Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La crise grecque est désamorcée


La Grèce a évité la faillite immédiate et désordonnée en réussissant la restructuration de sa dette. Par la même elle a obtenu le feu vert pour l’octroi du prêt de 130 mds € qui doivent lui permettre de faire face à son échéance du 20 mars de 14,5 milliards d’euros, mais si la crise est désamorcée elle n’est pas pour autant dépassée.



L'Union européenne se félicite du sauvetage de la Grèce (photo F.Dubessy)
L'Union européenne se félicite du sauvetage de la Grèce (photo F.Dubessy)
GRECE. La Grèce a évité la faillite immédiate et désordonnée en réussissant la restructuration de sa dette. Par là même, elle a obtenu le feu vert pour l’octroi du prêt de 130 mrds€ qui doit lui permettre de faire face à son échéance du 20 mars 2012 de 14,5 mrds €, mais si la crise est désamorcée, elle n’est pas pour autant dépassée.

Preuve en est avec la nouvelle dégradation par l’agence internationale de notation Fitch qui place le pays en défaut partiel et les résultats du dernier trimestre 2011 qui font état d’une récession économique plus importante que prévu de 7,5% du PIB (produit intérieur brut) au lieu des 7% annoncés il y a quelques mois.

Si , comme le souligne le ministre allemand des finances, "ie tournant de la crise semble atteint", pour les Grecs, au quotidien, rien de va changer .
Au contraire, ils s’attendent en juin et septembre 2012 à de nouvelles mesures d’austérité prévues par ailleurs dans le mémorandum imposé au pays par  ses créanciers et  adopté en octobre 2012 par le parlement grec.

Bon nombre d’économistes opposés à la politique libérale mise en place soulignent que ce qui est sauvé, c’est l’euro et la stabilité de la zone euro. La Grèce elle, a effacé 206 mrds € mais elle en emprunte à nouveau 350 à un taux  de 3,65%.

En fait ce qu’espèrent les Grecs et surtout le monde des affaires, c’est que les investisseurs encouragés par le succès de cette opération vont revenir dans le pays créer des emplois et porter la Grèce vers la reprise.

Mais là aussi, ceux qui critiquent le plan de soutien mis en place, soulignent que des investisseurs qui créent des emplois avec des salaires de 369 € par mois brut ne sont peut être  pas  ceux qui vont  tirer le pays vers le haut

Il  n’empêche au terme de l’échange d obligation décidé cette nuit, en 2020, la dette souveraine grecque ne doit plus représenter que 120,5% du PIB contre plus de 160% actuellement. Un taux jugé supportable par les créanciers, même s'il reste très élevé.

De nombreux problèmes à régler

Au final, la Grèce a obtenu d'effacer près de 95,7% de sa dette détenue par des créanciers privés soit 206 mrds € sur un total de plus de 350 mrds.

Concrètement, l'échange des titres doit avoir lieu lundi 12 mars 2012 pour les obligations de droit grec. Les détenteurs de titres non-soumis au droit grec bénéficient d'un délai supplémentaire, jusqu'au 23 pour apporter les plus de 7 milliards d'obligations qui manquent encore à l'appel.

Il reste de nombreux problèmes à régler,  mais le ministre grec des Finances Evangélos Vénizélos a exprimé vendredi 9 mars 2012 dans une conférence de presse retransmise en direct  par tous les media sa "gratitude" à l'égard de tous les créanciers de la Grèce "qui ont soutenu" le programme de réforme et d'ajustement du pays et "qui ont partagé les sacrifices du peuple dans son effort historique".

Il s'est félicité d'une participation "massive" à l'opération, qui constitue "un vote de confiance dans les perspectives de rétablissement de l'économie grecque" et la capacité de la zone euro à tourner la page de la crise du surendettement.

Désormais  pour  le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, "les conditions" étaient "réunies" pour que les pays de la zone euro versent les aides promises à la Grèce en octobre 2011.  Dans les faits, le versement des sommes va se faire en plusieurs étapes, mais la zone euro a déjà entamé le processus vendredi en débloquant 35,5 mrds € d'aides pour les banques qui ont consenti à échanger leurs titres de dette.

Le reste du paquet --94,5 mrds € sous forme de prêts essentiellement -- sera débloqué vraisemblablement la semaine prochaine.

Deux  bémols dans cette embellie, le silence du Fmi sur le montant de sa contribution financiére au soutien de la Grèce et la clause d’actions collectives (CAC) que la Grèce a décidé de déclencher pour contraindre les créanciers prives récalcitrants à participer au processus de restructuration d’une partie de sa dette, clause qui risque de  declencher à son tour  le paiement des CDS pour  un montant estime a 3,2 mrds €.




Vendredi 9 Mars 2012



Lu 1734 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise