Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La géostratégie des pays méditerranéens face au défi sécuritaire


A Marseille, le colloque Sécurité économique et compétitivité des entreprises en Méditerranée (SECEM) a souligné la nécessité d'une coopération profonde entre l'Europe et les pays du Sud de la Méditerranée.



Michèle Alliot-Marie réclame davantage de think tank pour se pencher sur la géostratégie des pays méditerranéens (photo F.Dubessy)
Michèle Alliot-Marie réclame davantage de think tank pour se pencher sur la géostratégie des pays méditerranéens (photo F.Dubessy)
MÉDITERRANÉE. "L'Union européenne n'a pas pris conscience qu'elle est une véritable puissance, la première puissance économique au monde ! Mais, elle ne sait pas défendre ses intérêts à l'extérieur. Ses 450 millions d'habitants demeurent insuffisants pour s'imposer. Nous devons donc non seulement construire l'unité de l'Europe, mais élargir l'alliance économique aux pays du Sud de la Méditerranée et même de la Russie. Dès lors, nous serons une puissance de plus d'un milliard d'habitants qui pourra se faire entendre dans l'ensemble du monde" a souligné jeudi 18 juin 2015 la députée européenne Michèle Alliot-Marie lors du colloque Sécurité économique et compétitivité des entreprises en Méditerranée (SECEM).

Pour l'ancienne ministre française de la Défense, "les pays du bloc méditerranéen ont un rôle à jouer. Le sud de la Méditerranée représente des ressources énergétiques et humaines, des capacités d'actions extrêmement importantes" poursuit-elle. Elle réclame "davantage de think tank pour se pencher sur la géostratégie des pays méditerranéens car, il faut disposer d'un projet pour savoir où aller. " Tout en rappelant les réalisations déjà en place, comme l'Union pour la Méditerranée, Michèle Alliot-Marie indique que la coopération se doit d'aller plus loin. "Nous devons être efficaces avec des organismes capables d'aller plus loin pour faire face aux nouveaux défis" précise-t-elle.

Une vision partagée par le professeur marocain et expert international sur les questions de sécurité et de terrorisme Mohammed Benhammou, pour qui "l'avenir se joue en Afrique." Son affirmation repose sur la véritable bombe démographique que représente l'Afrique : sa population pourrait plus que tripler d’ici 2050. "La croissance n'est plus à chercher ailleurs" insiste-t-il.

Crise sécuritaire

La sécurité est un défi majeur pour les prochaines décennies selon Mohammed Benhammou (Photo F.Dubessy)
La sécurité est un défi majeur pour les prochaines décennies selon Mohammed Benhammou (Photo F.Dubessy)
Pourtant, nombre de réalisations restent encore bloquées par la crise sécuritaire qui touche les pays du bassin méditerranéen. Les printemps arabes ont considérablement fragilisé la sécurité de cette zone, et plongé dans le chaos certains pays comme la Libye. Cela a permis aux groupes terroristes comme l'État islamique de s'implanter durablement dans des régions s'étendant sur plusieurs pays. "Nous vivons dans le contexte stratégique international des trois "i" : impuissance, impasse, incertitude" pointe Mohammed Benhammou. 

Ces zones instables sont confrontées à de véritables défis comme l'indique l'expert marocain, "la sécurité est un défi majeur pour les deux prochaines décennies", et le montre l'ancien Secrétaire d’État auprès du ministre du Développement régional et local tunisien Mohamed Néjib Karafi. Selon lui, à force de temps et d'argent la Tunisie a pu réussir sa transition : en janvier 2014, une Constitution adoptée par les modernistes et les conservateurs a été saluée par la communauté internationale. Néanmoins, au niveau économique, le pays reste extrêmement fragile. "Les risques et les dangers de chute sont aussi importants que les efforts accomplis" commente-t-il. Et Mohammed Benhammou de citer quelques chiffres pour résumer la menace dans les pays du sud de la Méditerranée : "en trois décennies, 10 000 étrangers ont participé au conflit en Afghanistan. En une décennie, 10 000 aussi en Irak. En trois ans, 42 000 en Syrie ! "  Mohamed Néjib Karafi regrette lui que "la Tunisie devient le premier pays exportateur de terroristes ! Au bout de trois ans, nous sommes arrivés à disposer d'une constitution mais nous n'avons pas beaucoup avancé en économie. Les personnes lésées avant la révolution le sont toujours. Pas de chance, notre voisin est le seul qui a connu une révolution organisée par l'Otan et qui risque de tomber dans l'anarchie."

La sécurité de l'Europe doit se chercher dans la profondeur sahalienne

Mohamed Néjib Karafi craint les débordements de l'insécurité libyenne sur la Tunisie (photo F.Dubessy)
Mohamed Néjib Karafi craint les débordements de l'insécurité libyenne sur la Tunisie (photo F.Dubessy)
Prolifération des armes et de la drogue, immigration illégale, "nous ne pouvons pas lutter contre le terrorisme sans lutter contre les trafics" prévient Mohammed Benhamou. En soulignant que"la sécurité de l'Europe doit se chercher dans la profondeur sahalienne" le professeur marocain appelle l'Europe et les pays du Sud de la Méditerranée à une "cogestion, une co- responsabilisation face à ces phénomènes. Nous allons vers plus d'instabilité et plus d'insécurité. La Libye est un gouffre noir qui risque de faire chavirer le navire."

La situation précaire en matière de sécurité des pays du bassin méditerranéen demeure la raison d'une certaine frilosité de la part des entrepreneurs européens. Pourtant, la nécessité d'un renouveau dans les échanges économiques entre l'Europe et l'Afrique du Nord reste aussi importante pour les deux parties. "Il faut avancer ensemble" affirme Michèle Alliot-Marie. 

"La solution dans les pays du Sud passe par une amélioration au niveau économique. il existe un déficit énorme de développement économique dans cette zone. Et nous sommes au balcon en face de notre croissance future" commente Jean-Luc Chauvin, président de l'Union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône (UPE 13).

Marseille, hub d'entrée des pays du Sud de la Méditerranée

Jean-Luc Chauvin veut amener les entreprises provençales de l'autre côté de la Méditerranée (photo F.Dubessy)
Jean-Luc Chauvin veut amener les entreprises provençales de l'autre côté de la Méditerranée (photo F.Dubessy)
"En 2050, un habitant sur quatre sera africain. Cela signifie qu'il y aura encore plus de francophones ; un fabuleux marché par facilité de langage s'offre à nous!" note Jean-Luc Chauvin. Concrètement, il souligne la mise en place des MedBusinessDays à Marseille en 2014, des rencontres entre les chefs d'entreprises localisées sur les pourtours du bassin méditerranéen. "Plus de 500 rencontres ont eu lieu, et une quarantaine d'accords ont été signé. Quand deux businessmen se rencontrent, ils se comprennent" poursuit-il. "Il faut accompagner les chefs d'entreprises pour leur donner envie d'aller à l'international. Nous devons nous ouvrir sur toute la Méditerranée."

Optimiste, Jean-Luc Chauvin parle de faire de Marseille le hub d'entrée des pays du sud de la Méditerranée vers l'Europe. A l'image de Casablanca qui s'impose comme celui de l'Europe vers l'Afrique. "Cela passera par l'économie, la diplomatie, la prise de conscience" assure le patron des patrons bucchorhodaniens.


Marie Maheux, avec Frédéric Dubessy


Vendredi 19 Juin 2015



Lu 1867 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise