Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La température monte au Sahara occidental




La Minurso assure le respect du cessez-le-feu au Sahara occidental (photo Minurso)
La Minurso assure le respect du cessez-le-feu au Sahara occidental (photo Minurso)
MAROC. Le face-à-face entre forces de sécurité marocaines et Front Polisario dans la région de Guerguerat, au sud du Sahara occidental, inquiète l'Onu.

La tension monte encore d'un cran en ce début septembre 2016. Les forces ennemies se trouveraient à moins de 120 mètres l'une de l'autre malgré les efforts de médiation de la Minurso. La Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental est chargée, depuis 1991, de "surveiller le cessez-le-feu et d´organiser un référendum qui permettrait aux habitants du Sahara occidental, habilités à voter, de décider du statut futur de ce territoire". Selon le Conseil de sécurité de l'Onu, l'accord de cessez-le-feu de 1991 a déjà été violé par le Maroc et le Front Polisario avec ce déploiement d'hommes armés.

Les Nations Unes craignent "une reprise des hostilités, avec un risque d'implications régionales" selon Stéphane Dujarric, leur porte-parole, s'exprimant jeudi 8 septembre 2016. Nikosazana Dlamini-Zuma, président de la Commission de l'Union africaine, estime que les deux parties doivent  «œuvrer de bonne foi et sans conditions préalables, afin de créer l’environnement nécessaire à la reprise des négociations et la tenue du référendum d’autodétermination pour le peuple sahraoui, dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes de la Charte des Nations unies, ainsi que les résolutions et décisions de l’ONU et de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA)."

Le 27 août 2016, l'Onu avait déjà appelé le Maroc et le Front Polisario à "retirer les éléments armés dans la zone tampon du Sahara occidental... afin d'empêcher toute nouvelle escalade et permettre à la Minurso de tenir des discussions avec les deux parties sur la situation."

En mars 2016, le Maroc demandait à la Minurso de fermer son bureau de liaison militaire. Le conseil de sécurité de l'Onu estimait alors "urgent que la mission puisse de nouveau exercer pleinement ses fonctions."

Des observateurs militaires non armés et des responsables de l'Onu tentent aujourd'hui d'"entamer un dialogue avec les parties et les pays directement concernés pour conseiller la retenue et identifier les possibilités de résoudre cette crise" précise Stéphane Dujarric.

Le regain de tension s'explique par la construction d'une route menée par le Maroc et à laquelle s'oppose le Polisario. Le Maroc justifie en outre la présence de ses militaires par une opération anti-contrebande. Jeudi 8 septembre 2016, Rabat indiquait vouloir poursuivre cette opération.


Lire aussi : Le Maroc et l'Algérie veulent renouer leurs liens




Jeudi 8 Septembre 2016



Lu 2227 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 20 Janvier 2017 - 07:40 La Tunisie prolonge d'un mois l'état d'urgence

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.

















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA














Suivez econostrum.info en direct sur Facebook







Les articles écrits en anglais


  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA          EDF
 
Femise