Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Turquie veut organiser un référendum sur l'adhésion à l'Union européenne


Dans la foulée du Brexit, voté jeudi 24 juin 2016 par les Britanniques, la Turquie entend aussi mener son référendum sur l'adhésion à l'Union européenne auprès de sa population. Ankara a déposé sa candidature pour entrer dans l'UE voici déjà trente ans.



La Turquie va interroger ses citoyens pour savoir s'ils veulent devenir européens (photo DR)
La Turquie va interroger ses citoyens pour savoir s'ils veulent devenir européens (photo DR)
TURQUIE / EUROPE. Après le Brexit, voté jeudi 24 juin 2016 par les Britanniques, la Turquie entend aussi mener son référendum sur l'adhésion à l'Union européenne auprès de sa population. Juste retour de flamme alors que la campagne du référendum pour le retrait du Royaume-Uni de l'UE exploitait les peurs de l'entrée de la Turquie dans la maison européenne.

Recep Tayyip Erdogan entend s'inspirer de la consultation mise en place par le Royaume-Uni. "Nous demanderions : devons-nous poursuivre les négociations avec l'Union européenne ou y mettre fin... Si le peuple veut poursuivre, alors nous poursuivrons" précisait le président turc, lors d'un discours prononcé tard mercredi 22 juin 2016.

Cette intervention arrive alors que les négociations s'enlisent entre Ankara et Bruxelles. Les dirigeants britannique et allemand David Cameron et Angela Merkel ont récemment indiqué qu'une adhésion turque ne se trouvait "pas à l'ordre du jour". Le premier affirmant même qu'elle ne pourrait pas se concrétiser "au rythme où vont les choses, avant l'an 3000". Cette boutade - qui venait en réponse à la menace, brandies par ses adversaires, d'une invasion massive de la Grande-Bretagne par des criminels turcs sitôt l'adhésion obtenue -a été prise au sérieux par les autorités turques qui n'ont pas manqué de s'en offusquer.

Jean-Claude Juncker, à son arrivée à la présidence de la Commission européenne en 2014, soulignait, s'en évoquer en particulier la Turquie, qu'aucun élargissement ne s'effectuerait avant 2020. Tous les trois continuent cependant d'affirmer que la porte reste ouverte. Ou plutôt entre-ouverte...

La perspective d'adhésion reconnue depuis 1963

Les échanges entre la Turquie et l'Union européenne se stabilisent après un long déclin (photo F.Dubessy)
Les échanges entre la Turquie et l'Union européenne se stabilisent après un long déclin (photo F.Dubessy)
Voici près de trente ans, en avril 1987, la Turquie posait officiellement sa candidature pour entrer dans la Communauté économique européenne. "Je voudrais insister sur la vocation européenne de la Turquie et son attachement à l'unité européenne ainsi qu'aux idéaux qui ont donné naissance aux traités instituant les Communautés européennes" écrivait Turgut Özal, alors premier ministre turc, dans sa demande à Leo Tindemans, président du Conseil des Communautés européennes.

Mais, les négociations ne débutent réellement qu'en octobre 2005 avec la liste des trente cinq dossiers à régler et l'ouverture des six premiers chapitres. A ce jour, seul un chapitre a été clôturé : celui sur la science et la recherche le 12 juin 2006. Alors que quinze se trouvent gelés, les plus vieux depuis décembre 2006.
Le dernier chapitre à s'ouvrir, en décembre 2015, concerne la politique économique et monétaire. Tout avance très lentement, d'autant plus que pour qu'un adhésion advienne, il faudrait l'accord unanime des Etats membres.

"L'Europe est notre maison commune autour de laquelle nous nous réunissons sur des normes, principes et valeurs communs. En tant qu’un membre de la famille européenne, la Turquie a non seulement eu une influence sur le développement politique, économique et socioculturel du continent, mais elle a été elle-même influencée par ces développements." Il suffit de lire le préambule sur les relations entre la Turquie et l'Union européenne, rédigé par le ministère turc des Affaires étrangères, pour mesurer le lien étroit entre les deux possibles partenaires.

L'arrivée d'un pays de 79 millions d'habitants - dont 30% a moins de quatorze ans - et au PIB de 721 mrds$ (650 mrds€) en 2016 selon le FMI en progression de 4%, élargirait la taille du marché intérieur européen. Et vice versa car, la Turquie se verrait ouvrir un espace européen de 514 millions d'habitants, moins, donc, les 64 millions Britanniques !

L'UE principal client d'Ankara

La Turquie demeure pourtant proche de l'Union européenne. D'autant plus qu'Istanbul se trouve en partie sur le continent européen. Au delà de l'aspect géographique, le pays bénéficie, depuis 1963, du statut d'Etat tiers associé avec un accord d'association en vigueur depuis décembre 1964. Il intégrait déjà la perspective d'une adhésion. En 1995, elle signait un accord d'union douanière effectif depuis le 1er janvier 1996.

L'Union européenne reste le principal client de la Turquie avec 44,5% de son volume total d'exportation (144 mrds$ soit 126 mrds€ en recul de 8,7%) en 2015. Allemagne, Grande-Bretagne occupent les premières places du podium avec l'Irak en chute libre. L'Italie prend la quatrième position suivie par les Etats-Unis et la France (en recul d'une place). Automobiles (12% du total) et textile (10%) constituent les deux plus importants postes d'exportations.

Pour les importations (207 mrds$ soit 186 mrds€) en baisse de 14,4%,  l'Europe reste le premier fournisseur alors que la Russie, la Chine et l'Allemagne représentent à eux seules 30% du volume total. Suivent les Etats-Unis, l'Italie et la France. Des importations dominées par le poste énergie (18% du total) et les machines, appareils mécaniques et leurs équipements (12%) puis les véhicules automobiles (9%).

Avec les conflits, la part du Moyen-orient, et notamment de l'Irak, dans les échanges avec la Turquie décline alors que celle de l'Europe se stabilise après avoir longtemps déclinée.

Des défis de taille à relever

L'automobile en importation et en exportation prend de plus en plus de volume (photo F.Dubessy)
L'automobile en importation et en exportation prend de plus en plus de volume (photo F.Dubessy)
La candidature turque se heurte à trois principaux écueils : Le culturel et le religieux, la question arménienne et des minorités, le conflit chypriote.

D'abord l'aspect culturel, mais aussi religieux, explique en grande partie les réticences européennes. Si la Turquie se présente comme un Etat laïc, il reste que l'Islam est la religion largement majoritaire car, revendiquée par 98% de sa population. Le pays se trouve dirigé par l'AKP (Parti de la justice et du développement), une formation islamo-conservatrice. Même si, malgré la volonté farouche de certains de les inscrire, les références à l'héritage chrétien ne figurent par dans le nouveau Traité constitutionnel européen (Rome en 2004 puis Lisbonne en 2007), la différence de religion cristallise les craintes. "L'Europe ne veut pas de la Turquie car elle est musulmane" lançait d'ailleurs le président Erdogan dans son discours précité.

Malgré un président élu au suffrage universel depuis 2007, la Turquie a encore du chemin à faire pour devenir une démocratie au sens où les Européens l'entendent. Dans son dernier "rapport annuel sur l'avancement au regard des préparatifs visant à satisfaire aux critères d'adhésion de l'UE", adopté en novembre 2015, la Commission européenne parlait de "progrès importants accomplis au cours de l’année écoulée, mais il reste des défis de taille à relever. En ce qui concerne l'État de droit, les systèmes judiciaires ne sont pas suffisamment indépendants, efficients ou tenus de rendre compte de leur action. De sérieux efforts sont encore nécessaires en matière de lutte contre la criminalité organisée et la corruption, afin notamment d'obtenir des résultats en matière d'enquêtes, de poursuites et de condamnations définitives. Si les droits fondamentaux sont souvent en grande partie consacrés par la législation, des lacunes persistent dans la pratique. Le respect de la liberté d’expression constitue un défi particulier, la situation en la matière évoluant de manière négative dans un certain nombre de pays. La réforme de l’administration publique doit être poursuivie avec vigueur afin de mettre en place les capacités administratives nécessaires et de résoudre les problèmes que constituent les niveaux élevés de politisation et le manque de transparence. Le fonctionnement des institutions démocratiques nécessite aussi une attention particulière. Il convient de coopérer encore plus étroitement avec les acteurs de la société civile au niveau local afin d'ancrer les réformes dans la société."

Bruxelles accordait à Ankara en décembre 2015 une enveloppe de 255,1 M€ pour appuyer des réformes et la coopération régionale sur les postes "démocratie et gouvernance, état de droit et droits fondamentaux, énergie, agriculture et développement rural".

La Turquie en conflit avec un pays européen

Le génocide arménien de mars 1915, que refuse de reconnaître les autorités turques tout en admettant la mort de 300 000 Arméniens suite aux déportations (de 600 000 à 1,5 million selon les différents historiens), continue à crisper l'opinion internationale. Il s'instaure comme sujet de politique étrangère et les Européens pourraient demander sa reconnaissance en préalable à toute adhésion. Les Arméniens ne se compteraient plus que 70 000 dans le pays, dont la grande majorité à Istanbul, contre 2 millions au début du XXe siècle.

Autre minorité, les Kurdes (12 millions) implantés dans le sud-est du pays. Ce n'est que dans les années 90 que le fait ethnique kurde a été reconnu... Alors que, Turgut Özal, discret sur ses origines kurdes, exerçait la présidence du pays. Après une trêve de dix ans, la reprise de la lutte armée par le PKK (Parti des travailleurs kurdes considéré comme une organisation terroriste par l'Union européenne) contre le régime ravive les tensions entre les deux peuples. Les Kurdes luttent actuellement à la frontière turque contre l'Etat islamique. Les autorités turques refusent de les soutenir dans ce combat.

Le conflit chypriote se présente comme un gros grain de sable dans les négociations. Comment accueillir un pays en conflit larvé avec la Grèce sur le statut de Chypre. L'île méditerranéenne se trouve divisée entre une République de Chypre pro-grecque et une République turque de Chypre du Nord (RTCN) pro-turc. Ce, depuis juillet 1974 et la tentative d'annexion à la Grèce menée par les Chypriotes grecs avec le soutien du régime des colonels suivie d'une intervention turque. Cette séparation envenime les relations entre l'UE et la Turquie.

Lors de l'actualisation de l'union douanière en 2005, le ministre turc des Affaires étrangères annonçait qu'il refusait de l'appliquer à la République de Chypre pro-grecque. Tout simplement parce que la Turquie ne la reconnait pas. Et elle est bien la seule ! Tout comme l'ensemble des autres pays ne reconnaissent pas la RTCN. En 2014, la CEDH (Cour européenne des droits de l'homme) a même condamné la Turquie pour son action militaire.
Les Chypriotes des deux bords parlent aujourd'hui de plus en plus fort de réunification. Au grand dam des autorités turques, qui rappellent à chaque fois le montant de leur soutien financier à la RTCN.

Relance du processus d'adhésion

Malgré ces cailloux dans les chaussures qui mènent au chemin de l'adhésion, l'arrivée de la Turquie présenterait des avantages partagés. L'intérêt géo-stratégique d'intégrer la Turquie dans l'Union européenne reste indéniable. Aussi bien par la possibilité pour l'UE de disposer d'une frontière avec le Moyen-Orient pour augmenter son influence dans cette région, mais aussi pour permettre un contrôle de la Méditerranée occidentale et de la mer Noire. 

Le dossier des migrants l'a montré encore récemment avec deux accords, en novembre 2016 lors du sommet UE-Turquie et en mars 2016, entre l'Union européenne et la Turquie sur un plan d'action pour limiter le flot des arrivées en Europe. Avec l'assistance à l’accueil et à l’intégration des réfugiés en Turquie et la lutte contre les filières de passeurs, le renforcement du contrôle des frontières et la réadmission. En novembre 2015, Bruxelles mettait sur la table 3 mrds€ sur deux ans pour financer tout cela. Au coeur de l'accord figurait d'ailleurs mot à mot la "relance du processus d'adhésion" avec l'ouverture de nouveaux chapitres au premier trimestre 2016, l'instauration de sommets réguliers deux fois par an et l'accélération de la mise en œuvre de la feuille de route sur la libéralisation des visas. Ce dernier point concernant l'exemption de visa Schengen pour le ressortissants turcs se trouvait cependant conditionné à une réforme de la législation turque anti-terroriste. Et allait entraîner une nouvelle détérioration des relations entre les deux parties avec la démission du chef de la délégation européenne en Turquie.




Vendredi 24 Juin 2016



Lu 1491 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise