Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Grec Manolis Glezos entre en guerre contre les banques et demande des comptes à l'Allemagne




Manolis Glazos veut que les Grecs réagissent (photo Angelique Kourounis)
Manolis Glazos veut que les Grecs réagissent (photo Angelique Kourounis)
GRECE. Dans la rue, on le salut, avec un profond respect et un grand sourire. On vient spontanément à lui, lui serrer la  main, le remercier d’être encore à 89 ans, celui qui montre la voie.
Manolis Glezos sourit remercie les gens d’être là; mais en aparté il regrette sans aucune fausse modestie, d’être encore celui dont les Grecs ont besoin pour réagir. « Les Grecs doivent avoir confiance en eux même, il faut qu’ils croient en eux pas en moi.»

Manolis Glezos est la légende vivante du pays. Il avait à peine 18 ans lorsque dans la nuit du 30 mai 1941, il décide avec son ami Apostolos Santas de descendre sur un coup de tête le drapeau nazi qui flottait depuis trois jours sur l’Acropole.

A l’époque son geste a donné du courage à tous les pays qui résistaient. Aujourd’hui Manolis Glezos, qui été torturé, emprisonné plusieurs fois et condamné à mort, reprend du service et entre en resistance contre les banques et le Fmi. Avec Mikis Theodorakis, grand résistant contre la dictature comme lui et ancien député et eurodéputé comme lui, il a fondé le mouvement  ELADA dont l’acronyme veut  dire Grèce « pour  appeler les Grecs à résister contre les mesures du mémorandum qui sont des mesures mettant la Grèce dans la pire place de son histoire . On veut faire de nous un protectorat ! c’est inadmissible !  ». Pourquoi  ELADA ?  « parce que nous la génération de la résistance nous voulons aider les nouvelles générations à trouver l’assurance du droit à résister contre les mesures barbares qui s’attaquent à nos vies, au pays et à la constitution ».

Manoli Glezos, comme beaucoup, est très inquiet : « les gens viennent vers moi et me disent, Manolis je ne vais pas laisser mon enfant mourir, je ne vais pas me suicider comme cette femme à Patras ( qui s’est  jetée dans le vide) moi je vais tuer. » Et il est là le danger souligne Manolis Glezos  « la grande majorité des Grecs ne veulent des ces mesures . ils sont désespérés prêt à tout, et nous voulons éviter le pire. Nous voulons éviter que leur rage et colère partent dans une direction hors de tout contrôle qui ne va pas résoudre le problème » Pour Manolis Glezos comme pour MikisTheodorakis cette colère et cette rage doivent se transformer en de vraies actions politiques avec des élections au bout de la chaine .

Que l'Allemagne paie ce qu'elle nous doit !

Quant au dilemme  « humiliation ou plus grande humiliation »  Manolis Glézos le balaie d’un geste et hausse la voix « il y  des possibilités  pour sortir de cette  impasse ; Déjà que l’Allemagne paye ce qu’elle nous doit .Elle l’a fait pour tous les pays  qui se sont dressés contre elle, sauf la Grèce .Pourquoi ?" tonne  t il ». Hitler avait obligé le trésor grec à prêter de l’argent au Troisième Reich, argent qui n’a jamais été remboursé et qui est estimé avec les réévaluations et les intérêts à environ 182 mrds €. Berlin persiste à ignorer la facture alors même que des voix en Allemagne commencent à se poser des question. « Pourquoi Frau Merkel ne veut pas nous rembourser ?  Elle se venge de ce que les Grecs étaient les premiers à faire capoter la suprématie de l’Axe ? » se demande Manolis Glezos qui, en bon militant de la gauche radicale, n’a pas de mot assez durs pour cette Europe « qui se fait mener par le bout du nez par quelques banques et agence de notations et qui fait connaître à tous ses peuples une récession pire que celle de 1929 ». Il prône la redistribution des richesses, la baisse des commandes d’armement qui devraient être au niveau zéro pour au moins dix ans.

Enfin, il propose un prêt national « nous n’avons pas besoin des autres , un prêt obligatoire pour les riches et volontaire pour les plus pauvres, vous verrez nous nous en sortirons .»          

Lire aussi : L'Eurogroupe sauve la zone euro mais à quel prix pour les Grecs ?




Mardi 21 Février 2012



Lu 2339 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise