Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La diversification des IDE encore balbutiante au Maghreb


Au séminaire organisé par l’IFRI le 14 juin 2010 à Paris sur « Le Maghreb dans l’économie mondiale : défis et opportunités » les experts se sont montrés réservés sur la qualité comme la diversité des investissements directs étrangers dans la région.



Le Maghreb attire peu d'IDEn (photo DR)
Le Maghreb attire peu d'IDEn (photo DR)
MAGHREB. La soif des pays du Maghreb pour les investissements directs étrangers (IDE), présentée souvent comme un objectif principal à atteindre et une solution pour la création d’emplois, n’est pas prêt d’être étanchée. « Les IDE restent faibles et volatiles » selon Mouhoud El-Mouhoub, professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine et « leurs effets à long terme limités ». Industrie textile, centres d’appel et même hydrocarbures ne sont pas des secteurs suffisamment solides en terme d’investissements durables.
 
« La question essentielle est comment attirer les IDE dans les services » poursuit Mouhoud El-Mouhoud. Une évolution dans ce sens ne peut être attendue que de l’Europe, partenaire dominant de la rive Sud de la Méditerranée, probablement pour longtemps encore.

Car malgré leur hausse spectaculaire ces dernières années, les investissements de la Chine, de l’Inde et des pays du Golfe au Maghreb restent marginaux par rapport à ceux de l’Union européenne (UE) et des Etats-Unis. Ils comptent à peine pour 10% des 8,5 mds d’IDE vers le Maghreb en 2009.

Peu d'IDE chinois en Afrique

En effet, rappelle Françoise Nicolas, directrice du Centre Asie à l'IFRI, seulement 3,8% des IDE chinois dans le monde se font en Afrique, pour un montant de 4,5 mds$ dont 8,8% pour l’Algérie, 2,9% pour l’Egypte et 0,7% seulement vers le Maroc. Quant aux IDE indiens, là aussi, seulement 12% se font en Afrique (3,4 mds$). Quelque 1% de cette proportion se fait au profit du Maroc, après la Libye (3%).

Comme partout ailleurs, les Chinois investissent essentiellement dans les hydrocarbures en Algérie et en Libye, puis dans les infrastructures tandis que l’Inde privilégie la pharmacie, la cosmétique et les logiciels. Quant aux pays du Golfe, leurs IDE sont déjà en retrait depuis 2009 et les annonces de montants substantiels n’ont pas nécessairement été suivies de réalisations.
 
En outre, plusieurs intervenants au séminaire de l’IFRI ont souligné que la capacité des pays du Maghreb à attirer et absorber les investissements étrangers reste conditionnée à des réformes structurelles.


Hala Kodmani, à PARIS


Mardi 15 Juin 2010



Lu 2722 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise