Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Turquie s'enfonce dans la dictature


Le gouvernement a bloqué aujourd'hui (4 novembre) les réseaux sociaux et fait arrêter les principaux responsables du troisième parti politique turc. Tous les opposants au président Erdogan sont menacés.



Le Président Erdogan conduit une forte répression sur tous ses opposants. (photo UE - A.Altan)
Le Président Erdogan conduit une forte répression sur tous ses opposants. (photo UE - A.Altan)
TURQUIE. Les chiffres de la purge engagée par le président Erdogan à la suite du coup d'Etat manqué du 15 juillet 2016 n'en finissent pas de grimper. Dernières victimes en date, les collaborateurs du journal d’opposition Cumhuriyet et 1 218 membres de la gendarmerie suspendus depuis le 1er novembre.
 
Vendredi 4 novembre 2016, la police a placé en détention onze députés, dont les deux coprésidents, du Parti démocratique des peuples. Ce parti pro kurde est la troisième force politique du pays avec 59 députés et 13% des voix aux dernières élections.
 
Au total, la purge a jusqu'ici concerné plus de 110 000 personnes qui ont perdu leur liberté , leurs biens ou ont été limogées de l'administration.
 
Près de 30 000 enseignants, 4 500 militaires, 4 000 universitaires, 2 000 journalistes, des milliers de juges et de procureurs ont été suspendus ou ont perdu leur travail. La quasi-totalité des médias d'opposition, soit une centaine de titres ont disparu. Le pouvoir a confisqué les biens de près de 500 entreprises.

Un second putsch

Tous les turcs ayant eu des relations de près ou de loin avec des organismes jugés pro Gülen sont inquiétés, qu'il s'agisse de clients la banque Asya, d'utilisateurs de l'application numérique ByLock ou du journal Zaman. Le simple fait d'avoir tenu des propos qui auraient pu inciter au coup d'État de juillet, c'est-à-dire en fait toute critique du gouvernement Erdogan ou des pratiques de corruption, est répréhensible par les tribunaux. La chasse aux sorcières concerne aussi bien les partisans de Gülen que les Kurdes, des syndicalistes, les militants de gauche ou les membres d'associations non gouvernementales de défense des droits de l'homme.
 
L'un des principaux partis d'opposition, le CHP, estime que les arrestations de ce matin constituent « un second putsch après celui du 15 juillet ». Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'Union Européenne, a fait part au gouvernement turc de « l'inquiétude de l'UE ».


Gérard Tur


Vendredi 4 Novembre 2016



Lu 1354 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise