Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le G8 n'aboutit à aucun accord sur une intervention en Libye


Les troupes de Mouammar Kadhafi ne cessent de regagner le terrain perdu et vont s'attaquer au fief des insurgés Benghazi. Les tergiversations des membres du G8 réunis à Paris pourraient tuer dans l'oeuf la révolution libyenne.



Les troupes de Mouammar Kadhafi s'approchent de Benghazi (photo DR)
Les troupes de Mouammar Kadhafi s'approchent de Benghazi (photo DR)
LIBYE. Réunis à Paris pour la seconde journée consécutive, les ministres des affaires étrangères des pays membres du G8 (Etats-Unis, Russie, Japon, France, Grande_Bretagne, Allemagne, Canada et Italie) n'auront finalement pas réussis à adopter une position commune sur le dossier libyen. 

Seule concession, unanimement ils sont tombés d'accord lundi 14 mars 2011 pour... reprendre rapidement les discussions au sein du Conseil de sécurité de l'ONU et associer les pays arabes et africains à toute action sur la Libye. 

Mardi 15 mars 2011, le G8 a tout de même demandé au Conseil de sécurité de l'Onu d'accroître sa pression notamment sur le plan économique sur le régime actuel pour protéger la population civile. Le G8 soutient également l'examen par le Conseil de Sécurité d'une "large gamme de mesures" pour protéger la population libyenne.

Les options sont multiples entre la création d'une zone d'exclusion aérienne, des bombardements ciblés (frappes chirurgicales)  pour rétablir un équilibre des forces voire la fourniture d'armes aux insurgés. 

La France, comme la Grande-Bretagne, veulent une résolution de l'ONU au plus vite qui permettrait d'intervenir pour protéger les civils libyens. Une solution qui bénéficie du soutien de la Ligue arabe. 

Nicolas Sarkozy a eu un entretien d'une heure sur le sujet avec Hillary Clinton, secrétaire d'Etat américaine. Deux sénateurs américains ont d'ailleurs demandé à Barack Obama de reconnaître l'opposition libyenne. 
Mais pour l'instant, seul Paris a reconnu le Conseil national de transition qui réunit l'opposition. Aucune autre capitale ne l'a suivi. 

Trop tard pour Benghazi ?

L'Europe a décidé d'envoyer une mission à Benghazi pour "évaluer la situation en vue de soutenir la planification de précaution qui est en cours pour répondre à la crise libyenne." Un beau discours diplomatique de Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne, où l'idée de "planification de précaution" signifierait la création d'une zone d'exclusion aérienne.

Moussa Koussa, ministre libyen des Affaires étrangères, devrait rencontrer pour la seconde fois mardi 15 mars 2011 Abdul Ilah Khatib, émissaire de l'Onu pour la Libye. 

Mouammar Kadhafi rumine déjà sa vengeance et a lancé un message aux compagnies chinoises, russes et indiennes leur indiquant qu'elles seraient les bienvenues pour exploiter le pétrole libyen pour remplacer les compagnies étrangères notamment françaises, britanniques et américaines.  

Pendant ce temps, sur le terrain, les forces de Mouammar Kadhafi ont encore gagné du terrain. Benghazi pourrait se trouver menacer dès mardi 15 mars 2011. Si la seconde ville du pays, symbole du soulèvement contre Mouammar Kadhafi tombe, la révolution libyenne sera tuée dans l'oeuf.
 
Alors que la télévision d'Etat a indiqué que les soldats qui décideraient de se rendre après avoir déserté serait graciés, les atermoiements des pays du G8 font craindre aux opposants libyens une décision qui arriverait trop tard.

C'est aussi l'avis d'Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères, qui dans plusieurs interviews regrette le temps perdu. "Le colonel Kadhafi marque des points. Si nous avions utilisé la force militaire la semaine dernière... peut-être que le reversement en la défaveur de l'opposition ne se serait pas passé... Nous avons peut-être laissé passer une chance de rétablir la balance" indique-t-il. 




Mardi 15 Mars 2011



Lu 3862 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 10:09 L'Ipemed ouvre une antenne en Tunisie


Commentaires

1.Posté par DIALLO MAMADOU le 15/03/2011 11:20
J'aimerais demander au président de la France, le premier ministre de la Grande Bretagne et au président Américain, qu'on ne doit en aucun cas soutenir la rébellion chez Kadhafi. CE SONT DES REBELLES et la rébellion doit être matée, exterminée.Si aujourd'hui en France et en Grande Bretagne ou aux USA il y a la rébellion qu'est que vous devrez faire. Laissez KADHAFI EN PAIX car c'est une rébellion et non une revendication politique

2.Posté par Rebel Melody le 16/03/2011 10:44
Les pays arabes envoient des troupes au Bahreïn pour mater le peuple et stopper le mouvement démocratique dans la région, au lieu d'aider le peuple libyen.

Pire, ces régimes autocratiques se tranquillisent à l'idée que la rébellion libyenne soit matée dans le sang de manière exemplaire pour décourager toute velléité de changement chez eux.

Résultat pour les "démocraties" occidentales : ressentiment cumulé de la dictature libyenne et du peuple trahi.

Tout Faux pour les occidentaux, qui préfèrent jouer le pétrole.

3.Posté par zribi zouhir le 16/03/2011 18:37
Aujourd'hui nous somme au jour (j-1), il ne faut pas retarder les aides à nos frères libyens qui sont gouvernés par un psychopathe et son fils ignorant. Ils veulent gouverner à n'importe quel prix, même en tuant tout leur peuple. Nous, les pays du sud de la Méditerranée nous attendons un appui plus fort pour les peuples qui cherchent à se libérer des dictatures. Comme d'habitude les gouvernements européens ne voient que le bout de leur nez. C'est dommage et triste, mais l'histoire soulignera fortement cette trahison de la communauté internationale à ce peuple qui sera écrasé par son dictateur. Donc faisons, nous les peuples de la Méditerranée quelque chose pour sauver nos frères libyens.
J'appelle à l'exercice d'une forte pression sur nos gouvernements!!!

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise