Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Maroc conforte sa filière automobile


Le gouvernement marocain signait début août une série de contrats destinée à accompagner le développement du secteur automobile. Un millier d'emplois pourrait être créé.



Le Maroc renforce son réseau de sous traitants automobile. Photo AMDI.
Le Maroc renforce son réseau de sous traitants automobile. Photo AMDI.
MAROC. Le ministère de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies du Maroc et le Fonds Hassan II ont signé début août 2013 avec les sociétés Leoni Bouskoura, Leoni Ain Sebaa, Yazaki Morocco, Process Industriels Delsur, Centrale d’Equipement et de Carrosserie Industrielle et SNOP une série de contrats d'investissements portant sur l’extension ou la création de sites de production du secteur automobile. >
 
Après un investissement de 13,6 M€ dans l'extension de leurs sites, Leoni Bouskoura, Leoni Ain Sebaa et Yazaki Morocco produiront des câbles automobiles, essentiellement pour Renault et Peugeot. Les nouvelles chaînes de production nécessiteront à terme près de 900 embauches.

 
Dans la zone franche de Tanger, la nouvelle usine d’injection et d'assemblage des pièces en plastique de Process Industriels Delsur représente une enveloppe de 9,2 M€ et la création de 81 emplois.

 
Après un investissement de 5,7 M€ et une cinquantaine d'embauches, la CECI (Centrale d’Equipement et de Carrosserie Industrielle) fabriquera dans son nouveau site de production des composants pour véhicules utilitaires et semi-remorques.

 
Enfin, la société Snop va agrandir son usine d’emboutissage et découpe de pièces métalliques située dans la zone franche de Tanger. Le projet représente un coût de 3,6M€ et 40 créations d'emplois. 

Formation

La Maroc multiplie les centres de formation aux métiers de l'automobile. Photo AMDI
La Maroc multiplie les centres de formation aux métiers de l'automobile. Photo AMDI
La signature de ces six projets industriels suit de quelques jours l'annonce par le gouvernement marocain de la construction de trois centres de formation aux métiers de l'automobile. Les trois instituts mobiliseront près de 40 M€ d'argent public. Installés à Kénitra (Atlantic Free Zone), à Casablanca et dans la zone franche de Tanger, ils formeront annuellement plus de 3 000 personnes.

Le Maroc poursuit ainsi une stratégie qui a porté ses fruits avec Renault. Pour attirer le fabricant automobile, le royaume marocain a déroulé le tapis rouge : l'usine de Meloussa, près de Tanger, bénéficie de cinq ans d'exonération d'impôts, d'infrastructures de transports dopés, l'État finance l’Institut de formation des métiers de l’industrie automobile. Situé dans l’enceinte même de l'usine, l'IFMIA ne prend en charge que du personnel Renault. Mais il devrait s'ouvrir à terme aux autres entreprises du secteur automobile présentes dans la région.

Le Maroc tente, en développant la formation et la sous-traitance, d'attirer d’autres constructeurs automobiles. Le ministre de l’Industrie, Abdelkader Amara promet une implantation d'ici 2015. Mais la conjoncture internationale reste difficile.

Depuis 2010, l’industrie automobile crée au Maroc en moyenne chaque année 9 000 emplois. Elle représentait un milliard d'Euros d'exportations en 2009, plus de 2,3 milliards en 2012.


Gérard Tur


Lundi 19 Août 2013



Lu 4957 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 08:43 PSA va fabriquer un pick-up en Tunisie


Commentaires

1.Posté par Access-rent le 20/08/2013 17:37
Bonne nouvelle. L'industrialisation d'un secteur (en particulier dans l'automobile) sera un bon pourvoyeur d'emploi. Cela contribue au dynamisme économique et pas seulement dans l'usine d'assemblage. Bref une vraie bonne chose.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par Imbert de Dion le 20/08/2013 17:53
Quant à nous, nos "Ministres" ont bien travaillé pendant les vacances... Celui du Tourisme (rappelez-moi son nom!?) a même décidé, en partenariat avec son homologue Marocain, de faire venir à Paris deux chameliers (et leur troupeau) pour assurer une navette Banlieux-Tour-Eiffel....Pour la plus grande joie des touristes Kirghizes vers qui "nous" lançons une opération "Séduction"...!

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise