Econostrum
pub

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Le Maroc prend ses précautions


Le Maroc continuera à subventionner les produits de base, comme le pétrole, le sucre, l'huile, la farine.



Médina de Tanger (photo Christelle Marot)
Médina de Tanger (photo Christelle Marot)
MAROC. Khalid Naciri, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a annoncé mardi 25 janvier 2011, lors d’un point presse, que le Maroc, via la Caisse de compensation, continuera à subventionner les produits de première nécessité, notamment le pétrole, le gaz butane, le sucre, l’huile, la farine et le blé dont les prix explosent à l’international.

Les dépenses de la Caisse de compensation avoisinent les 26 mds de MAD au titre de l’année 2010 (environ 2,3 mds€), soit un dépassement budgétaire de près de 126% par rapport aux prévisions.

Sur la base d’un baril du pétrole à 78$ et une croissance de 5% en 2011, la loi de Finances pour l’année fiscale en cours estime à 17 mds de MAD les dépenses de compensation (1,5 md€), soit 2% du PIB. Un scénario, qui au vu de l’envolée des cours mondiaux, paraît bien éloigné de la réalité.

« Nous traversons une zone de turbulences économiques et financières internationales particulièrement éprouvantes, mais nous sommes décidés à faire tout ce qui est nécessaire pour préserver le pouvoir d'achat des citoyens », a assuré le ministre.

Comme l’Algérie et la Libye, le Maroc augmente ses stocks de céréales. Il a lancé le 12 janvier 2011 un appel d’offres pour l’achat d’environ 255 000 tonnes.

La question des diplômés chômeurs

« Dans les bus, les taxis, à l’épicerie, les gens parlent, ils ne sont pas contents, les prix ont beaucoup augmenté, la facture d’électricité aussi », explique Malika, employée de maison à 2 500 MAD par mois (220 €).

« C’est vrai que les gens sont mécontents en ce moment à cause de la hausse des prix, les problèmes de logement et il y a aussi la difficulté pour les jeunes à trouver du travail », indique de son côté Ouafa, originaire du quartier populaire de Sidi Moumen à Casablanca.

« La question des diplômés-chômeurs est une problématique importante que nous traitons à bras le corps », a du reste souligné Khalid Naciri, lors du point presse. Le ministre a cru bon de préciser que l’engagement de son gouvernement sur cette question n’était pas lié aux événements survenus en Tunisie.

Au Maroc, le taux de chômage global avoisine les 10%, mais paradoxalement atteint près de 18% chez les diplômés du supérieur et 27% notamment chez les diplômés des facultés.

Le Premier ministre, Abbas El Fassi, a annoncé la semaine passée la fixation d’un quota de 10% pour le recrutement dans l’administration marocaine des diplômés-chômeurs, en 2011 et 2012.

Devant le Parlement à Rabat, certains de ces diplômés-chômeurs avaient tenté de se transformer en torches humaines en juin 2010.


Christelle Marot, à CASABLANCA


Mercredi 26 Janvier 2011



Lu 5123 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par Jamal le 26/01/2011 22:13
Ça ne sert plus à rien !!!

Le mal a été fait déjà !!!

2.Posté par MAROCAIN le 29/01/2011 00:47
ET LE MAROC !!!
Là où l'ancien roi Hassan 2 a fait des génocides et personne n'en parle !!
Et son fils continue de réduire au silence les journalistes en les emprisonnant et en mettant même leurs directeurs en prison !!!

Ce pays qui est le MAROC met des gens en prison sans jugement !!!!

C'est un pays de dictature où les droits de l'homme ne sont pas respectés !!!

3.Posté par Myriam le 15/02/2011 18:38
Il faut arrêter de vivre dans le passé ! Allez de l'avant !!
Hassan II n'a jamais commis de génocide!! je te renvoie à la définition de génocide par la même occasion!
Et pour les crimes qu'il a pu commettre a été mise en place l'Instance Equité et Réconciliation.
Ce n'est pas une dictature, d'ailleurs si c'était le cas pour tes propos tu serais déjà mort.
Et comme c'est de la diffamation, tout le monde a le droit de poursuivre l'auteur de cette diffamation.
A bon entendeur salut!


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertTurquie : les risques assumés de l’option kurde
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
L’accélération brutale de la crise au Proche Orient avec l’exportation du conflit syrien en Irak, a deux conséquences pour la Turquie...

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL’économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d’acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d’Algériens.

avis d'expertLa diaspora maghrébine : un potentiel économique à exploiter pour favoriser le développement économique de la région méditerranéenne
 
Amal Chevreau, responsable du pôle Etudes d'Ipemed
La circulation des personnes constitue la quatrième dimension de la mondialisation, aux côtés de celle des marchandises, des flux financiers et de l'information...
 

Autres avis d'experts