur dix grandes fermes du Maroc », indique Saïd Mouline, directeur général de l’Aderee.

Grâce aux recommandations, les résultats annuels moyens par exploitation, s’annoncent particulièrement encourageants : 100 tonnes d’émissions CO2 en moins, une économie de 130 000 KWh, équivalent à 180 000 dirhams (16 000 €), pour un surcoût d’investissement initial de 140 000 dirhams (12 500 €) seulement, ce qui garantit une rentabilisation en neuf mois, détaille le Crédit Agricole.  

Des pompes solaires rentables

(photo Aquanernegie solaire)
(photo Aquanernegie solaire)

Pour parvenir à ces économies, l’Aderee veut notamment remplacer les vieilles pompes à eau au gaz et au diesel par des pompes solaires.

« Nous mobilisons 400 millions de dirhams (35,7 M€) de subventions pour aider les agriculteurs à passer le cap, explique Saïd Mouline. Dès le début de 2014, les petits exploitants pourront souscrire un emprunt auprès du Crédit agricole accompagné d’une subvention issue du fonds pour le développement agricole pouvant aller jusqu’à 50% du coût de l’investissement. »

Près de 8 000 petites et moyennes exploitations devraient pouvoir mettre en place des pompes écologiques.
« Les pompes solaires demandent un investissement très important, mais à terme beaucoup plus rentable pour les agriculteurs. Nous avons donc décidé d’aider seulement les petits agriculteurs qui ne peuvent pas assumer un tel investissement de départ », justifie Saïd Mouline.

Aucune obligation réglementaire n'interviendra pour contraindre les grandes exploitations à passer également au pompage solaire.
« Généralement, les agriculteurs sont réceptifs car il s'agit d'un système véritablement rentable. Plusieurs grandes exploitations y sont même passées de leur propre chef. Nous prévoyons de sensibiliser ces riches propriétaires pour leur montrer où se situent leur intérêt, mais nous ne les subventionnerons pas », affirme le directeur général de l’Aderee.

Le passage du gaz au solaire sera également un soulagement pour l’État marocain. Il subventionne 100 dirhams par bouteille de gaz. Or, certaines exploitations consomment trente bouteilles par semaine pour le pompage.  





Mardi 3 Décembre 2013



Lu 1771 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA