Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Maghreb s'enfonce dans la crise




Le terrorisme provoque un effondrement du tourisme en Tunisie. Photo CG
Le terrorisme provoque un effondrement du tourisme en Tunisie. Photo CG
MAGHREB. Terrorisme pour la Tunisie, sécheresse pour le Maroc, chute du prix du pétrole pour l'Algérie, le Maghreb a connu une année 2015 difficile.

 
Si le Maroc bénéficie de la chute du prix du baril de pétrole, la sécheresse qu'il connaît depuis quatre ans (sauf en 2014) en gomme tous les bénéfices. Il devrait enregistrer en 2015 une croissance de son PIB (produit intérieur brut) de « seulement » 4,4% . Les services, le textile-habillement, le tourisme et l'agroalimentaire souffrent également. Seuls l'automobile et l'aéronautique tirent l'économie marocaine vers le haut. Plus grave, le Haut-Commissariat au Plan du Maroc vient de revoir ses prévisions pour 2016 à la baisse avec une croissance attendue (espérée?) de + 1,3%. Ce serait le plus mauvais chiffre enregistré depuis 15 ans. L'activité agricole devrait reculer de 12,7 % en 2016. Les autres secteurs ne pourront compenser cet effondrement car ils ne devraient progresser que de 2,2%.

 
La Tunisie est encore plus à la peine avec pour 2015 une récession qui dépassera probablement les -1%. La Banque centrale de Tunisie vient de publier le 28 janvier 2016 sa note de conjecture pour 2015. Elle constate « un fléchissement de l'activité » qu'elle explique par le terrorisme et ses effets négatifs sur le tourisme, et par l'immobilisme en matière de réformes structurelles, avec comme conséquence directe une activité industrielle défaillante (-1 ,8%). Le terrorisme fait plonger les recettes touristiques de -35,1% par rapport à une année 2014 déjà mauvaise. Seule bonne nouvelle, le déficit de la balance commerciale se réduit de 11,6% en raison des progressions des exportations agricoles.

 
L'Algérie est également à la peine en 2015, même si son PIB devrait progresser de 2,8% . Selon un rapport de la Banque Mondiale, l'Algérie pour rebondir en 2016 avec une croissance attendue de +3,9%. Le taux de chômage restera en revanche stable. L'Algérie puisse dans ses énormes réserves financières (151 mrds $) pour limiter l'impact de la chute du prix du baril (-40%) et compenser le déficit considérable de sa balance commerciale. Selon le dernier rapport du CNIS (centre national de l’informatique et des statistiques) publié le 18 janvier 2016, l’Algérie a connu en 2015 un déficit de sa balance extérieure de 12,79 mrds€ alors qu’en 2014 le pays s’appuyait sur un excédent de près de 4 mrds €.


Gérard Tur


Vendredi 29 Janvier 2016



Lu 3566 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise