Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Maroc autorise les premières banques islamiques


Trois banques conventionnelles et cinq banques associées à des banques des pays du Golfe vont pouvoir proposer des produits bancaires islamiques au Maroc.



La Société Générale est l'une des trois banques conventionnelles qui vont pouvoir vendre des produits bancaires islamiques au Maroc (photo: F.Dubessy)
La Société Générale est l'une des trois banques conventionnelles qui vont pouvoir vendre des produits bancaires islamiques au Maroc (photo: F.Dubessy)
MAROC. Le comité des établissements de crédit relevant de Bank Al-Maghrib (Banque du Maroc) a donné, lundi 2 janvier 2017, un accord favorable aux demandes d'agréments déposés par cinq nouvelles banques et trois banques conventionnelles pour "l'exercice de l'activité bancaire participative", la banque islamique.

Ceci ouvre le champ à la création des premières banques islamiques au Maroc.

Trois banques conventionnelles déjà existantes, Banque marocaine du commerce et de l'industrie (BMCI), Crédit du Maroc et Société Générale, pourront proposer des produits bancaires participatifs à travers une "fenêtre" dédiée à la finance islamique.

Cinq autres sont de nouvelles banques formées par des co-entreprises entre des banques marocaines et des établissements des pays du Golfe. La Banque centrale populaire se regroupe avec le Saoudien Guidance pour lancer une nouvelle société commune. Le Crédit immobilier et hôtelier (CIH Bank) en fait de même associé à Qatar international islamic bank. La BMCE Bank of Africa s'allie avec le groupe saoudi-bahreini Dalla Al Baraka. Le Crédit agricole du Maroc s'engage lui avec l'Islamic Corporation for the development of the private sector (ICD, filiale de la Banque islamique de développement - BID). Attijariwafa Bank pourra aussi se lancer dans cette activité avec un partenaire non encore dévoilé car les discussions se trouvent toujours en cours.

Le Maroc va lancer ses premiers sukuks

Le Conseil supérieur des ouléma (institution officielle qui appuie la politique religieuse musulmane du Maroc) a créé un Comité charia pour la finance participative. Elle sera la "seule instance habilitée à émettre des fatwas sur la conformité des produits de la finance participative aux préceptes de l'islam du juste milieu, ouvert sur les valeurs universelles et tolérant" précise un communiqué de la banque centrale du lundi 2 janvier 2017.

Le Maroc a publié en janvier 2015 une loi bancaire (103-12) permettant le déploiement de la finance islamique. Une étude de Thomson Reuters éditée à l'époque prévoyait que l'encours de produits financiers islamiques pourrait atteindre entre 5 et 8 mrds$ en 2018 au Maroc. Selon S&P, la banque islamique pourrait représenter entre 10 et 20% du système bancaire marocain à l'horizon de 2020.

Le pays prévoit d'ailleurs de lancer ses premiers sukuks (obligations islamiques) avant la fin du premier semestre 2017. "Ces nouveaux instruments financiers devraient contribuer au développement de la banque participative, en lui permettant en fonction des besoins soit de placer ses liquidités, soit de mobiliser des ressources pour financer son activité" déclarait en décembre 2016 Mohamed Boussaïd, ministre marocain de l'Economie et des Finances.

Lire aussi :Les banques islamiques publient la première étude mondiale sur la finance islamique
 




Mardi 3 Janvier 2017



Lu 1738 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 10 Mai 2017 - 10:46 BNP Paribas délocalise 150 emplois au Maroc

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Affiches électorales et femmes sans visage


avis d'expert

Razika Adnani, philosophe et écrivaine. Associée au groupe d'analyse de JFC Conseil.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA