Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La nouvelle donne sociale est soumise par référendum aux salariés de Fiat à Turin


Contre l’engagement d’investir 1 md€ sur son site industriel de Mirafiori à Turin, Fiat négocie plus de flexibilité et une productivité accrue avec remise en cause, pour les salariés, de la convention collective qui, jusqu’ici, régissait les relations sociales dans le secteur de l’automobile.



Coeur de l'industrie automobile, Turin lui a dédié un musée (Photo ville de Turin)
Coeur de l'industrie automobile, Turin lui a dédié un musée (Photo ville de Turin)
ITALIE. L'industrie italienne a les yeux rivés sur Turin. Depuis les 13 et 14 janvier 2011, les 5431 salariés de Mirafiori, principal établissement industriel de la Fiat,sont appelés à se prononcer sur l’accord, signé avec trois des quatre syndicats, sur la nouvelle organisation du travail et âprement négocié en décembre 2010 avec Sergio Marchionne, administrateur délégué du groupe.
 
Le taux de participation, plus de 90% pour les seuls travailleurs de nuit, souligne l’importance des enjeux. Si le oui l’emporte, Fiat s’engage à investir un milliard d’euros pour développer l’activité sur Turin. En cas d’échec du référendum, Sergio Marchionne menace d’aller investir au Canada et Silvio Berlusconi, président du conseil, vient de lui donner raison.
 
L’opposition est divisée. Si les critiques sur les méthodes employées par l’administrateur délégué de la Fiat ne manquent pas, le maire de Turin, élu du centre gauche, Sergio Chiamparino a appelé à voter oui, de même que Piero Fassino, le favori aux primaires à gauche pour les prochaines élections municipales. 
 
Les sondages donnent une large majorité pour le oui. Mais la Fiom (22% des syndiqués de Mirafiori), le syndicat des métallos au sein de la CGIL (équivalent de la CGT en France) dénonce le chantage auquel sont soumis les travailleurs et a refusé de signer un accord qui « constitue un pas en arrière ». Travail étendu le samedi, suppression de pauses, absentéisme sanctionné et congés de maladie sous haute surveillance, marginalisation des syndicats non signataires … sont autant de mesures qui, malgré des compensations salariales, ont du mal à passer.  

Un accord qui pourrait faire tache d’huile

D’autant que les nouvelles règles du jeu imposées par Sergio Marchionne sortent du cadre de la convention collective du secteur auto italien. 
Depuis le 3 janvier 2011, la scission en deux entités cotées du groupe Fiat (l’une pour les camions et les tracteurs, l’autre pour les voitures) donne une nouvelle dimension au rapprochement avec l’Américain Chrysler, amorcée en 2009.
 
Dans une économie globalisée, l’administrateur délégué de la Fiat veut obtenir une plus grande flexibilité du travail et une productivité accrue à Mirafiori pour rejoindre les niveaux de production des usines Fiat du Brésil ou de Pologne. Il choisit donc la voie d’un accord d’établissement, comme il l’a déjà fait à Pomigliano près de Naples, en créant des sociétés locales pour chaque site, au détriment des accords de branche négociés avec Federmeccanica, au sein de la Confindustria, le Medef italien.
 
Cette démarche risque de faire tache d’huile chez les industriels italiens, certains groupes comme Fincantieri à Gênes, suivent de près l’expérience Fiat. 

Consciente de la menace pour l’organisation patronale, la présidente de la Confindustria, Emma Marcegaglia, compte bien faire rentrer la Fiat dans les rangs. Mais pour cela il faudra négocier un nouvel accord pour la branche auto. Avec le risque pour les salariés que cet accord avalise les nouvelles règles du jeu social imposées dans un contexte où la préservation de l’emploi pèse lourd quand on aborde le chapitre des concessions.


Christiane Navas


Vendredi 14 Janvier 2011



Lu 2921 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 08:43 PSA va fabriquer un pick-up en Tunisie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise