Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La corruption, un phénomène encore ancré dans les pays du pourtour méditerranéen


Le dernier rapport de Transparency international est peu flatteur pour les pays méditerranéens qui sont pointées du doigt pour ne pas réussir à juguler la corruption.



Transparency International publie l'indice de corruption de 2011 (photo de l'organisme)
Transparency International publie l'indice de corruption de 2011 (photo de l'organisme)
MENA. Transparency international publie les résultats de l'indice 2011 de la corruption, un phénomène encore ancré dans les pays du pourtour méditerranéen

Les pays de la rive sud et de la rive nord de la Méditerranée font pales figures. Le premier des pays de la zone méditerranéenne, la France, ne se trouve qu'en 25e position, suivie de l'Espagne en 31e position et du Portugal en 32e position. En queue du peloton, le Liban parvient à la 134e place et la Libye ferme le bal à la 168e place. Pour mieux cerner les résultats, le dernier des pays sur le classement est la Somalie en 182e position.

Transparency international, note que "le tollé provoqué par la corruption, l'impunité et l'instabilité économique a envoyé une onde de choc dans le monde en 2011. Les protestations de nombreux pays se sont propagées rapidement (...) leurs origines peuvent être diverses, mais leur message est le même: plus de transparence et de responsabilité de la part des dirigeants" .

Aucune région du monde ne serait à l'abri "des dommages de la corruption, la grande majorité des 183 pays et territoires évalués ayant un score inférieur à cinq", selon l'organisme.

En Europe, "il y a peu à célébrer"

Anne Koch, directrice régionale de Transparency pour l'Europe et l'Asie
Anne Koch, directrice régionale de Transparency pour l'Europe et l'Asie
En zone euro, précisons que l'Italie se place à la 69e place et la Grèce se situe à la 80e position. Selon l'organisme les pays de la zone euro "souffrent de crises d'endettement, notamment en raison de l'échec des pouvoirs publics à s'attaquer à la corruption et à l'évasion fiscale; des moteurs clés de la crise de la dette".

Anne Koch, directrice régionale de Transparency international pour l'Europe et l'Asie, dit percevoir "les préoccupations grandissantes des citoyens" contre la corruption de leur pays et constate "un écart profond entre les sollicitudes des citoyens et l'élite politique".

La directrice regrette que, dans la région, "la corruption ternit la sphère publique, affectant négativement les individus, la sphère politique et le monde des affaires. Il manque un large consensus sur les efforts anticorruption et une volonté politique pour mener à bien la réforme dans chaque pays. Comme je le disais, il y a peu à célébrer."

Au Moyen-Orient, les protestations viseraient également la corruption et le népotisme

Arwa Hassan, coordinatrice du programme de Transparency pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord
Arwa Hassan, coordinatrice du programme de Transparency pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord
Rappelons avant tout qu'Israël se situe en 36e position, une place honorable, ainsi que la Jordanie (56e), la Turquie (61e), la Tunisie (73e) et le Maroc (80e). L’Algérie et l'Égypte apparaissent davantage touchés par la corruption, tous deux à la 112e position. La Syrie (129e) reste fortement affligée par celle-ci.

Selon l'organisme, les pays du printemps arabe se trouvent généralement dans la moitié inférieure de l'indice ou sous le score de 4. Avant le printemps arabe, un rapport de Transparency International avertissait la région "du népotisme, de la corruption et du clientélisme si profondément ancrés dans la vie quotidienne que même les lois anticorruption existantes n'ont que peu d'impacts".

Selon Arwa Hassan, coordinatrice du programme principal de Transparency international pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, 'la vague de protestations qui se propage à travers le monde arabe de ce printemps a attiré l'attention internationale sur les problèmes de la corruption et sur le népotisme dans la région, l'indice ne faisant que confirmait les faits."

En référence au printemps arabe, la coordinatrice affirme qu'"il n'est pas surprenant que le mécontentement ressenti par beaucoup de citoyens dans le monde arabe se reflète dans l'indice de perception de cette année 2011 (...) Le message est clair, mais les nouvelles administrations des pays comme l'Égypte et la Tunisie seront-elles en mesure de s'attaquer aux problèmes de l'irresponsabilité, du népotisme, de la corruption à grande échelle et de l'injustice économique qui a suivi, qui a été une des causes principales des soulèvements?"

Transparency International garde l'espoir. "si nous travaillons ensemble, la situation présentée par Transparency international peut s'améliorer. Pour nos pays et notre avenir".

Cobus de Swardt, directeur manager de Transparency International, conclue l'enquête sur ces termes : "2011 a vu le mouvement pour une plus grande transparence prendre un élan irrésistible. Les citoyens se sentent responsables et les pays ayant réussi à combattre la corruption prouvent que leurs efforts peuvent, s’ils sont soutenus, bénéficier au peuple et permettre la réussite".




Vendredi 2 Décembre 2011



Lu 14622 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €


Commentaires

1.Posté par Gérard le 02/12/2011 19:35
Il faut dire qu'avant l'élection de notre gouvernement présent nous étions en 18ème place....
Suivez mon regard

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par nawfel le 02/12/2011 20:07
Le Maroc(81) ? Sur quels critères a t-on pu classer ce pays corrompu des pieds à la tête, ... rien que pour le classement de ce pays , dorénavant, je sais à quoi m'en tenir avec cette organisation et ses pseudo zéro experts; je dirais que cette organisation est hors jeu. Je ne lirai pas ces pseudo déclarations...........

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise