Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La jeunesse turque veut conserver ses libertés


La Turquie connaît une situation économique que beaucoup de pays lui envient. Mais sa jeunesse n’accepte pas de voir les libertés rognées pour des motifs religieux.



La jeunesse turque manifeste également dans de nombreuses capitales européennes comme ici à Bruxelles (Photo F Dubessy)
La jeunesse turque manifeste également dans de nombreuses capitales européennes comme ici à Bruxelles (Photo F Dubessy)
TURQUIE. Ce qui n'était au départ qu'une manifestation contre un projet urbain est devenue en quelques jours une crise profonde qui illustre le mal être d'une partie de la population turque. Deux morts, près de 2 000 arrestations, des milliers de blessés, ce bilan fait plus penser à celui d'une dictature luttant pour sa survie qu'à celui d'une démocratie confrontée à un mouvement social.

L'exemple économique et politique turc que beaucoup de pays arabes voudraient suivre est devenu en quelques jours moins séduisant même si l'agence de notation Moody's a relevé d'un cran la note souveraine de la Turquie (Baa3) en mai 2013. Relativement peu endetté (36% du PIB), le pays reste le plus performant de l'OCDE en matière d'évolution de son produit intérieur brut (PIB). Mais son taux de croissance a fondu comme neige au soleil ces deux dernières années : près de 9% en 2011, 2,2 % l'année dernière et probablement « à peine » un peu plus de 3% en 2013, pour une inflation de 6% et une chômage de 9%.

A l'image de la Chine, la Turquie connaît un développement très inégalitaire, que ce soit au niveau géographique avec des régions « oubliées » ou social.

Restriction de libertés

La jeunesse urbaine refuse de voir son mode de vie modifié pour des raisons religieuses (Photo C Garcia)
La jeunesse urbaine refuse de voir son mode de vie modifié pour des raisons religieuses (Photo C Garcia)
Mais ce n'est pas sur le terrain économique que la partie se joue. Mais sur celui des libertés. Les manifestants récusent les restrictions qui se multiplient, qu'il s'agisse d'insultes contre Dieu, d'avortement, d'alcool, de baisers dans la rue ou encore de l'uniforme des hôtesses de l'air de la Turkish-Airlines. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si tout a commencé dans le quartier de Beyoglu, haut lieu de vie nocturne à Istanbul, où se rencontrent jeunes filles en minijupes, homosexuels et intellectuels.

L'incendie qui embrase une cinquantaine de villes turques pourrait encore prendre de l’ampleur avec l'entrée en scène de nouveaux acteurs nettement plus organisés que les écologistes, gauchistes, défenseurs des minorités ethniques et sexuelles....qui tiennent aujourd'hui le haut du pavé. La Kesk, une confédération de onze syndicats de la fonction publique, a ainsi appelé à une grève de 48 heures.

Pour l'instant, la crise ne touche qu'une minorité de la population qui reproche au premier ministre Recep Erdogan une « islamisation rampante » et un autoritarisme de plus en plus visible. Recep Erdogan a ainsi qualifié les manifestants de « pillards, d'émeutiers et d’alcooliques » pendant que son ministre de l'intérieur estimait que sa police n'avait pas fait preuve d'une violence excessive. Des propos contredits quelques heures plus tard par Bülent Arinç, vice-premier ministre et porte-parole du gouvernement, qui présentait mardi 4 juin 2013 ses « excuses à tous ceux qui ont été victimes de violences. Tout le monde n'est pas obligé de nous apprécier, mais nous sommes ouverts aux opinions de ceux qui ne nous soutiennent pas.»

Légitimité

Le gouvernement turque bénéficie d'une légitimité incontestable (Photo C Garcia)
Le gouvernement turque bénéficie d'une légitimité incontestable (Photo C Garcia)
Au pouvoir depuis dix ans, le parti AKP islamo-conservateur dispose d'une légitimité incontestable. Recep Erdogan a gagné les trois dernières élections législatives (2003, 2007 et 2011), améliorant à chaque fois son score. Ces manifestations ne traduisent donc pas l'exaspération de la population turque, mais le désespoir d'une jeunesse urbaine qui se voit progressivement enfermée dans un carcan religieux conservateur.

Ces émeutes ne sont pas sans conséquence sur l'économie turque. La bourse d'Ankara a dévissé de 10% lundi 3 juin 2013 alors que la livre turque reculait par rapport au dollar et à l'Euro. Le spectacle des brutalités policières pourrait également peser dans le choix du comité Olympique de retenir Istanbul pour les jeux de 2020.


Gérard Tur


Mercredi 5 Juin 2013



Lu 2090 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €


Commentaires

1.Posté par François Henriot le 06/06/2013 09:40
Depuis des années, les commentateurs occultent, pour la plupart, le fait que ce gouvernement "d'islamistes modérés" n'a de cesse de détruire les acquis du kémalisme. Ainsi, son bras de fer contre l'armée turque, applaudi par les européens comme étant une démonstration de foi démocratique, a plus ou moins abattu un pilier du kémalisme. Or, celui-ci faisait la superbe "exception musulmane" de la République turque, de loi laïque en pays majoritairement musulman. Les européens, une fois de plus "idiots utiles", ont trahi l'exception turque, par ignorance, aveuglement, intérêt commercial. Or la Turquie est - était? - le verrou Est de l'Otan et de la Grande Europe. Je souhaite bien du courage à la jeunesse turque, comme à la jeunesse iranienne...

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par Tahar Ben Rhouma le 10/06/2013 12:00
Facebook
Malgré la reconnaissance des droits universels de l'homme les libertés restent brimées et surtout dans les pays islamique tel la Turquie.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise