Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Maroc déçu par l'UPM


Lors du second forum mondial de Fès sur l’Union pour la Méditerranée : « Quel bilan, pour quelles perspectives ? », les officiels ont tenu à réitérer leur engagement en faveur du processus. Mais participants et opérateurs économiques ne cachent pas leur déception.



Le Maroc a réitéré son engagement lors du second forum de Fès sur l'Union pour la Méditerranée (photo CMIESI)
Le Maroc a réitéré son engagement lors du second forum de Fès sur l'Union pour la Méditerranée (photo CMIESI)
MAROC. Au Maroc, malgré le discours ambiant des officiels qui se veut rassurant, la confiance dans l’avenir de l’Union pour la Méditerranée (UPM) est largement écornée.

Bien que la secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Latifa Akherbach, ait réitéré à Fès l'engagement fort et actif du Maroc en faveur de l’UPM, « les participants, de retour du second forum mondial de Fès sur l’UPM, étaient déçus », confie un cadre de la Caisse des dépôts et de gestion du Maroc (CDG) préférant garder l'anonymat.

Pour de nombreux participants et observateurs, l’agression israélienne contre Gaza survenue début 2009 conjuguée à la crise économique mondiale, qui mobilise toutes les énergies et assèche les financements, a enrayé la machine.

L'UPM a rapporté des acquis

Selon l’ambassadeur Mohamed Fatih Naciri, de la Ligue arabe, la réussite de cette Union et la réalisation du bien-être et du développement de la région méditerranéenne restent tributaires de l’avancement du processus de paix au Proche-Orient.

« La Ligue arabe avait salué et adopté le projet de l'UPM, étant donné son importance cruciale pour le développement de toute la région, mais la tragédie de Gaza a malheureusement influé sur son avancement », a-t-il indiqué.

Toutefois, « plus que toute autre institution, l’UPM a rapporté des acquis avant même d'être née. Pour la première fois, la Ligue arabe, avec toutes ses attributions, est acceptée au sein d’une instance du genre, c’est une première de voir un Secrétariat général adjoint constitué d’un Palestinien et d’un Israélien », a fait remarquer André Azoulay, conseiller du roi Mohammed VI et président de la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures.

Tournant décisif

« L’UPM se vide de son enveloppe et c’est une bêtise », estime quant à lui un haut responsable de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) souhaitant rester discret. « Il faut pourtant créer des zones de prospérité dans le monde pour favoriser le business, gagner en rentabilité (…) Voyez l’exemple de Safran qui a gagné des marchés en venant s’installer au Maroc. Le laissez-aller par rapport à l’UPM constitue une erreur stratégique régionale importante et la France porte une part de responsabilité dans ce laissez-aller. »

« L’histoire de la Méditerranée arrive à un tournant décisif. Elle est victime de cette pénurie de régionalisation alors qu’elle doit faire face à cinq transitions majeures : énergétique, climatique, démographique, économique et politique. L’alternative apparait très claire, nous unir ou nous marginaliser », a plaidé de son côté Abdelhak Azzouzi, universitaire, président du Centre marocain interdisciplinaire des études stratégiques et internationales (CMIESI), organisateur du Forum.

Du côté des opérateurs économiques, c’est le sentiment de rater un rendez-vous historique, économique, entre l’Europe et son pourtour méditerranéen.



Egalement au sommaire de notre dossier

 

L’Union pour la Méditerranée va-t-elle sortir de sa voie de garage ?

 

Olivier Stirn : « L’UPM doit créer un axe Euro-Afrique »

 

L’UPM ne fait pas recette auprès des Algériens

 

Gilles Pennequin : « Il ne faut pas attendre la paix pour faire des projets »

 

Israël n'est pas près de s'investir dans l'Union pour la Méditerranée

 

Philippe de Fontaine Vive : « Il faut accepter de ne pas passer le niveau politique »


 

Egalement au sommaire de notre dossier

 

L’Union pour la Méditerranée va-t-elle sortir de sa voie de garage ?

 

Olivier Stirn : « L’UPM doit créer un axe Euro-Afrique »

 

L’UPM ne fait pas recette auprès des Algériens

 

Gilles Pennequin : « Il ne faut pas attendre la paix pour faire des projets »

 

Israël n'est pas près de s'investir dans l'Union pour la Méditerranée

 

Philippe de Fontaine Vive : « Il faut accepter de ne pas passer le niveau politique »

 



Christelle Marot, à CASABLANCA


Mardi 23 Juin 2009



Lu 4392 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise