partager partager

La sécurisation de la logistique bonifie le vin



À mesure que le marché du vin tend vers la sélectivité, la logistique qui en découle devient de plus en plus une affaire de spécialistes. Parce que les exigences de qualité impliquent davantage de maîtrise de la part des opérateurs logistiques. Mais aussi davantage de traçabilité et de transparence, conformément aux attentes des clients. La sécurisation de la chaîne logistique devient ainsi un élément fondamental du marché du vin.



La traçabilité assurée du producteur au consommateur (photo : DR)
La traçabilité assurée du producteur au consommateur (photo : DR)
MÉDITERRANÉE. La logistique est au centre de l'organisation du marché du vin. Dans ce secteur en pleine mutation, particulièrement au cours des deux dernières décennies, transporteurs et logisticiens ont su s'adapter aux changements. Des évolutions bien sûr liées d'abord à la baisse de consommation, constante depuis cinquante ans en France : chaque Français buvait 160 litres par habitant et par an en 1965, contre 43 litres aujourd'hui (ce qui équivaut à un verre ballon de vin par personne et par jour).

Cette baisse de la consommation, à mettre en balance avec une nette montée en gamme des vins, entraîne un changement des modes de production et de conditionnement : l'avenir du vin, c'est la bouteille et la qualité. Et à partir du moment où les caves coopératives et les propriétaires se sont donnés les moyens de mettre en bouteille pour répondre à cette exigence du marché, les opérateurs logistiques doivent prendre le relai pour assurer les bonnes conditions de conservation et de livraison.

La problématique peut s’exprimer en une formule : « Transporter moins, mais transporter mieux ». La logistique du vin devient une affaire de spécialiste. « C'est même un nouveau métier », estime Philippe Cahusac, directeur d'Épigone, société de stockage du vin à Béziers (Hérault), présentée comme un "Chai Logistique"  : « Nous nous occupons de tout, c'est-à-dire du stockage, du contrôle des températures et de l'hygrométrie, de la préparation des commandes, de l'expédition, des documents douaniers qui ne sont pas si faciles à gérer et qui engagent la responsabilité de celui qui les signe; nous enlevons cette charge de travail et ces responsabilités aux viticulteurs, pour qu'ils aient davantage de temps pour s'occuper de leur production, vendre leur vin, contacter leurs clients... »

Services à la carte

Le service représente évidemment un coût supplémentaire, compensé par la valeur ajoutée que cette nouvelle organisation logistique génère, surtout pour des petits producteurs qui ne peuvent pas se payer en interne les outils nécessaires à un bon référencement, notamment auprès de la grande distribution.

Les grandes chaînes d’hypermarchés exigent par exemple une traçabilité assurée par le code barre EAN 128 (European Article Numbering), le standard international permettant l'échange de données entre producteurs et distributeurs. L’intégration de ces normes et de ces process de traçabilité par les opérateurs logistiques permet donc aux petits producteurs de travailler avec les moyens des grands... Avec la possibilité d’accéder à des 'services à la carte' en fonction de leurs besoins, de leur volonté de maîtriser ou externaliser la logistique. « Les clients s'aperçoivent de toute façon que la logistique devient de plus en plus technique, et qu'ils ont tout intérêt à l'externaliser pour se décharger d'une responsabilité qui peut être pesante », ajoute Philippe Cahusac .

D'autant que les spécialistes logistiques, sur ce segment, ont intégré des savoirs-faire qui leur permettent de proposer une offre globale. Surtout lorsque leur activité de logisticien découle du métier de transporteur, comme c'est le cas pour les Transports Raymondis de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales). Cette société dirigée par Éric Nazon propose depuis plusieurs années un service logistique très pointu de stockage et préparation de commandes en s’appuyant sur une structure d'entreposage baptisée « Vinôtel ». « Notre force, par rapport aux autres structures qui généralement assurent ce service d'entreposage de vins, c'est que nous allons au-delà de la logistique pour offrir une prestation globale de transport et logistique, et c'est ce qui intéresse nos clients », explique Éric Nazon.

« Nous amenons les bouteilles vides chez les producteurs, nous transportons également le vrac, nous reprenons les bouteilles pleines, et nous stockons dans les meilleures conditions, puis nous reprenons les commandes et expédions à l'export. Cela permet au client d'externaliser totalement les activités de transport et logistique, en ayant un seul interlocuteur ».

« Le transport prolonge la vente »

Des conditions de stockage qui respectent le vin (Photo : DR)
Des conditions de stockage qui respectent le vin (Photo : DR)
L'intérêt d'une telle logistique « globale » est d'autant plus grand dans un secteur qui s'internationalise, avec des échanges qui laissent penser à l'émergence d'un marché méditerranéen. Jean-Luc Etievent, qui est bien placé pour observer ce changement en tant qu'associé-gérant de Méditerranée & Co (importateurs de vins méditerranéens), souligne cette tendance : « en 2010, 78% de nos importations provenaient déjà d’Espagne ou d’Italie, soit 4,7 millions d’hectolitres, ce qui n’est pas rien ! ».

Et les volumes d'échanges n’ont cessé d'augmenter depuis. De la même manière, en Espagne, les exportations représentent le segment de croissance le plus important pour les vins, notamment pour le Cava, qui a progressé de 28,4% à l'export en 2011, selon l'Observatoire Espagnol du Marché du Vin (OeMv).

Ce qui renforce également le rôle crucial de la logistique outre-Pyrénées, où la grave crise économique force les opérateurs à trouver des modèles d'organisations permettant à la fois d'optimiser les livraisons et de limiter les coûts.

En tant que premier producteur espagnols de vin d'origine contrôlée, le groupe Torres montre la voie : « Nous sommes sur une tendance de concentration des stocks dès que le vin est mis en bouteille, en essayant de privilégier les circuits courts, directement vers les clients et distributeurs », explique un porte-parole logistique du groupe. Sans renier les engagements qui fondent l'image et l'identité du groupe Torres  : notre objectif, c'est de réduire les émissions de CO² de 30% en dix ans, en transférant les trafics de la route vers le rail, aussi bien pour les expéditions vers Madrid ou l'Andalousie que vers les pays d'Europe ; même si l’offre ferroviaire de transport est encore trop limitée... Pour nous, le dialogue avec les opérateurs logistiques est donc très important, parce que beaucoup se joue lors de la livraison : le transport prolonge la vente  ».

Cette fusion de la logistique et du produit, qui rend le service « transparent » aux yeux du client, ne va cesser de s'accentuer avec le développement du commerce électronique. Dans les entrepôts de Navarro Logistica, à Sabadell (Espagne), les manutentionnaires préparent déjà les cartons de vins personnalisés (co-packing) que les clients (consommateur ou distributeur) ont commandé sur le site Internet d'un négociant. De la même manière, lorsque la société Épigone assure l'expédition d'une commande, le destinataire final peut en suivre le déroulement jusqu'à la réception, via le site de l'entreprise. Une autre exigence de « traçabilité » directement liée à l'évolution vers le « e.commerce ». Une nouvelle mutation du marché qui rend plus important encore l'enjeu d'une logistique sécurisée.

Lire l'ensemble de notre dossier sur la logistique des vins méditerranéens

Article réalisé en partenariat avec Vinisud




Lundi 20 Février 2012



Lu 1952 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 20 Février 2012 - 00:01 Secure logistics mean better wine

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.
Read in your language













RÉflexion

Réflexion

Accélérer la transition économique des PSEM par la coproduction


avis d'expert

Miguel Angel Moratinos, ancien ministre espagnol des Affaires Étrangères, co-président du Comité d'Orientation Politique de l'Ipemed

+ de réflexions

 





Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA









Notre sélection de livres

+ de livres







Biblionostrum

Téléchargez les rapports rédigés
par les acteurs économiques et institutionnels sur des problématiques méditerranéennes.


Suivez econostrum.info en direct sur Facebook




DonnÉes macro-Économiques

Fiches regroupant des données sur les pays circumméditerranéens.



Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI      AeroportMP
PlanBleu      ProvencePromotion     Femise
Ville de Marseille      EDF
OCEMO          Anima
Euromediterranee  Air France