Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La question de l’emploi en Algérie souligne l’absence de statistiques crédibles


Les pouvoirs publics algériens soutiennent que le taux de chômage serait passé de 30% en 1999 à 10,2% en 2009. Mais d’autres sources (chercheurs, instituts, journalistes…) contestent la validité d’un tel bilan en se plaignant du caractère opaque du marché du travail et du manque de crédibilité des statistiques officielles.



Tayeb Louh ministre du du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale (photo DR)
Tayeb Louh ministre du du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale (photo DR)
ALGÉRIE. Depuis le 3 octobre 2010 se tient à Alger un séminaire sous-régional sur « l’emploi et son rôle sur les marchés du travail ». Tenu à l’initiative du ministère algérien du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale en collaboration avec le Bureau international du travail (BIT) et l’Organisation arabe du travail (OAT), il devrait s’achever le 6 octobre 2010.

Quelques chiffres ont été avancés par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale lors de son allocation d’ouverture. 

Tayeb Louh a ainsi rappelé que le monde comptait 212 millions de chômeurs en 2009, selon le BIT, un chiffre en hausse de 34 millions de personnes (dont 10,2 millions de jeunes) par rapport à l’année 2007. 

Pas moins de 45 millions nouveaux demandeurs se présentent annuellement sur le marché mondial du travail. En vue d’absorber cette masse, l’Organisation internationale du travail (OIT) a fixé pour objectif la création de 300 millions de nouveaux emplois d’ici 2015. 

Les travailleurs précaires dépassaient quant à eux le chiffre de 1,5 milliard de personnes en 2009, soit davantage que le total de la main d’œuvre mondiale. 

L’Algérie, à contre-courant

Dans cette situation de marasme international, l’Algérie semble faire exception. Tayeb Louh a ainsi affirmé que la population active était passée de 8,2 millions en 2005 à 9,5 millions en 2009. 

Cette progression de plus de 15% a permis, selon lui, de faire baisser le taux de chômage de 30% en 1999 à 10,2% en 2009. 

Cette prouesse devrait se poursuivre, selon le ministre, par l’application d’un plan d’action pour la promotion de l’emploi doté de 286 mds DZD soit 2,9 mds € qui permettra la création de trois millions d’emplois au cours du plan quinquennal 2010-2014. 

Le gouvernement table sur une création annuelle de 40 000 micro-entreprises qui génèreront quelques 100 000 emplois par an auxquels devraient s’ajouter 300 000 insertions par an durant la même période. 

Nouvelles formes de gestion du marché de l’emploi

Le même plan prévoit de poursuivre la modernisation et le renforcement du réseau de l’Agence nationale de l’emploi  (Anem). 

Les outils de gestion de cet organisme ont déjà été modernisés alors que son réseau d’agences locales devrait être densifié pour atteindre les 240 unités en 2014. 

Parallèlement, le ministre a révélé qu’une dizaine d’organismes privés de création d’emplois étaient opérationnels depuis une année au niveau de tout le territoire national. 

Absence de statistiques officielles crédibles

Dans un entretien paru le 4 octobre 2010 dans le supplément économique hebdomadaire du quotidien El Watan, le sociologue Mohamed Saïb Musette, spécialiste de la migration internationale, du travail et de la jeunesse vient quelque peu réfréner l’optimisme officiel en matière d’emploi. 

Il déclare que « le marché du travail en Algérie reste, pour des pans entiers, dans l’opacité totale. » 

Quant à l’analyse de l’emploi par secteurs, elle « reste encore dans l’ombre ». 

Nombreux sont les économistes, sociologues, chercheurs, entrepreneurs, syndicalistes, responsables politiques et autres journalistes à se lamenter du manque de statistiques crédibles. 

La création, au printemps dernier, d’un ministère chargé des statistiques permettra-t-elle de dépasser ces carences ? Tous l’espèrent. 

Les statistiques du secteur privé ne sont pas toujours fiables

Commentant les résultats de l’étude de Teamconsulting International, un bureau conseil privé basé à Alger, Mohamed Saïb Musette note que le taux moyen national de 17% [avancé par Teamconsulting] contredit le chiffre officiel de 10,2%. 

Mais il conteste les résultats du même bureau conseil annonçant 78% de contrats à durée indéterminée (CDI), 19% de contrats à durée déterminée (CDD), 2% de freelance et 2% de non déclarés. 

Il s’exclame, à propos de ces données : « A l’examen de ces premiers résultats, on aurait eu une mutation profonde du marché du travail en 2010. C’est exactement le contraire des tendances observées par les sondages de l’ONS et les études produites ces dix dernières en Algérie. 
Le salariat permanent aurait accusé une hausse extraordinaire en une année seulement ! 
Il est vrai que tout peut basculer rapidement en Algérie, mais le changement des tendances lourdes nécessite plusieurs années.  Le salariat permanent est moins de 30% en Algérie.
» 



Amal Belkessam, à ALGER


Mardi 5 Octobre 2010



Lu 2859 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise