Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La purge turque menace l'économie du pays


Le président turc Recep Tayyip Erdogan met en prison toute une partie de l'élite de son pays. Une reprise en main qui risque de plomber l'économie turque.



La purge des élites turques engagée par Recep Tayyip Erdogan menace l'économie turque. Photo UE/A. Altan
La purge des élites turques engagée par Recep Tayyip Erdogan menace l'économie turque. Photo UE/A. Altan
TURQUIE. Après les militaires, les policiers, les fonctionnaires, les journalistes, les juges, les écoles privées... le président turc Recep Tayyip Erdogan s'en prend depuis le début de la semaine aux entreprises. La purge entamée depuis la tentative ratée de coup d'Etat se solde pour l'instant selon les chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur turc par 40 000 interpellations, 20 000 personnes incarcérées, des milliers de limogeages de fonctionnaires et de fermetures d'écoles ou d'associations.
 
Il semble surprenant qu'autant de monde puisse fomenter un coup d'Etat. C'est pourtant officiellement pour cette raison que la répression s'abat. Fin juillet, le lendemain de la proclamation de l'état d'urgence, les autorités turques avertissaient leur opinion qu'elles allaient « temporairement déroger à la Convention européenne des droits de l'homme ».
 
Aujourd'hui (18 août), la police financière a lancé un vaste coup de filet dans toute la Turquie, ciblant pour la seconde fois de la semaine les milieux économiques. Près de 200 chefs d'entreprises ou cadres dirigeants ont été arrêtés. Ils sont soupçonnés de financer Fethullah Gülen, opposant politique de Recep Tayyip Erdogan que le président turc accuse d'être l'instigateur du putsch raté.
 
Selon les autorités turques, Fethullah Gülen aurait infiltré l'administration, la police et l'armée. Son organisation, la FETO, serait financée par des entreprises turques aujourd'hui dans le collimateur de la police.

Impact économique

Le « reformatage » de l'administration turque, les coups portés à la justice et maintenant aux chefs d'entreprises vont directement impacter l'économie turque. Décapiter un pays d'une partie de son élite ne peut rester sans conséquence. Ainsi, les trois principaux dirigeants du conglomérat Boydak (chimie, ameublement, énergie, textile, acier...) ont été arrêtés, fragilisant un groupe qui emploie 14 000 salariés. Le gouvernement a limogé des cadres dirigeants de Turkish Airlines et de Türk Telekom. De nombreuses autres entreprises se retrouvent aujourd'hui dans la même situation.
 
Au niveau diplomatique, l'Europe reste officiellement partenaire de la Turquie. Mais les mesures autoritaires et les agressions verbales de Recep Tayyip Erdogan qui reproche par exemple au gouvernement allemand des reportages parus dans les médias germaniques rendent pratiquement impossible la libéralisation des visas et la poursuite effective des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Or, 45% des exportations turques dépendent de l'UE.
 
Tout cela a conduit l’agence de notation Standard and Poor’s à baisser d’un cran la note souveraine de la Turquie. La bourse d’Istanbul comme la livre truque ont dévissé au lendemain du coup d'Etat, mais ont repris depuis les 2/3 de leurs pertes. Selon le ministre du Commerce Bülent Tüfenkci, le coup d'Etat et ses suites auraient coûté 90 mds € à la Turquie et entraîné « un million d'annulation de réservations touristiques ».
 
Demain, le 19 août, l'agence de notation Fitch Rating doit publier son évaluation des perspectives turques. Si, comme S&P, elle baisse la note souveraine de la Turquie, les investisseurs étrangers risquent de bouder le pays.
 
 


Gérard Tur


Jeudi 18 Août 2016



Lu 1085 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise