Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La commission européenne pour un assouplissement des conditions d'octroi des visas pour les Turcs




Photo UE/Ozan Kose
Photo UE/Ozan Kose
EUROPE/TURQUIE. Le « contrat » passé avec la Turquie pour qu'elle débarrasse l'Europe de la délicate question des réfugiés connaît aujourd'hui mercredi 4 mai une étape dans son application. Dans un communiqué publié le 4 mai, la Commission européenne invite les Etats membres et le Parlement européen à valider l'exemption de visa d'ici fin juin 2016. Les 72 millions de turcs pourront plus facilement voyager dans l’espace Schengen, à condition de posséder un passeport biométrique qui n'existe pas encore dans le pays.
 
Officiellement, l'Europe n'a pas accordé de régime de faveur à la Turquie qui doit respecter 72 critères répartis en cinq thèmes pour bénéficier de cet accès facilité aux visas : sécurité des documents, gestion des migrations, ordre public et sécurité, droits fondamentaux, réadmission des migrants irréguliers.

 
La Turquie aurait satisfait à toutes les procédures « imposées » par Bruxelles, où serait en passe de s'y conformer avant fin juin 2016. La question des « droits fondamentaux » que la Turquie respecterait fait tousser beaucoup d'européens. Le président Turc Recep Tayyip Erdogan poursuit actuellement devant la justice allemande l’humoriste Jan Böhmermann, pour insultes. Plus grave, à l'image de Can Dündar, rédacteur en chef de Cumhurriyet, de nombreux journalistes turcs sont traduits devant la justice, et certains incarcérés, pour terrorisme ou insulte au président. Deux journalistes viennent de se voir condamnés pour incitation à la haine, pour avoir publié la Une de Charlie Hebdo représentant le prophète. Plusieurs médias d'oppositions ont été fermés ou repris manu militari par des proches du régime. Reporters sans frontières (RSF) classe la Turquie au 151e rang en matière de respect de la liberté de la presse.

 
Reste que toute notion morale écartée, l'exemption de visas pourrait bénéficier aux échanges économiques entre la Turquie et l'Europe. Ils représentent 44% de ses importations et 47% de ses exportations. La Turquie est le premier partenaire commercial de l'UE dans la région méditerranéenne.


Arthur Maffren


Mercredi 4 Mai 2016



Lu 2061 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise