Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La crise de « valeurs » des caisses d'épargne espagnoles




Rodrigo Rato, un ancien directeur général du FMI peu avisé de ses affaires (photo Bankia)
Rodrigo Rato, un ancien directeur général du FMI peu avisé de ses affaires (photo Bankia)
ESPAGNE. Les déboires des caisses d’épargne espagnoles, qui ont ébranlé pendant des années le secteur bancaire du pays, ressemble tous les jours davantage à une crise de valeurs... morales plus que financières. Et la chronique de cette gabegie s'étable davantage dans la rubrique des faits divers que dans celle des pages économiques.

Parmi les « protagonistes » : Miguel Blesa et Rodrigo Rato, anciens présidents de Caja Madrid, une caisse d’épargne qui a laissé une trou de plusieurs centaines de millions d’euros avant de devenir l'entité bancaire Bankia, avec le soutien financier de la Banque d’Espagne. Les deux anciens dirigeants se trouvent aujourd'hui mis en examen à cause d'un système de rétribution opaque. Les très nombreux membres (de tous bords politiques et syndicaux) du conseil d'administration de l'ancienne caisse d'épargne recevaient des cartes de crédits qu'ils pouvaient user à discrétion sans rendre de comptes, y compris les fameux ex-présidents et le directeur financier Ildefonso Sanchez Barcoj.

Résultat : une note de plus de 15 M€ dépensés en bijoux, cocktails, lingerie ou retirés en liquide au distributeur, sans le moindre contrôle. Comble du cynisme, les dirigeants de Bankia se livraient encore à ces dépenses somptuaires alors qu'ils venaient de provoquer la ruine de plusieurs centaines de « petits-porteurs », poussés à investir dans des obligations à haut risque (appelée « preferentes »). Ces derniers, contrairement aux anciens présidents de Caja Madrid, n'ont pas pu faire valoir leur « ignorance », comme l'a fait devant le juge Rodrigo Rato, membre éminent du Parti Populaire au pouvoir, ancien ministre de l’Économie de José Maria Aznar, et ancien directeur général du FMI...
En Espagne, la corruption ne semble pas connaître de frontières, politiques ou géographiques. En témoigne aussi le « cas Jordi Pujol ». L'ex « très honorable » (destitué de ce titre à l’évidence bien trop honorifique) président de la Generalitat de Catalogne est accusé d'avoir escamoté en Andorre et autres paradis fiscaux une fortune estimée à plusieurs dizaines de millions d'euros, accumulée en grande partie au cours de ses vingt-trois ans à la tête de l'exécutif catalan. Les malversations fiscales sont ici « affaire » de famille, impliquant aussi la compagne et les fils de Jordi Pujol. Une famille très impliquée, et ce n'est sans doute pas un hasard, dans la gestion des anciennes... caisses d'épargne catalanes.
Pour mémoire, le sauvetage du système bancaire a tout de même coûté 40 mrds € aux contribuables espagnols. En tout cas à ceux qui ont contribué...




Jeudi 23 Octobre 2014



Lu 1622 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 21 Septembre 2017 - 08:04 Coup de force de l’État espagnol en Catalogne €


Commentaires

1.Posté par banquesenligne.net le 28/10/2014 09:29
Bonjour et merci pour cet article très intéressant !
Au plaisir de vous lire.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Quatre chantiers pour la renaissance de l’Europe


avis d'expert

Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la BEI, membre du groupe d'analyse JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA