Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La guerre civile a débuté en Libye


La ville de Tripoli est désormais menacée par les opposants à Mouammar Kadhafi. Des défections commencent dans les forces armées mais aussi chez les ambassadeurs à l'étranger. Plusieurs villes sont détenues par les manifestants.



Les manifestations des pro-Kadhafi se poursuivent (photo DR)
Les manifestations des pro-Kadhafi se poursuivent (photo DR)
LIBYE. Les évènements s'enchaînent en Libye lundi 21 février 2011 où la situation devient de plus en plus confuse et la répression des manifestations de plus en plus violente.

Dans la nuit du lundi au mardi 22 février 2011, de nombreux affrontements se sont déroulés dans les rues de Tripoli où des avions de l'armée de l'air ont ouvert le feu sur les manifestants. Selon des rumeurs, des hélicoptères auraient amenés des mercenaires africains pour ouvrir le feu sur la foule.

En plus des affrontements meurtriers avec les forces de sécurité, les heurts se multiplient aussi entre pro et anti-Kadhafi.

La Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) annonce un bilan de 300 à 400 morts depuis le début des manifestations, soit une semaine seulement, et Human Rights Watch de 230 décédés. Ce bilan devrait encore être plus lourd après les évènements de la nuit.

Plusieurs villes, dont la seconde du pays Benghazi et Syrte ville natale du leader libyen, seraient désormais contrôlés par l'opposition au Colonel Mouammar Kadhafi. Un basculement s'expliquant par le retournement de l'armée mais aussi de hauts responsables du régime qui changeraient de camps  

A l'étranger des défections d'ambassadeurs sont enregistrées, comme celles d'Abdel Moneim al-Honi, représentant permanent de la Libye auprès de la Ligue arabe, qui annonce sa volonté de rejoindre la révolution. Ou encore celle de Moustafa Mohamed Aboud Al Djeleil, ministre de la justice, pour protester contre un "recours excessif à la violence contre les manifestants."

Ibrahim Dabbashi, ambassadeur libyen adjoint à l'ONU, a même déclaré sur plusieurs télévisions anglo-saxones que le président Kadhafi était "coupable de génocide contre son propre peuple" et qu'il devait "partir le plus vite possible."

Le Cheikh Youssef Al-Qardaoui, un influent prédicateur, a été plus net en émettant une "fatwa" appelant l'armée libyenne à assassiner Mouammar Kadhafi pour "en débarrasser la Libye" a-t-il déclaré sur la chaîne qatari Al-Jazeera.


D'autres communes, plus proches de Tripoli, seraient également tombées dimanche 20 février 2011 dans la nuit. 
Des portraits de Mouammar Kadhafi commencent à être arrachés.


Le cours du pétrole flambe

Dans ce climat de guerre civile, plusieurs pays étrangers comme le Portugal, l'Espagne et l'Autriche craignent désormais pour leurs ressortissants. Et ont envoyé des avions militaires pour rapatrier les Européens.

Vers 22 h, heure française, l'espace aérien au-dessus de Tripoli a été fermé jusqu'à nouvelle ordre.

Les entreprises étrangères, très importantes dans l'économie du pays et notamment dans l'exploitation des énergies, plient aussi bagages et non des moindres puisque le groupe pétrolier BP, ENI, Finmeccanica, Statoil, Wintershall, Total et Vinci ont annoncé l'évacuation de leurs salariés de Libye.

La situation du quatrième producteur de pétrole en Afrique donne des sueurs froides aux bourses du monde entier qui reculent. 

Le cours du pétrole a grimpé au-dessus de 105 $ le baril à Londres, le plus haut niveau depuis septembre 2008.

Le fils Kadhafi menace violemment les manifestants

Occupant le pouvoir sans partage depuis quarante-deux ans, Mouammar Kadhafi a fait monté en première ligne son fils Seïf Al-Islam dimanche 20 février 2011.

Dans un discours télévisé, ce dernier a affirmé que "la Libye est à un carrefour. Soit nous nous entendons aujourd'hui sur réformes, soit nous ne pleurerons pas 84 morts mais des milliers et il y aura des rivières de sang dans toute la Libye." Et de prévenir : "La Libye n'est ni l'Egypte, ni la Tunisie :

Seïf Al-Islam s'est fait ensuite très menaçant. "Je m'adresse à vous et pour la dernière fois avant de recourir aux armes.. Notre moral est au plus haut et le leader Mouammar Kadhafi, ici et à Tripoli, conduit la bataille et nous le soutenons ainsi que nos forces armées... Nous ne lâcherons pas la Libye et nous combattrons jusqu'au dernier homme, jusqu'à la dernière femme et jusqu'à la dernière balle !"

Rappelons que la Libye a été élue en mai 2010 au Conseil des droits de l'homme de l'ONU !




Lundi 21 Février 2011



Lu 2528 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte


Commentaires

1.Posté par Imbert de Dion le 21/02/2011 18:32
Nous voici donc à un carrefour de l' Histoire et l'effet dominos que certains appréhendaient et d'autres appelaient de leurs voeux est en train de se dérouler sous nos yeux. Du haut de notre confort Européen, que faire, que dire............????
Deux choses: 1 Effectivement la Libye n'est ni l' Egypte, ni la Tunisie. Malgré une dictature lourde que seuls les Lybiens (et les Lybiennes) sont en droit de juger ( et s'ils n'y parviennent pas, ALLAH s'en chargera tôt ou tard) la Lybie a ceci de très particulier qu'elle a eu le privilège d'avoir une relativement bonne GOUVERNANCE !!! Les petro-dollars ne sont pas partis à l'etranger ! Ils ont largement contribué à l'élévation du niveau de vie des habitants et des travaux pharaoniques ont été entrepris pour acheminer l'eau de la (gigantesque) nappe phréatique saharienne à la côte. Ainsi (sources "Le Dessous des Cartes") l'espérance de vie, l'infrastructure sanitaire et l'éducation ont atteint des niveaux records en Afrique du Nord. Ne vous méprenez sur mes paroles: cela ne constitue en rien un quitus pour la répression passée, présente et hélas à venir !?! Mais cela m'amène au point No 2 :
Dans le passé toutes les crises intérieures graves ( la pire que ma génération ai connu, ayant été celle de l' Afrique du Sud) ont toutes évité les bains de sang tragiques en privilégiant à tous prix le dialogue et l'entente entre les ennemis d'hier. L'exemple le plus marquant ayant été (encore une fois) celui de Mandela et de de Clergk qui tous les DEUX ont reçu le prix Nobel de la paix. Quelles sont, à l'heure actuelles les personnalités incontestées (pour l'instant) dans le Monde Arabe, capables d'initier (autrement que par des belles paroles) un vrai processus de démocratisation et de réconciliation(s) nationale(s) ? Je n' en vois que deux :
Le Roi Mohamet VI du Maroc et le Roi Fayçal d' Arabie............Eux seuls ont le pouvoir d'initier dans leur pays respectif, à l'instar de ce qu'avait magnifiquement réalisé le Roi Juan Carlos d'Espagne, des Monarchies Constitutionnelles avec des Gouvernements démocratiquement élus. En agissant ainsi, ils sauveront des milliers de vies, entreront dans l' Histoire par la grande porte et surtout ouvriront la voie à un carnet de route vers la démocratie que chaque pays Arabe, à plus ou moins long terme, pourra adapter à son histoire particulière, se partageant ainsi entre Républiques et Monarchies Constitutionnelles!
LE FERONT-ILS ???? L' AVENIR NOUS LE DIRA................!!!!
En tous les cas, je le leur souhaite! Je vous le souhaite de tout coeur !!!!

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise