Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La grève générale suspendue in extremis au Liban, avec un accord qui ne satisfait personne




La grève est maintenue au Liban (logo CGTL)
La grève est maintenue au Liban (logo CGTL)
LIBAN. La grève générale prévue mercredi 12 octobre 2011, à l'appel des principaux syndicats de travailleurs, a été finalement suspendue in extremis, au terme d'intenses tractations poursuivies jusqu'à tard dans la soirée de mardi 11 octobre 2011. Mais l'accord trouvé par le gouvernement ne satisfait ni les syndicats ni les organismes économiques.

Comme souvent au Liban, c'est in extremis qu'un accord a vu le jour mardi soir, vers minuit, après que le gouvernement de Nagib Mikati ait tranché en faveur d'une revalorisation des salaires minimum, comme le réclame depuis plusieurs mois le principal syndicat, la Confédération générale des travailleurs du Liban (CGTL).

Pas de grève générale dans le pays pour l'instant donc, mais un accord qui, au final ne satisfait personne.

Après des discussions intenses entre les différentes parties — syndicats et patronat — et le gouvernement, le Premier ministre libanais Nagib Mikati a finalement annoncé un relèvement du salaire minimum de 500 000 livres libanaises (243,3 €) à 700 000 livres libanaises (340,6€) , ainsi qu'une remise à niveau de 200 000 L.L. (97,3€) pour les salaires inférieurs à 1M L.L. (486,6€) et une hausse de 300 000 L.L.(145,9€) pour les salaires compris entre 1M L.L. (486,6€) et 1,5 M L.L.(729,9€). Les allocations de transport sont-elles portées à 10 000 L.L.(4,86€)  au lieu de 8 000 ( 3,89€) précédemment, tandis que l'allocation scolaire annuelle passe à 750 000 L.L. (364,9€)) au lieu des 500 000 L.L. (243,3 €) actuels, assortie d'un plafond à 1,5 M L.L.(729,9€).

Accord insatisfaisant pour tous

Depuis plusieurs mois, le principal syndicat de travailleurs, la CGTL, réclamait notamment un réajustement du salaire minimum de 500 000 L.L. (246,3 €) actuels à 1,2 million de L.L.. (613,9€), principalement pour faire face à l'inflation sur les produits de base ces derniers mois.

Le président de la CGTL, Ghassan Ghosn, qui a insisté sur le fait que la grève était "suspendue" et non pas "annulée" a par ailleurs réussi à arracher au Premier ministre la promesse que la hausse de la TVA de 10 à 12% prévue dans le budget 2012 actuellement en cours d'étude soit annulée.

La CGTL a par ailleurs regretté que les salariés disposant d'un revenu mensuel supérieur à 1,8M L.L. (875,9€) soient exclus de l'accord gouvernemental.

Le malaise social n'est pas pour autant écarté.

Patrons et ministres mécontents

Les principaux organismes économiques du Liban étaient furieux de l'accord annoncé de facto par le Premier ministre. Cette hausse de 39% sur les salaires pourrait, selon eux, provoquer une dérive inflationniste sur les produits de base et des licenciements dans les entreprises.

Déjà, les sociétés importatrices de pétrole ont annoncé que toute hausse de salaire devrait être suivie d'un réajustement des prix des carburants.

Au cours des discussions, les organisations patronales s'étaient prononcées pour une hausse forfaitaire de 16%, qui équivaudrait au taux de la hausse des prix enregistrés depuis 2008. Une proposition qui avait été refusée par la CGTL.

Ces tractations visant à résoudre le malaise social au Liban n'auront pas été sans conséquence sur le gouvernement lui-même.

Plusieurs ministres, appartenant au bloc de la Réforme et du Changement de Michel Aoun se sont opposés à cet accord, estimant qu'il ne s'agissait que d'un "tranquillisant", visant à empêcher la grève, et non d'une véritable solution sociale et économique.




Mercredi 12 Octobre 2011



Lu 2319 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise