Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La finance islamique prospère


Les actifs des 100 plus grandes banques islamiques mondiales ont augmenté de 66% en 2008, selon une enquête de The Asian Banker. Ces établissements détenaient 405 mds€ d'actifs fin 2008. Au total, le secteur pèserait quelque 500 mds€. La France tente de se positionner sur le créneau.



Le marché bancaire islamique occupe encore une place confidentielle en France, qui manifeste un intérêt croissant (photo DR)
Le marché bancaire islamique occupe encore une place confidentielle en France, qui manifeste un intérêt croissant (photo DR)
MOYEN-ORIENT/ FRANCE / EUROPE. Alors que la finance mondiale traverse sa plus grave crise, les banques islamiques affichent leur bonne santé. Les actifs des 100 plus grandes banques islamiques mondiales ont ainsi augmenté de 66% en 2008, révêle une enquête du magazine spécialisé The Asian Banker.

Les 100 premières banques islamiques détenaient fin 2008 des actifs de 580 mds$ (405 mds€), contre 350 mds$ (244,5 mds€) un an plus tôt. Durant la même période, les actifs des 300 premières banques d'Asie n'ont progressé que de 13,4%. Le secteur (350 institutions dans 70 pays) pèserait 700 mds$ d'actifs (490 mds€).

Il a réalisé la gageure de dégager des performances enviables, alors que la finance occidentale sombrait, en respectant les principes fondamentaux de la finance islamique : l’interdiction de pratiquer l’usure et d’investir dans des compagnies liées au tabac, à l'alcool, à la pornographie, au porc ou aux jeux de hasard, toutes choses considérées comme tabou par les musulmans pieux.

Dans le classement du magazine, les banques iraniennes occupaient sept des dix premières places, tandis que les banques d'Arabie Saoudite étaient les plus rentables. La banque d'Arabie Saoudite Al Rajhi Bank affichait un produit net bancaire de 1,74 md$ (1,22 md€), soit plus de cinq fois les bénéfices de la Bank Tejarat, la banque iranienne la plus rentable. En-dehors du Moyen-Orient, deux banques islamiques britanniques figurent dans le top 100.

Un marché potentiel de 2900 mds€

Comment expliquer ces belles performances de la finance islamique ?

La hausse du prix du pétrole a alimenté les fonds souverains de la région et leurs besoins d’investissement. Par ailleurs, l’interdiction du prêt à intérêt a évité aux banques islamiques de se lancer sur le marché des subprimes, à l’origine de la déconfiture de nombreuses institutions américaines. La prohibition de la spéculation les ont en outre protégées des marchés les plus risqués.

Le potentiel du marché bancaire islamique a été estimé à 4200 mds$ (2900 mds€) par le cabinet Standard & Poor's. Les ténors de la finance occidentale, HSBC, le Crédit Suisse, ABN-AMRO et Deutsche Bank, se sont engouffrés dans le créneau et ont créé dans les années 90 des branches de «finance islamique» pour drainer les avoirs des expatriés pieux et fortunés de Londres, Paris, Amsterdam ou Madrid, ainsi que la haute bourgeoisie des Emirats et du Maghreb. La Grande-Bretagne leur a facilité la tâche en assouplissant sa fiscalité.

Christine Lagarde, ministre française de l’Economie et des Finances, a multiplié les déclarations en faveur de la finance islamique. Fin 2008, elle a rédigé un programme qui instaure la neutralité fiscale des opérations dites de « murabaha » (un client qui souhaite acquérir un bien laisse la banque l'acheter et la rembourse avec une commission) et la déductibilité de la rémunération versée par les  « sukuks » (obligations islamiques).

«Nous adapterons notre environnement juridique pour que la stabilité et l'innovation de notre place financière puissent bénéficier à la finance islamique», a déclaré la ministre des Finances en juillet 2008.

Demande d'agrément en France

Toutefois, la finance islamique occupe encore une place confidentielle en France.

Signe cependant de l'intérêt croissant pour le secteur, l’université Paris-Dauphine ouvre à la rentrée un nouveau cursus dédié à la finance islamique. Il y a un an, l'université de Strasbourg avait ouvert la première formation de ce type en France.

La France pourrait espérer collecter jusqu'à 120 mds€ d'encours à l'horizon 2020, selon une étude des économistes Elyès Jouini et Olivier Pastré. Les investissements étrangers pourraient représenter 113 mds€ et les activités de banque pour les particuliers 7mds€, la France abritant la plus grosse communauté musulmane d'Europe, estimée à 5 millions de personnes.

Seul frein, l'apathie des banques françaises, estime M. Pastré, qui compte sur l'arrivée de nouveaux acteurs pour débloquer la situation.

Plusieurs banques islamiques auraient d'ailleurs fait des demandes d'agrément auprès de la Commission bancaire.


Aliette de Broqua


Mercredi 2 Septembre 2009



Lu 3718 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise