Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La zone euro s'engage dans un plan d'aide pour la Grèce sans précédent dans le monde


A l'issue d'une ultime réunion le 2 mai 2010, les pays de la zone euro ont approuvé un plan d'aide pour la Grèce qui atteindra 110 mds€ en trois ans. En échange, le gouvernement grec va s'engager dans une cure d'austérité drastique, déjà vivement rejetée par les principaux syndicats du pays.



La  Grèce va bénéficier de 110 mds€ mais devra faire de drastiques économies (photo F.Dubessy))
La Grèce va bénéficier de 110 mds€ mais devra faire de drastiques économies (photo F.Dubessy))
GRECE / EUROPE. Les ministres des Finances de la zone euro ont entériné dimanche 2 mai 2010 un plan d’aide à la Grèce pour un montant total de 110 mds€, dont 80 mds€ pour la zone euro, le reste étant apporté par le Fonds monétaire international (FMI). L’aide européenne, qui se fera sous forme de prêts bilatéraux, ne devrait toutefois pas être débloquée avant la fin de la semaine.

Plusieurs pays de la zone euro, dont la France et l’Allemagne, doivent d’abord faire approuver le dispositif par leurs Parlements nationaux, avant que les 16 chefs d’Etat et de gouvernement de la zone ne débloque officiellement les aides à l’occasion d’un sommet extraordinaire.
 
Pour la Grèce, ce plan, dont le montant est sans précédent pour le sauvetage d’un pays dans le monde (1), va se traduire par la mise en place de mesures très difficiles avec un dispositif permanent de contrôle par l’Union européenne  et le FMI.

Athènes s’est en effet engagé à économiser 30 mds€ sur trois ans, l’objectif étant de ramener le déficit public sous la barre des 3% du PIB contre 14% actuellement.

"De grands sacrifices"

Du côté des économies à réaliser, le plan prévoit des mesures de réductions de salaires des fonctionnaires et de baisse des pensions de retraite, une diminution des investissements publics et une réduction des dépenses de fonctionnement de l’Etat. Côté recettes, le principal taux de TVA va passer de 21 à 23%, des nouveaux impôts seront créés comme une taxe verte sur les entreprises ou un impôt sur les constructions illégales, enfin les taxes sur le tabac, l’alcool et les carburants seront relevées.

La Grèce va également engager une réforme en profondeur de son système de retraites, avec allongement de la durée de cotisation (de 37 à 40 annuités d’ici 2015) ou encore l’instauration d’un âge minimum de départ à la retraite à 60 ans.

Georges Papandréou, le Premier ministre élu en octobre 2009, a reconnu que le projet imposera au pays de «grands sacrifices» et une «grande épreuve».  
 

Grève générale

Mais la rue n’est pas prête à subir ces épreuves. Les manifestations du 1er mai dans les principales villes grecques ont dénoncé les « sacrifices » exigés par l’UE et le FMI et une grève générale est prévue mercredi 5 mai. « Ce sera le début d’une longue lutte », a prévenu Yannis Panagopoulos, président de la GSEE , la première centrale syndicale grecque du secteur privé. Pour lui, il est anormal que ce plan d’austérité vise «les chômeurs, les travailleurs, les pauvres et les retraités», mais «pas les possédants».

Quant à la centrale des fonctionnaires, Adedy, elle appelle les Grecs à faire barrage à ces « mesures antisociales » qui « conduisent à la paupérisation de la société » et « rendent les riches plus riches et les pauvres plus pauvres ». 

D'autres pays du sud de l'Europe sont engagés dans des plans d'austérité, même s'ils sont sans commune mesure avec celui de la Grèce. C'est le cas du Portugal qui a gelé les salaires des fonctionnaires et veut en réduire le nombre. En Espagne, le gouvernement veut économiser 50 mds€ en trois ans.

(1) La précédente aide la plus importante remonte à 1994 lorsque les Etats-Unis et plusieurs organisations internationales avaient prêté 50 mds$ (37,6 mds€) au Mexique alors en pleine crise financière.

Lire aussi : Mobilisation pour éviter la contagion grecque sur la zone euro
                      Les pays du l'Europe du sud creusent le déficit public de la zone euro en 2009


Brigitte Challiol


Dimanche 2 Mai 2010



Lu 1442 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise