Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

"La bourse d'Alger commence à être perçue comme un outil de financement"


Interrogé par econostrum.info en marge du Symposium international sur la translogistique, le transit et l'entreposage des marchandises (Alger 26 et 27 novembre 2016), Yazid Benmouhoud, directeur général de la Société de gestion de la bourse des valeurs (SGBV), se dit confiant dans l'essor prochain de la bourse d'Alger. Elle présente aujourd'hui une très faible capitalisation de 45,62 milliards de dinars algériens (390 M€) avec seulement cinq entreprises cotées.



Le directeur général de la bourse d'Alger attend la cotation de sept entreprises publiques (photo : F.Dubessy)
Le directeur général de la bourse d'Alger attend la cotation de sept entreprises publiques (photo : F.Dubessy)
econostrum.info : Comment se porte la bourse d'Alger ?

Yazid Benmouhoud : Elle pourrait se porter mieux ! Mais, je pense que la conjoncture actuelle devient très favorable pour l'émergence d'une bourse qui pourrait vraiment participer au financement des entreprises et surtout au financement de l'économie nationale.

En se fiant à sa capitalisation et au nombre d'acteurs, cette bourse pourrait paraître très récente ?

Y.B. : Elle ne l'est pas car elle date de la fin des années 90. Mais il est vrai qu'elle n'a pas pu se développer dans le contexte sécuritaire de l'époque. Ni dans les années 2000 car, à cause de sur-liquidités bancaires, il existait des facilités d'accès à des crédits bancaires pour les entreprises à des taux bonifiés.

Actuellement, l'activité bancaire est en train de chuter donc les crédits vont devenir plus chers. L'arbitrage des chefs d'entreprises pourrait se faire en faveur de la bourse. D'autant plus qu'être coté présente notamment beaucoup d'avantages fiscaux.

Un marché de Pme qui reste vierge

Yazid Benmouhoud multiplie les interventions auprès des entreprises, comme ici au Sittem à Alger fin novembre 2016, pour les inciter à aller en bourse (photo : F.Dubessy)
Yazid Benmouhoud multiplie les interventions auprès des entreprises, comme ici au Sittem à Alger fin novembre 2016, pour les inciter à aller en bourse (photo : F.Dubessy)
La bourse d'Alger recense très peu de valeurs ? Cinq entreprises cotées c'est faible ?

Y.B.: Nous cotons deux valeurs d'entreprises publiques et trois d'entreprises privées (ndlr : voir tableau plus bas) dont une arrivée récemment : Biopharm. Donc effectivement, cinq entreprises seulement...

Peu d'acteurs et du coup très peu d'opérations ?

Y.B.: Nous n'avons pas une profondeur suffisante du marché avec cinq titres. De plus, les transactions en bourse ne sont pas dans la culture de l'Algérien. Nous essayons donc d'être présents sur plusieurs événements, comme ici au Sittem, qui rassemblent des entreprises. Nous proposons des portes ouvertes et nous nous déplaçons sur tout le territoire national pour expliquer aux entreprises l'intérêt d'être coté en bourse.

Un marché spécifique pour les Pme existe à la bourse d'Alger mais ne compte aucune inscription. Les Pme vous intéressent-elles ?

Y.B. : Par définition, la Pme est l'entreprise qui dispose de la plus grande marge de croissance. En 2012, nous avons donc effectivement ouvert un marché Pme avec les conditions d'accès très faciles.
Nous disposons là aussi d'un gisement très important surtout dans le contexte actuel où l'on parle de sous-traitance, d'export. J'insiste pour dire que les sociétés qui souhaitent exporter, seront mieux acceptées sur les marchés à l'export si elles sont cotées.

Aujourd'hui, quelques Pme se disent intéressées par ce marché mais la majorité restent des entreprises familiales qui ne souhaitent pas libérer leur capital. Pourtant, dans beaucoup d'entre elles, les fondateurs ont atteint un âge où il doivent passer le flambeau. Le meilleur moyen pour pérenniser leurs entreprises reste la bourse.

Huit nouveaux arrivants prévus

Des dossiers d'introduction sont-ils en cours sur vos différents marchés ?

Y.B. : L'Etat a établit une liste de huit sociétés publiques susceptibles de s'introduire en bourse. Leur arrivée peut créer le déclic nécessaire.
Nous travaillons cependant beaucoup avec les entreprises privées. Depuis maintenant trois ans, la bourse d'Alger commence à être perçue comme étant véritablement un outil de financement.

A quelle échéance doivent être introduites ces entreprises publiques ?

Y.B. : Malheureusement, il n'y en a pas. Mais, nous avons intérêt à ce qu'elles arrivent le plus vite possible pour jouer sur un élément : la confiance dans la bourse. Ceci donnerait une impulsion pour d'autres introductions. Nous espérons d'ici cinq ans atteindre une capitalisation assez importante.

A l'heure où l'Algérie mise sur un nouveau modèle de croissance, les entreprises doivent aussi migrer vers un nouveau modèle de financement.

Les cinq valeurs cotées à la bourse d'Alger

 
Entreprise Code Secteur d'activité Date d'introduction Nombre d'actions/part du capital social flottant Valeur de l'action à la clôture  8/12/2016
(en dinars algériens)
Alliance assurances ALL compagnie privée d'assurances Mars 2011 5 804 511
31%
465
Biopharm BIO Groupe pharmaceutique privée Avril 2016 25 521 875
20%
1225
Egh
El Aurassi
AUR Société de gestion publique de l'hôtel El Aurassi (Alger) Février 2000 6 000 000
20%
470
NCA-ROUBIA ROUI Société privée de production et de distribution de boissons, nectars et jus de fruits Juin 2013 8 491 950
25%
335
Saidal SAI Groupe pharmaceutique public septembre 1999 10 000 000
20%
600

Tableau : copyright econostrum.info



Propos recueillis par Frédéric Dubessy, à ALGER


Vendredi 9 Décembre 2016



Lu 1616 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 8 Mars 2017 - 09:11 Mediterrania Capital Partners lève 250 M€


Commentaires

1.Posté par Ata - ûllah GOURINE le 17/12/2016 15:29
Il n' y a plus de sens d’État en Algérie, juste des groupes maffieux qui se partagent le pouvoir ( militaires, présidence, renseignements) qui se partagent la rente pétrolière. Leurs avions sont prêts à décoller s'il y a révolution du peuple comme au temps d'Al capone, les maffiosis qui se partagent la ville de Chicago dans les années trente! le sens de l’État est définitivement perdu depuis les années Boumediène ! ce n'est plus une question de bourse ,ou des solutions " bouts de chandelle" qui va résoudre les problèmes en Algérie , il y a urgence en la demeure, la demeure est en feu, s'il n'y a pas de changement radical de l'équipe politique , et très rapidement avec un vrai programme politique, économique, qui installe la confiance entre le peuple et l’État algérien il y a fort à parier que l'Algérie en tant nation disparaîtra !

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Emeutes, violences urbaines, tentatives d'attentats… L'Algérie est-elle vraiment menacée ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA












Suivez econostrum.info en direct sur Facebook









Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA          EDF
 
Femise