Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Villa Méditerranée à la recherche d'un second souffle




La Villa Méditerranée semble en porte-à-faux sur le MuCEM (photo F.Dubessy)
La Villa Méditerranée semble en porte-à-faux sur le MuCEM (photo F.Dubessy)
MÉDITERRANÉE. À Marseille, mercredi 11 février 2015, Michel Vauzelle, président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, a remis symboliquement les clefs de la Villa Méditerranée à Serge Telle, président de l'AViTeM (Agence des villes et territoires méditerranéens durables). L'Avitem a pris depuis le 1er janvier 2015 la gestion de ce bâtiment (budget annuel de 4,4 M€ et une quarantaine de salariés) dont la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur conserve la propriété et la responsabilité financière et politique. L'Avitem, Groupement d'intérêt public (GIP) réunit le Commissariat général à l'égalité des territoires, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille Provence Métropole, Toulon Provence Métropole, la Ville de Marseille, L'Établissement public Euroméditerranée et Métropole Nice Côte d'Azur.

Situé à quelques pas de la Villa Méditerranée, le MuCEM, Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, a longtemps fait de l'ombre à sa voisine. Côté mer ou sur la rive gauche du Vieux-Port, il la masque. Et la Villa Méditerranée le lui rend bien sur le parvis de l'ancien hangar J4, donnant même l'illusion de le chapeauter de son magnifique porte-à-faux de quarante mètres de long (le plus long habité au monde).

Musée créé sous l'égide de l'État et Maison dédiée à Mare Nostrum par la Région à quelques mètres l'un de l'autre, beaucoup se sont posés la question de l'utilité de disposer à Marseille de deux édifices voués à la Méditerranée mais aussi à la concurrence. Le mot de doublon a même été employé en insistant sur le coût respectif (184 M€ pour le Mucem et 70 M€ pour la Villa Méditerranée) des deux gestes architecturaux. Le MuCEM a d'ailleurs été très récemment épinglé par la Cour des Comptes.

La dernière plaquette de la Villa Méditerranée réussit d'ailleurs l'exploit de faire figurer sur sa couverture une photo de la Villa Méditerranée sans que l'on aperçoive le MuCEM. Un angle de vue audacieux et sans doute unique tant les deux bâtiments sont proches (voir photo ci-dessus).

Musée du passé et Musée de l'avenir

Signature et passage symbolique des clefs de la Villa Méditerranée. De gauche à droite Serge Telle, président de l'Avitem, Michel Vauzelle, président de la région Provence Alpes Côte d'Azur, Nicolas Galey, délégué interministériel à la Méditerranée (photo F.Dubessy)
Signature et passage symbolique des clefs de la Villa Méditerranée. De gauche à droite Serge Telle, président de l'Avitem, Michel Vauzelle, président de la région Provence Alpes Côte d'Azur, Nicolas Galey, délégué interministériel à la Méditerranée (photo F.Dubessy)
Le titre de Marseille-Provence, capitale européenne de la culture a permis de tenter de jouer un temps la complémentarité. A moins qu'il n'ait renforcé ce sentiment d' "un fauteuil pour deux"... "Si l'image de la Villa Méditerranée n'est pas convenablement perçue c'est parce qu'elle a pris part avec le Mucem à MP 2013" n'hésitait d'ailleurs pas à souligner Nicolas Galey, ambassadeur, délégué interministériel à la Méditerranée, lors de la remise des clefs. "Le bilan de la première phase reste plus que satisfaisant" reconnaissait-il cependant. Bien que souvent qualifiée de "coquille vide", la Villa Méditerranée aura finalement accueilli, en deux ans, 465 853 personnes drainées par 155 événements et quatre expositions thématiques.

Inaugurée en avril 2013 et conçue par le starchitecte italien Stefano Boeri, la villa entre désormais dans une nouvelle ère. Passé la période "capitale européenne de la culture", la voici qui entend reprendre sa vocation première. Et du même coup va se différencier du MuCEM. "Il s'agit du seul endroit de France dédié à l'avenir d'un destin méditerranéen. Cet outil a joué son rôle et continuera à le jouer. La Villa Méditerranée passe entre les mains de la République pour devenir le symbole de la politique méditerranéenne de la France. Nous souhaitons que la société civile y prenne part" lance Michel Vauzelle qualifiant la Villa de "lieu de diplomatie participative." Certains n'ont d'ailleurs pas hésité, forcément sans malice, à qualifier le MuCEM de "Musée du passé" et la Villa Méditerranée de "Musée de l'avenir".

Cinq axes stratégiques

Jean-Claude Tourret dirige désormais la Villa Méditerranée (photo F.Dubessy)
Jean-Claude Tourret dirige désormais la Villa Méditerranée (photo F.Dubessy)
Pour Jean-Claude Tourret, directeur général du GIP Avitem, « la Villa Méditerranée n'est pas un lieu de colloques ou de conférences mais un lieu de dialogue qui accueille des manifestations. Le colloque n'est que la partie émergée. Il s'agit avant tout de projets déployés dans le temps et les manifestations s'intègrent dans ces projets. »

Le cru 2015 dispose d'un fil rouge qui va contribuer à mieux décrypter l'ADN de la Villa Méditerranée : faire connaître et mieux faire comprendre les grands enjeux méditerranéens au travers d'une programmation grand public et événementiel. Avec pour objectif avoué de devenir un point d'appui pour les acteurs de la coopération méditerranéenne en vue de développer des projets communs.

La programmation 2015 repose sur cinq axes stratégiques : La Méditerranée des Médias, citoyenneté méditerranéenne, soutien aux acteurs de la coopération méditerranéenne, environnement et climat, la coopération scientifique. Parmi les temps forts figurent, en tout bien tout honneur, Les Rencontres de l'Avitem (27 janvier au 2 février), le Séminaire transfrontalier 2015 de la Commission européenne (1er et 2 juin), Medcop21 (4 et 5 juin) et la 9e Semaine économique de la Méditerranée (3 au 7 novembre).




Jeudi 12 Février 2015



Lu 2244 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise