Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Front Polisario juge le Maroc isolé sur la scène africaine


Le retrait des représentants du Maroc du sommet Afro-Arabe de Malabo relance encore la question sahraouie qu'il faudra bien résoudre un jour. D'autant plus que Rabat veut réintégrer l'Union Africaine où siège la République arabe sahraouie démocratique autoproclamée.



Les soldats de la Minurso tente de faire respecter le cessez-le-feu (photo Minurso)
Les soldats de la Minurso tente de faire respecter le cessez-le-feu (photo Minurso)
MAROC. Le retrait des représentants du Maroc, mercredi 23 novembre 2016 à Malabo (Guinée Equatoriale) lors du sommet Afro-Arabe, suscite des commentaires acerbes du Front Polisario, mouvement politique et armé qui milite pour l'indépendance du Sahara occidental.

La délégation marocaine avait claqué la porte de la réunion (avec sept autres pays arabes dont la Jordanie) en apercevant le drapeau de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) autoproclamée. Inacceptable pour Rabat qui considère le Sahara occidental comme partie intégrante de son territoire. Après ce retrait, le Maroc s'est justifié en indiquant que seuls les pays membres de l'Onu pouvaient siéger à ce sommet et que la Guinée équatoriale "ne pouvait tolérer le non-respect de la souveraineté des Etats et de leur unité territoriale". De fait, la RASD, qualifiée par les autorités marocaines d'"entité fantoche", n'avait jamais siégé à ce sommet déjà tenu au Caire (mars 1977), à Syrte (octobre 2010) et au Koweït (novembre 2013).

"On a vu que le Maroc, contrairement à ce qu'il prétend, était complètement isolé sur la scène africaine et même sur la scène arabe. Les exigences du Maroc de ne pas siéger à côté de la République sahraouie est une exigence inacceptable pour le continent africain, et même pour beaucoup de pays arabes" indiquait sur la radio RFI jeudi 24 novembre 2016, Mohamed Salem Ould Salek, ministre sahraoui des Affaires étrangères.

Le retour du Maroc dans l'UA se heurte à la présence sahraouie

Le Maroc ne veut plus de la Minurso (photo DR)
Le Maroc ne veut plus de la Minurso (photo DR)
Le Maroc a affirmé, en juillet 2016, vouloir réintégrer l'Union africaine (UA) dont il s'était désolidarisé en 1984 après justement que cette organisation, qui succède à l'Organisation de l'Union africaine depuis 2002, ait proposé un siège à la RASD autoproclamée. Ce retour enclencherait irrémédiablement une demande du Maroc d'expulser le Polisario de l'UA.

"Du moment qu'il veut siéger dans l'Union, le Maroc doit savoir que le République sahraouie est membre de l'Union africaine. Ensuite, le principe de l'intangibilité de frontières héritées de l’époque coloniale qui était une décision de la défunte Organisation de l'Unité africaine (OUA), prise au Caire en 1964, est devenu un principe fondamental de l'Union africaine" réplique le représentant sahraoui.

La tension sur ce dossier est montée d'un cran depuis septembre 2016 à l'occasion de la construction d'une route par le Maroc et à laquelle s'oppose le Polisario. Le porte-parole de l'Onu Stéphane Dujarric, affirmait l'été dernier craindre "une reprise des hostilités, avec un risque d'implications régionales" entre les forces de sécurité marocaines et le Front Polisario qui se font face dans la région de Guerguerat.

La carte de l'Onu du Sahara occidental (Onu)
La carte de l'Onu du Sahara occidental (Onu)
Les Nations Unies disposent d'une force d'interposition - la Minurso - chargée de faire respecter l'accord de cessez-le-feu signé en 1991 et le respect de la zone tampon. Elle dispose d'un budget de 56,58 M$ (53,4 M€) sur la période juillet 2016-juin 2017.

En mars 2016, Rabat demandait à l'Onu de fermer son bureau de liaison militaire de la Minurso. Cette dernière entend favoriser l'organisation d'un référendum pour que les habitants du Sahara occidental puissent décider du statut futur de ce territoire. L'Onu l'a réaffirmé lors du vote de la Résolution 2285 le 29 avril 2016.

"L'essence même de l'unité africaine et de l'Union africaine est la libération de l'Afrique. Il se trouve que le Sahara occidental est la dernière colonie africaine" enfonce le clou Mohamed Salem Ould Salek.

La question sahraouie brouillent les relations entre le Maroc et l'Algérie (qui soutient le Front Polisario) et n'a toujours pas été résolue après leurs indépendances. Le statut des 266 000 km² et des 351 000 habitants de cette ancienne colonie espagnole (1884-1975) continue à opposer le Maroc au reste du monde. Sur les cartes marocaines, le Sahara occidental est inclus dans le royaume sous le nom de Provinces du Sud. En novembre 2014, Mohamed VI déclarait : "le Sahara occidental restera dans le Maroc jusqu'à la fin des temps."
L'Onu et le droit international considèrent par contre le Sahara occidental comme un territoire non-autonome, donc sans statut définitif. D'où les pointillés, si décriés par les Marocains, présents sur les cartes pour séparer le Sahara occidental du Maroc.




Vendredi 25 Novembre 2016



Lu 2108 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 16 Octobre 2017 - 10:36 Rakka libérée des jihadistes

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA













EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF