Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


Econostrum




Comme tous les itinéraires que nous vous proposons, ce road book s'adresse aussi bien aux motards qu'aux automobilistes qui aiment belles routes et superbes paysages. Contrairement à la majorité des guides dans le commerce, nous privilégions la nature sur l'urbain. Quand nous recommandons une adresse, nous l'avons systématiquement testée.



            partager partager
Circuits touristiques

La plus haute route d’Europe


Au menu, les cols d'Allos, des Champs, de la Cayolle, la Cime de la Bonette, le col de la Lombarde et pour finir le col de Larche. Un passage à 2 882 mètres d'altitude, 4 cols à plus de 2 000 mètres, un à plus de 1 900 mètres.



Localisation :Provence-Alpes-Côte d'Azur / France / ITALIE
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Distance :320 kms

 

durÉe :1 journÉe en moto / 2 jours en voiture

 

montagne

 

Premier col de cet itinéraire, Allos est resté sauvage sur son coté nord. Photo Nathalie Phillis.
Premier col de cet itinéraire, Allos est resté sauvage sur son coté nord. Photo Nathalie Phillis.
Cet itinéraire de 320 kms vous fera frôler les étoiles. Le parc national du Mercantour qui sert de décor à cet itinéraire est sans doute l'un des secteurs les plus grandioses des Alpes. De la Méditerranée à Barcelonnette, le Mercantour et ses environs proposent aux amateurs de belles routes du soleil et des virages à n’en plus finir et une nature à peine égratignée par les stations de ski.

Nous vous conseillons de choisir Barcelonnette ou Jausiers comme point de départ... et d'arrivée. Les gros rouleurs enchaîneront ce circuit dans la journée... mais rentrons fatigués. Les autres profiteront un peu plus de cette région exceptionnelle en consacrant deux jours à cette double boucle autour de Barcelonnette.

Deux boucles autour de Barcelonnette à découvrir en 1 ou 2 journées
Deux boucles autour de Barcelonnette à découvrir en 1 ou 2 journées

De col en col

Avec la cime de la Bonette, vous circulez sur la route la plus haute d'Europe. Photo Nathalie Phillis.
Avec la cime de la Bonette, vous circulez sur la route la plus haute d'Europe. Photo Nathalie Phillis.
Commencez cette journée exceptionnelle par le col d'Allos. Sa partie nord est la plus belle, la plus sauvage du col, avec notamment des précipices et un splendide pont. Vous plongez ensuite vers Colmars, un village médiéval parfaitement conservé à visiter. À l'ouest de Colmar, le col des Champs vous attend. Peu fréquenté par les touristes, pourtant superbe, il se mérite car la route qui y conduit mériterait un meilleur entretien. Extrêmement étroite dans la première partie de la montée, elle débouche ensuite sur des alpages puis plonge vers St Martin d'Entraunes.
 
La D2202 vous permet de gravir le col de la Cayolle (2 326m) en suivant de Var (fleuve). Les forêts laissent progressivement la place à la roche et aux falaises. Peu avant le col, un petit chemin signalé vous conduit à la source du Var et vous permet de vous délasser les jambes. Ce petit intermède bucolique passé, il vous faut franchir le col de la Cayolle, dont les derniers virages dégagent un joli panorama. La descente sur le versant nord est encore plus belle, avec notamment plusieurs cascades. Attention, vous les aurez souvent dans le dos et il faut rouler doucement en restant attentif pour ne pas les rater. Là, ceux qui prennent le temps de s’arrêter et de marcher un peu apercevront probablement des marmottes, peut-être des chamois.
 
Si vous possédez un trail ou un 4x4, dans Bayasse, bifurquez sur une piste qui vous conduit à travers des paysages somptueux directement au col de la Moustière. La piste est facile, mais avec beaucoup de cailloux. Dans ces hauts alpages pratiquement déserts, bifurquez à gauche pour rejoindre la cime de la Bonette. Faites-vous discrets et roulez doucement pour ne pas effrayer promeneurs et troupeaux.

Pendant ce temps, ceux qui préfèrent le goudron auront poursuivi leur route à Bayasse. La D902 les conduit jusqu’à Barcelonnette, par les courtes, mais impressionnantes, gorges de Bachelard. A peine le temps d’un passage à Barcelonnette puis à Jausiers, et ils remontent à la cime de la Bonette, la route la plus haute d’Europe. Bien goudronnée, la montée ressemble à une piste de karting. Mais mieux vaut calmer ses ardeurs en raison des campings cars et des vélos, très nombreux. de plus, vous pourriez manquer les dizaines de marmottes qui sur la seconde moitié montent la garde le long de la route. 

Prévoyez un arrêt à la Bonette pour admirer le paysage lunaire en grimpant à pied à la table d’orientation. Par beau temps, vous y vivrez un moment inoubliable, avec une vue imprenable sur les sommets des Alpes (le Queyras, Pelvoux, Mont Viso…).

Entre France et Italie

Peu connu, le col de la Lombarde est une pure merveille. Mais attention à la route extrêmement étroite coté italien. Photo Nathalie Phillis.
Peu connu, le col de la Lombarde est une pure merveille. Mais attention à la route extrêmement étroite coté italien. Photo Nathalie Phillis.
La descente vers St Dalmas le Selvage demande de bons freins. Roulez cool pour admirer le paysage. Situé au bout du monde, à la source même de la Tinée, St Dalmas mérite une petite visite. Le village enchâssé dans un cirque de hautes montagnes et de falaises vertigineuses, possède une modeste mais jolie église romane à la façade peinte et des maisons aux façades biscornues ornées de cadrans solaires, dont les toits pentus sont recouverts de bardeaux de mélèze.

Mais il faut reprendre la route et poursuivre la descente pour retrouver la civilisation moderne à Isola. Après un arrêt à la cascade de Louch, montez à Isola 2000 pour franchir un col aussi peu connu que beau : la Lombarde. La descente côté Italien est superbe, mais attention à la route extrêmement étroite. Arrêt obligatoire au sanctuaire de Santa Anna, le plus haut d’Europe, dont la chapelle est couverte d’ex-voto pour le moins surprenants.

Rejoignez la vallée de Démonte, puis prenez à gauche pour rejoindre les lacets du Col de Larche et enfin votre point de départ.

Si vous avez le temps

- Le Mercantour.
Si le circuit proposé dans le Mercantour permet de découvrir en un week-end ce parc national trop peu connu, il faut compter au minimum une semaine pour visiter réellement cette région exceptionnelle. Le Mercantour est probablement le parc national le plus facilement accessible, avec de profondes vallées plongeant en son cœur même. Sans hésitation, choisissez juin ou septembre. Si vous abandonnez votre véhicule pour marcher un peu, vous aurez peut-être la chance d’apercevoir un des trente couples d’aigles royaux, des Gypaètes Barbus, un Grand Duc, une hermine, une trace de loup, des bouquetins. Vous verrez plus sûrement des marmottes, des chamois (6300 dans le parc), des mouflons (1200). Hors juillet et août, non loin de Saint Martin de la Vésubie, vous êtes pratiquement assuré de voir des chamois au bout de la vallée de la Gordolasque, au Boréon ou encore autour du site de la Madonne de Fenestre. Beuil, St Sauveur sur Tinée ou Saint Martin de la Vésubie constituent un bon camp de base pour rayonner sur les hauts cols du nord ou les labyrinthes de l’arrière-pays niçois.

- Village médiéval d’Annot au sud du col d’Allos.

- Les forts troglodytes de la vallée de l’Ubaye (Tournoux) et du col de Larche (Roche la Croix et Saint Ours haut). Prendre un guide.

- Sports d’eau vive. L’Ubaye reste l’une des seules rivières non domestiquées par EDF. Résultat : une cinquantaine de rapides pour faire du raft, du canoë, du kayak, de l’hydro-speed.

- Barcelonnette.
Les premiers « Barcelonnettes » se sont installés au Mexique en 1840. De commerçants spécialisés dans le textile (soie), ils deviennent vite industriels et banquiers, fondant des villes et contrôlant des pans entiers de l’économie mexicaine. L’émigration durera plus d’un siècle. 20 000 à 50 000 descendants des Barcelonnettes vivent aujourd’hui au Mexique, soit plus que dans la vallée ( moins de 10 personnes). Les plus riches revenaient, et reviennent encore régulièrement, à Barcelonnette et à Jausiers, où ils ont fait construire de 1880 à 1930 une cinquantaine d’imposantes villas-châteaux de styles très variés (néo-gothique, florentin, Louisiane…). Il s’agissait alors de montrer sa fortune. La villa La Sapinière abrite le musée de la vallée et se visite.

Liens utiles



Gérard Tur

Vendredi 16 Décembre 2016
Lu 3073 fois




Nous vous proposons de partager les plus belles routes
Photo ED
Ces itinéraires construits le plus souvent sur une journée s'adressent aux amoureux de belles routes, de superbes paysages, de nature intacte, de parcs nationaux, de cols, gorges, vallées profondes... et de virages.

Ici pas ou peu de villes, pas de trajets autoroutiers. Nous nous démarquons ainsi des guides touristiques qui fourmillent d'informations sur les sites urbains ou historiques, mais donnent finalement très peu de détails sur les moyens d'y arriver le plus agréablement possible.

Que vous soyez motards au long cours ou automobilistes désireux de sortir des sentiers battus, nos itinéraires précis et détaillés s'adressent à vous.

Média méditerranéen, econostrum.info ouvre un nouveau champ et vous propose dans un premier temps des itinéraires en France, en privilégiant la moitié sud du pays (Provence Alpes Côte d'Azur, Occitanie, Corse), mais sans s'interdire des incursions un peu plus au nord. Puis, en fonction de vos réactions, nous pousserons peut-être plus loin : Espagne, Italie, Maroc, Tunisie...

Car la Méditerranée est un merveilleux terrain de jeu pour les rouleurs. Qu'il s'agisse des itinéraires ou des conseils en matière de restauration, nous avons testé et aimé tout ce que vous trouverez dans nos pages. Mais nous pouvons rater parfois des sites mémorables, passer à côté d'une pépite cachée...

N'hésitez pas à nous faire part de votre savoir, à commenter nos circuits et nos conseils. Et surtout, bonne route.







  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA          EDF
 
Femise