Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le G8 débloque 38 mrds$ pour quatre pays du sud


Le partenariat de Deauville se met en place samedi 10 septembre 2011 à Marseille lors de la réunion du G8 en présence des représentants des pays méditerranéens.



François Baroin a souligné l'étape importante franchie à Marseille (photo CG)
François Baroin a souligné l'étape importante franchie à Marseille (photo CG)
MONDE / MEDITERRANEE. Réunis à Deauville (France) les 26 et 27 mai 2011, les pays du G8 (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada et Russie) s'étaient engagés à aider les pays arabes dans leur transition vers des sociétés libres et démocratiques.

À Marseille, samedi 10 septembre 2011, les ministres des Finances du Partenariat de Deauville ont dévoilé le volet purement économique de cette ambition. Au menu, la réflexion sur toutes les mesures à court terme à prendre pour réduire l'instabilité et donner toutes ses chances au processus de transition démocratique. Le volet politique se déroulera le 21 septembre 2011 à New York.

« Une étape importante est franchie avec la présence des pays du G8 et de cinq acteurs régionaux, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes, la Turquie, le Koweït et le Qatar ainsi que deux représentants libyens " souligne François Baroin, ministre français des finances.

 Les neuf institutions financières participantes au Partenariat de Deauville (Fonds monétaire international, Groupe Banque mondiale/SFI, BEI, BERD, Banque africaine de développement, banque islamique de développement, Fonds arabe pour le développement économique et social, fonds OPEP pour le développement international et Fonds monétaire arabe) mettent en place une plateforme de coordination. Pilotée par la Banque africaine de développement (BAD), elle devra faire annuellement un rapport aux ministres du Partenariat de Deauville sur les progrès accomplis et les actions conjointes. Les institutions financières internationales pourront ainsi se coordonner avec les institutions régionales arabes. La Banque islamique de développement devrait d'ailleurs prendre la suite de la BAD à la présidence de cette plateforme.

L'ensemble de ces partenaires se retrouvera aux États-Unis dans un an pour faire un premier point.

La Libye pourrait rejoindre le groupe

Ces institutions financières devraient mettre sur la table 38 mrds$ (27,5 mrds€) pour aider la Tunisie, l'Egypte, le Maroc et la Jordanie d'ici à 2013. Le groupe banque mondiale apportera 10,7 mrds$, la BAD 7,6 mrds$, la BEI 7,5 mrds$, la banque islamique de développement 5 mrds$, le Fonds arabe pour le devéloppement économique et social 3,2 mrds$, la BERD 2,5 mrds$, le Fonds monétaire arabe 1,2 mrd$ et le fond de l'Opec pour le développement international 0,4 mrd$.

Ces 38 mrds$ représentent un doublement des fonds alloués à chacun des pays concernés. Chacun a présenté au G8 un plan de développement. Cette aide s'ajoute aux fonds promis par le FMI. Elle est à rapporter au 20 mrds$ promis à Deauville, mais pour deux pays seulement, la Tunisie et l'Egypte. Elle sera versée par les différentes institutions sous forme de prêts bonifiés, décaissements budgétaires, prêts relais,effacement de dettes.

La France devrait contribuer à hauteur de 2,7 mrds$ (1,1 mrd$ prévus à Deauville).

L'enveloppe concernera principalement les Pme et la création d'emplois.


Le FMI met 35 mrds$ sur la table

Christine Lagarde a affirmé que le FMI continuera à aider les pays arabes dans leur transition démocratique (photo CG)
Christine Lagarde a affirmé que le FMI continuera à aider les pays arabes dans leur transition démocratique (photo CG)
Christine Lagarde, directrice générale du FMI, a confirmé à Marseille un montant de 35 mrds$ de financements possibles. Elle se félicite qu'"il y ait plus de partenaires à Marseille qu'à Deauville", mais aussi que "la Libye soit là comme observatrice... J'y enverrai une équipe du FMI dès que les conditions de sécurité seront réunies."

Le Fonds monétaire international a reconnu à l'issue de la réunion de Marseille le CNT comme l'instance représentant officiellement la Libye.

"Comme organisation internationale, nous devions attendre qu'un certain pourcentage de nos membres le reconnaisse. C'est chose faite !" a souligné Christine Lagarde.

Selon un observateur, la Tunisie et l'Égypte apprécient moyennement de partager l'enveloppe avec les monarchies du Maroc et de Jordanie. Ces pays estiment que le fait d'avoir mené une véritable révolution, avec toutes les conséquences en termes de réparations, mais aussi de création de nouvelles institutions, devrait leur donner plus de poids et un traitement différent par rapport à des pays uniquement réformés.

Interrogé sur ce sujet par econostrum.info, François Baroin précise que "les problématiques entre les différents pays n'étant pas de même nature, les programmes seraient adaptés et différenciés."

Et le partage du gâteau n'est sans doute pas encore achevé. La Libye, présente au G8 à Marseille en tant qu'observateur, pourrait venir rejoindre ce groupe. L'Union européenne a déjà commencé la procédure en ce sens. Mais cette décision devra être soumise à la fois au Parlement et au Conseil. Donc, la première enveloppe ne concernera certainement pas la Libye. "Nous nous adapterons au calendrier libyen" indique François Baroin.

 "Le partenariat de Deauville a déjà permis d'accroître significativement les moyens mis en oeuvre par les institutions financières internationales en faveur de la démocratie en Méditerranée. Je me rejouis que ce partenariat soit élargi à la Jordanie et au Maroc, ainsi qu'aux institutions financières régionales arabes, avec le soutien des pays du Golfe et de la Turquie. Je suis personnellement engagé à ce que la BEI renforce encore son action dans ce cadre élargi, tant en termes de volumes financiers qu'en développant des actions conjointes avec nos partenaires financiers actifs dans la région" souligne Philippe Maystadt, président de la Banque européenne d'investissement (BEI).

Lire aussi : Soutien du G8 à la transition démocratique en Egypte et en Tunisie




Samedi 10 Septembre 2011



Lu 2611 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise