Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La campagne électorale italienne bat au rythme de la fiscalité


Pour séduire un électorat désabusé et étranglé par une crise économique sans précédent, les candidats promettent de baisser les impôts et de relancer la croissance.



ITALIE. Marquée par les coups d’éclat médiatiques de Silvio Berlusconi et alors que 40% des électeurs restent indécis, la campagne électorale pour les élections des 24 et 25 février 2013 se focalise, à quinze jours du scrutin, sur les thèmes de la fiscalité et de la croissance.

Pour remonter dans les sondages qui attribuaient en début d’année seulement 12% d’intentions de vote au Pdl (parti du Peuple de la Liberté), Silvio Berlusconi a ressorti sa panoplie habituelle. Des recettes éculées, mais qui plaisent comme la restitution de l’Imu. Introduite par le gouvernement Monti en 2011, cette taxe foncière et d’habitation, très impopulaire, représente pour le fisc une cagnotte annuelle de quelque 4 mrds €.

ll a aussi annoncé une baisse de cinq points d’impôts sur le revenu sur les cinq prochaines années.

Faisant feu de tout bois, le Cavalier a également lancé un hameçon en direction des spécialistes de la voltige fiscale en leur parlant d’amnistie.

Silvio Berlusconi envisage de supprimer carrément l’Irap, la taxe sur les bénéfices des sociétés. Une opération dont le coût se chiffre à 16 mrds€ en 2013 et le double en 2014.

Pour financer ces objectifs, le milliardaire propose de remodeler les dépenses publiques estimées à 800 mrds€ par an et d’imposer les capitaux italiens réfugiés en Suisse grâce à un accord avec la Confédération helvétique. Petit clin d’œil aux places financières : Il promet de ramener la dette publique à 100% contre les 126% actuels.

De quoi faire frémir les marchés qui voient déjà l’Italie en train de se faire dévorer sur le modèle grec en cas de victoire électorale du Cavalier !

Monti, garant de la stabilité des comptes auprès de l'Europe

La baisse ou la suppresion de la taxe foncière et d'habitation se trouve dans plusieurs programmes (photo F.Dubessy)
La baisse ou la suppresion de la taxe foncière et d'habitation se trouve dans plusieurs programmes (photo F.Dubessy)
De son côté, Mario Monti ne cesse de mettre en garde les électeurs contre ces promesses « de joueur de flûte enchantée ».

L’ancien commissaire européen se porte garant de la stabilité des comptes auprès de l’Europe et des marchés, mais promet en même temps de baisser l’Imu et l’Irap de 11 mrds€ sur les cinq prochaines années, impôts qu’il avait augmentés de trois points en 2012. Il s’engage aussi à baisser de 15 mrds€ la recette de l’Irpef, l’impôt sur le revenu, mais sans préciser les nouveaux barèmes d’imposition.

Pour le reste, Mario Monti propose de réduire les dépenses publiques courantes de 4% du PIB et de renforcer son programme de libéralisation. Enfin, il stimulera l’emploi principalement chez les jeunes (36,5% de chômeurs en 2012) grâce à des dégrèvements fiscaux accordés aux entreprises qui recruteront des moins de 30 ans.

Le Parti démocrate (PD) reste plus prudent en matière de fiscalité même si son secrétaire national Pierluigi Bersani parle de supprimer la taxe foncière pour les ménages qui ont payé en 2012 moins de 500 € de taxe foncière et d'habitation (IMU).

Pour relancer la croissance, le Parti démocrate envisage l’émission de titres publics pour un montant global de 50 mrds € sur cinq ans. Un clin d’œil électoral aux petits patrons, Pierluigi Bersani ayant annoncé que le produit de cette émission servira à payer les retards considérables de paiement des administrations publiques aux entreprises et à créer de nouveaux emplois.




Jeudi 7 Février 2013



Lu 1090 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise