Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le GNL 16 entre incertitude immédiate et confiance en l’avenir


ALGERIE. Lors de la 16e Conférence internationale sur le gaz naturel liquéfié (GNL16) tenue à Oran du 19 au 21 avril 2010 les participants ont tous affirmé leur confiance inébranlable en l’avenir du gaz naturel liquéfié comme énergie propre, peu chère et disponible au 21e siècle, ils n’en ont pas moins reconnu l’important défi que constituent l’irruption du gaz non conventionnel, l’émergence des énergies non renouvelables, le maintien du charbon et la possible taxe sur les énergies fossiles. L'Algérie a annoncé avoir opté pour des contrats de gaz de cinq ans et plus.



Chakib Khelil, ministre algérien de l’Energie (photo AB)
Chakib Khelil, ministre algérien de l’Energie (photo AB)
ALGERIE. Une vingtaine de pays producteurs et consommateurs de gaz naturel liquéfié (GNL) ainsi que de grandes compagnies mondiales, à l’instar de Qatar Gaz, British Petroleum , Medgaz, Total , Repsol et Sonatrach ont pris part aux travaux de la 16e Conférence internationale sur le gaz naturel liquéfié (GNL 16), qui se sont déroulés à Oran (ouest algérien) du 19 au 21 avril 2010.

Quelques trois mille participants étaient initialement attendus, mais les organisateurs ont dû faire face à la défection de nombreux invités, pour cause d’activité volcanique en Islande.

L’inauguration des travaux est intervenue juste après la 10e session du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG), tenue dans la même ville, et qui a débouché sur la volonté proclamée d’indexer les prix du gaz sur ceux du pétrole.

Un temps de compétition sévère entre sources d'énergie

Les prévisions pour les trois prochaines années s’avèrent particulièrement préoccupantes (photo DR)
Les prévisions pour les trois prochaines années s’avèrent particulièrement préoccupantes (photo DR)
Dans son intervention inaugurale, le ministre algérien de l’Energie, Chakib Khelil, a déclaré : « Nous entrons dans une compétition sévère entre GNL, gaz non conventionnel, énergie renouvelable soutenue par les populations et charbon. Nous devons comprendre clairement les enjeux et, à cette fin, le dialogue est une nécessité avec tous les acteurs du gaz. »

Ces propos s’appuyaient sur un contexte marqué par de nombreuses incertitudes et le spectre d’une surproduction qui sont autant de défis pour les pays producteurs.

Le marché se caractérise d’abord par une baisse (certains parlent de crise) de la demande de gaz dans les principaux pays consommateurs.

Selon Chakib Khelil « la demande mondiale de gaz en 2013 sera au même niveau qu’en 2008 ».
Surtout, les prévisions pour les 3 prochaines années s’avèrent particulièrement préoccupantes.

Le Qatar, premier exportateur mondial de GNL après qu’il ait détrôné l’Indonésie, compte inonder le marché en 2011 avec 60 milliards de mètres cubes de GNL exportés.

Il n’en exportait que 40 milliards de mètres cubes en 2008.

Disposant d’une flotte de 71 méthaniers, il imprime une grande flexibilité à ses fournitures vers la Chine, l’Inde, Taïwan, le Mexique, le Canada, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Arrivée du gaz non conventionnel

On note par ailleurs une percée du gaz non conventionnel (schiste gaz) qui devrait représenter 25% de la production mondiale en 2020, grâce à une nouvelle technologie développée aux Etats-Unis et qui permet d’optimiser au maximum l’extraction des gisements gaziers de ce pays.

Le probable recours à cette technologie, de la part de pays gros importateurs de gaz (Chine, Inde, Europe, Australie…), ne pourrait que compliquer la situation des pays producteurs.

Enfin, la possible instauration d’une taxe sur les énergies fossiles, dans le cadre de la lutte contre le dérèglement climatique, fait craindre le pire aux pays exportateurs.

Optimisme général

Siège de Sonatrach à Oran (photo DR)
Siège de Sonatrach à Oran (photo DR)
Chakib Khelil n’a pas pour autant sombré dans le pessimisme. Il déclarera en effet : « Si chacun de nous assume sa responsabilité, le GNL jouera de plus en plus un grand rôle nonobstant les problèmes conjoncturels. »

Nombre d’experts ont abondé dans le même sens en notant une reprise de la demande mondiale de GNL à moyen et long terme.

Elle devrait même croître de 40% en 2030 et doubler en 2050.

Selon Frank Harris, un consultant international en énergie, le GNL « représente 50% des échanges commerciaux du secteur des hydrocarbures dans le monde ».

Les intervenants ont souligné la faiblesse du coût et sa propension à préserver l’environnement.

L’ensemble de ces éléments ont amené les experts et autres responsables de sociétés à prédire que le marché du GNL ne devrait pas être affecté, dans la présente décennie du moins, par les incertitudes soulignées précédemment.

Tous affirmeront la nécessité de poursuivre les investissements et les efforts de développement de la chaîne gazière dans les pays producteurs.

Les atouts de l’Algérie

Pour ce qui est du pays hôte, précurseur en 1964 de la production de GNL, Heinze Koztot, responsable à KBR, a présenté le projet de mégatrain de Skikda (port situé à l’Est du pays).

Le GNL algérien a l’avantage de pouvoir produire du GNL ainsi que du propane, du GPL, de la gazoline, de l’éthane et de l’hélium dans des installations annexes.

Le nouveau complexe disposera d’une capacité de 4,5 millions de tonnes/an de GNL, 500 000 tonnes/an de propane, de GPL et de gazoline, 170 000 tonnes/an d’éthane et 163 Nm3/an d’hélium.
Le taux d’avancement du projet s’élève actuellement à 30%. Il devrait être achevé en 2011.
Quatrième exportateur mondial, l’Algérie devrait disposer alors d’une capacité supplémentaire de 9 millions de tonnes par an de GNL.

Lors de la clôture de la Conférence GNL 16, Abdelhafidh Feghouli, pdg par interim de Sonatrach, a annoncé que "désormais l'Algérie a opté pour des contrats de gaz de cinq ans et plus. Tout se négocie, et le prix, et la durée."


Jusqu'à présent, la vente se faisait par des contrats long terme (douze ans renouvelables).


L'expiration des contrats à long terme sera effective à compter de 2014.

Selon Abdelhafidh Feghouli, "le GNL 16 était une réussite totale qui n'avait rien à envier au GNL 15 qui s'était tenu en Espagne."

Lire aussi: Les pays exportateurs vont indexer le prix du gaz sur celui du pétrole



Amal Belkessam, à ALGER


Mercredi 21 Avril 2010



Lu 3124 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise