Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La réparation navale industrielle sur la sellette à Marseille


Un grand rassemblement des salariés de la filière portuaire se déroule ce mercredi 18 février 2009 au matin, sur le site d’Union Naval Marseille, la dernière grande entreprise de réparation navale du port.



Le 13 février dernier, les employés d'UNM avaient fermé l'accès à leur direction pour dénoncer les procédures de licenciement (Photo NBC)
Le 13 février dernier, les employés d'UNM avaient fermé l'accès à leur direction pour dénoncer les procédures de licenciement (Photo NBC)
FRANCE. Ouvriers, chaudronniers, sableurs d’Union Naval Marseille sont sur le pont ce mercredi 18 février 2009 à l’appel du syndicat CGT de la réparation navale. Les employés de cette entreprise, en grève toute la journée, ont été rejoints par les adhérents de l’Union des syndicats de la métallurgie, les dockers, les agents portuaires, marins et les employés de la douane.

Le cortège a prévu de quitter le port et se rendre en préfecture à Marseille, où ils entendent manifester et apporter leur soutien aux 42 salariés d’UNM accusés par leur direction d’entrave à la liberté du travail.

"En janvier, sept personnes qui dénonçaient le recours par la direction à des sous-traitants ont été licenciées pour fait de grève. A l’issue d’une assemblée générale, le 6 février dernier, le personnel a lancé un mouvement pour mettre fin à la sous-traitance", explique Noël Kouici, secrétaire de la section syndicale CGT à l’UNM.

42 lettres adressées au personnel pour un entretien préalable

Un arrêt technique du Girolata de la CMN serait programmé (Photo NBC)
Un arrêt technique du Girolata de la CMN serait programmé (Photo NBC)
Les salariés s’opposent au recours aux sous-traitants locaux MPS (société spécialisée dans la sécurité et le gardiennage), et aux sociétés étrangères Pol Ship et Indesa. Le 13 février dernier, le ton est monté d’un cran, les salariés ayant décidé de bloquer l’accès au site d’UNM.

A l’issue de ce mouvement social, 42 lettres ont été adressées aux personnels pour un entretien préalable.

" Nous avons rencontré le préfet de Région qui nous a annoncé qu’à l’heure actuelle se tient à Valence un conseil d’administration de la maison-mère d’UNM pour savoir si le groupe ne va pas retirer ses billes de Marseille", ajoute, inquiet, Noël Kouici qui se demande si ces procédures de licenciement ne sont pas un prétexte au désengagement du groupe espagnol de la place de Marseille.

Malaise au sein de l'entreprise

Le ton grave, il ajoute que le droit d’alerte a été déclenché et que "des commissaires aux comptes et des émissaires du tribunal de commerce" examinent la situation financière de l’entreprise.

UNM, qui emploie 145 salariés et 15 apprentis, aurait fait les frais des grèves perlées des agents du Grand port Maritime de Marseille qui protestent contre la réforme portuaire et qui secoue l’activité globale des deux bassins.

"On sait que la SNCM attend un retour à la normale pour faire entrer le Liamone en cale sèche, tout comme le paquebot Orient Queen et le Girolata de la CMN", lance M. Kouici qui refuse de voir son entreprise couler à pic.

Ardent défenseur de la réparation navale industrielle lourde, le secrétaire général CGT de la branche, Patrick Castello estime que "la réaction de la direction d’UNM est démesurée au regard de trois heures de grève" et témoigne du malaise qui règne au sein de l’entreprise: "Tous les mois, des cadres démissionnent. Les jeunes qui sortent de l’école de la marine marchande restent deux à trois mois comme chef de bord et quittent rapidement l’entreprise".

Lire aussi: Le site de Boluda à Marseille bloqué par les salariés
La CGT et le groupe Boluda engagent un bras de fer sur le port de Marseille


Nathalie Bureau du Colombier


Mercredi 18 Février 2009



Lu 2827 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 08:43 PSA va fabriquer un pick-up en Tunisie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise