Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La sous-traitance industrielle comme opportunité pour les PME algériennes


La chute des recettes financières tirées des exportations d’hydrocarbures risque d’hypothéquer la capacité du pays à importer. Le développement de la sous-traitance s’impose.



La sous- traitance se développe insuffisamment (photo DR)
La sous- traitance se développe insuffisamment (photo DR)
ALGERIE. Le nombre de sous-traitants algériens dans le secteur de la mécanique est passé de 10 en 1980 à plus de 544 en 2008, dont plus de 300 dans la production et 200 dans les services.

Nombre d’opérateurs économiques publics et privés constatent cependant que la sous-traitance locale se développe insuffisamment, alors même qu'il serait possible de fabriquer localement 40 à 50% des pièces détachées actuellement importées.

A l'occasion d'un forum organisé par le journal gouvernemental El Moudjahid, mardi 17 mars 2009, ils appellent les PME à faire preuve de dynamisme et d’agressivité sur les marchés extérieurs afin de mettre en évidence les avantages comparatifs du marché algérien.

Conscients qu’il revient aux grandes entreprises locales de créer autour d’elles un tissu de sous-traitants, ils réclament la mise en œuvre d’une stratégie de partenariat qui s’insère dans la stratégie des grands groupes internationaux, à l’instar de ce qu’ont réalisé les Chinois et les Iraniens.

L’externalisation, une solution pour les grandes entreprises et une bouffée d’oxygène pour les PME

Concernant l’ensemble des secteurs d’activité, la sous-traitance permet aux grandes entreprises de se concentrer sur leur métier de base. La tendance est incontestablement à l’externalisation.

Dans l’industrie mécanique, 60 à 70% des plans de charges relèvent désormais de la sous-traitance. Mais en dépit de cela, en Algérie, elle est confrontée à nombre d’obstacles tels que l’insuffisante maîtrise technologique, la question du foncier industriel,celle du crédit bancaire à la production, de la préférence à l’importation au détriment de la production locale…

L’Etat algérien est interpellé par les opérateurs économiques, qui rappellent que le gouvernement américain fait obligation aux entreprises locales donneuses d’ordres de réserver 20% de leur plan de charge aux entreprises américaines.

L’exemple de la Tunisie, qui a acquis seize Airbus en échange de la fabrication de pièces chez elle, illustre également ce volontarisme qu’appellent de leurs vœux ces chefs d’entreprises.


A. Belkessam, à ALGER


Jeudi 19 Mars 2009



Lu 3419 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise