Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La résilience, moteur du tourisme au sud de la Méditerranée



Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Turquie... tous les pays du sud de la Méditerranée amorce un renouveau de leur stratégie touristique. A côté du tourisme de masse, longtemps leur marque de fabrique, ils se tournent désormais vers un tourisme plus diversifié pour séduire aussi bien les clientèles étrangères que locales.



 MÉDITERRANÉE   

S'il convient de reconnaître que l'amorce d'un renouveau date d'avant les printemps arabes, notamment en Tunisie avec la montée en gamme grâce à la thalassothérapie et le golf, les bouleversements dans les pays du sud de la Méditerranée accouchent aussi de nouvelles stratégies en matière de tourisme. Ce secteur représente des parts très importantes de PIB : 14,30% pour l’Égypte, 8% pour le Maroc, 7% pour la Tunisie...
Ces pays restent fragiles en subissant de plein fouet les aléas géopolitiques. D'où l'idée au sud de la Méditerranée, avec de forts accents de résilience, de consolider un secteur vital.


Confronté à la situation politique dans le Sahel, l'Algérie (3 millions de touristes seulement en 2011 mais 4,2% des 5% du PIB hors hydrocarbures) concentre ses efforts sur le tourisme d'affaires mais aussi sur le tourisme de masse de la communauté algérienne résidant à l'étranger. Elle renforce ses capacités d’accueil pour réaliser 75 000 lits supplémentaires. Le conseil de participation de l’État consacre ainsi une enveloppe de 70 mrds dinars (700 M€) pour la réhabilitation des hôtels. Les prévisions tablent sur une capacité d’accueil proche de 120 000 lits à l’horizon 2020.

Le pays ne renonce pas au Sahara avec des abattements de l'ordre de 80% sur les prix du foncier destiné à la réalisation de projets touristiques et des bonifications de 4% sur le taux d'intérêt des prêts bancaires destinés au financement de projets touristiques.

L’Algérie vient de s'allier à sa voisine la Tunisie avec succès. La communauté touristique algérienne, bénéficiant de facilités douanières sur le territoire tunisien, occupe désormais la première place en Tunisie avec 700 000 entrées du 1er janvier au 30 septembre 2012. Les Tunisiens renvoient l'ascenseur en élargissant à l'Algérie leurs excursions proposées notamment aux touristes européens pour le plus grand profit des tour opérateurs algériens.

 

Alors que la rive nord ne cesse de perdre des parts de marchés mondiales, les rives Sud, Est et Balkans se stabilisent. (graphique META)
Alors que la rive nord ne cesse de perdre des parts de marchés mondiales, les rives Sud, Est et Balkans se stabilisent. (graphique META)

La Turquie leader incontesté

Le Maroc veut se positionner dans le Top 20 des destinations touristiques mondiales (photo F.Dubessy)
Le Maroc veut se positionner dans le Top 20 des destinations touristiques mondiales (photo F.Dubessy)

La Tunisie (7 millions de touristes en 2010) prévoit d'instaurer en 2013 une taxe aéroportuaire. Elle permettra de renforcer les capacités financières des campagnes promotionnelle et de créer une unité de gestion par objectif qui prendra en charge la réalisation des programmes de promotion du secteur. Avec trois priorités : la compétitivité de la destination, la qualité et la diversification du produit. Elyes Fakhfakh, ministre tunisien du Tourisme, ambitionne de retrouver le niveau de fréquentation de 2010 dès 2013.

Le Maroc (9,3 millions de touristes en 2011) s'attache depuis 2001 à assurer un développement régional équilibré sur l'ensemble du territoire du Royaume. Avec aussi, depuis deux ans et la Vision 2020, une vocation durable. Lahcen Haddad, ministre marocain du Tourisme, réaffirmait en juin 2012 l'objectif de  « hisser le Maroc parmi les vingt premières destinations touristiques mondiales » en doublant le nombre d'arrivées internationales et en triplant les voyageurs nationaux.

La Turquie, leader incontestée du tourisme dans la zone avec ses 31,4 millions de touristes accueillis en 2011, attire de plus en plus de touristes du Moyen et du Proche-Orient même si les Européens constituent le plus gros contingent avec les Américains mais aussi les Japonais. Perçu comme une destination low cost, ce pays tente avec sa stratégie 2023 une montée en gamme avec le tourisme thermal, le tourisme hivernal, l'écotourisme, le tourisme de congrès et le tourisme sportif. Neuf zones touristiques et culturelles, dix villes touristiques, neuf marinas et onze ports spécialement aménagés pour l'accueil des navires de croisières figurent dans son agenda.

 
retour en haut de page


Le Qatar investit au Maghreb

La Turquie séduit de plus en plus de touristes (photo F.Dubessy)
La Turquie séduit de plus en plus de touristes (photo F.Dubessy)

L’Égypte (14,7 millions en 2010 année record ) espère 12 millions de touristes en 2012 et table sur 30 millions en 2020. La Tunisie vise les 10 millions en 2016. Le Maroc parle de 20 millions d'arrivées en 2020 (11,5 millions attendus en 2014). La Turquie veut atteindre les 40 millions en 2023.


Et comment ne pas y croire quand un pays comme le Qatar inonde de ses dollars l'industrie touristique en Afrique du nord ? Le fonds Qatari Diar annonce par exemple vouloir investir 10 mrds $ dans un resort géant sur la côte méditerranéenne et prévoit des projets au Caire, à Charm El Sheick, au Maroc avec le Qatar National Hotels Morocco et en Tunisie. Il  vient, cet été, de poser la première pierre du complexe touristique de Tozeur.

Comme le note le Conseil mondial des voyages et du tourisme (WTTC),  le développement remarquable de l'activité touristique dans le pourtour méditerranéen va ipso facto alimenter « la concurrence entre les pays tels que le Maroc, la Tunisie, l’Égypte et la Turquie qui chercheront à maximiser leurs parts dans un marché touristique en pleine effervescence. » Une saine émulation !

 




Frédéric Dubessy avec les correspondants


Lundi 26 Novembre 2012



Lu 1815 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 27 Novembre 2012 - 09:29 Crise et tourisme en Méditerranée

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Quatre chantiers pour la renaissance de l’Europe


avis d'expert

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe d'analyse JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA