Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Turquie privatise à tout va


En 2013, les privatisations représenteront quelque 20 mrds $ en Turquie. Un virage politique et stratégique pour une économie qui veut séduire l'étranger.



TURQUIE. Le ministre des Finances, Mehmet Simsek, l'a annoncé le 31 janvier 2013 : cette année, les privatisations représenteront quelque 20 mrds $ (14,9 mrds €).  Un virage politique et stratégique pour une économie qui veut séduire l'étranger.

Privatiser, d'abord dans l'énergie puis de plus en plus dans le tertiaire, reste une tendance relativement récente. La première vague date du début des années 1990 : « Ayant eu à instaurer des structures légales dignes de ce nom, les pays en voie de développement sont entrés dans l'ère de la privatisation plus tard que les pays capitalistes avancés, qui en disposaient déjà », explique Gaye Yilmaz, docteur en économie et ancienne enseignante à l'Université de Boğaziçi.

La dernière décennie du XX e siècle verra d'emblématiques sociétés du domaine public (le minerai de fer d'Erdemir ou encore le gaz de Tupras) passer dans le giron privé.

Pour l'économiste engagée, l'accélération des années 2012-2013 provient surtout d'une crise qui a su épargner la Turquie alors qu'elle affectait particulièrement ses voisins. « Je pense que le gouvernement croit rendre le pays plus compétitif pour attirer toujours plus d'investisseurs étrangers s'il commercialise ses services publics et ressources naturelles. »

Ainsi, près de 15 mrds € devraient entrer dans les caisses de l'État en 2013 selon le ministre des Finances avec les privatisations de la loterie nationale, TürkTelecom, les transports, la production et la distribution de l'énergie.


Effets et contre-effets

Le péage des ponts qui traversent le Bosphore  rapporte environ 314M€ par an. (Ph. C. Beuselinck-Doussin)
Le péage des ponts qui traversent le Bosphore rapporte environ 314M€ par an. (Ph. C. Beuselinck-Doussin)
Oui, la croissance économique de 2013 en bénéficiera mais « Il n'est pas évident de dire que disposer de plus d'investissements va automatiquement se répercuter sur le bien-être de la société en général. Malgré des taux de croissance en constante progression ces huit-dix dernières années, les effets sur les graphiques de l'emploi et du chômage demeurent minimes », poursuit Gaye Yilmaz.

D'autre part, il s'agit de savoir à qui profite le plus telle ou telle privatisation. En effet, le plus gros risque que prend un État lorsqu'il cède de son activité économique, c'est d'offrir à des acteurs du privé une situation de monopole.

C'est ce sur quoi Cemil Ertem, journaliste-écrivain souvent invité sur les grands plateaux pour ses analyses, préfère insister : le gouvernement ne doit pas privatiser dans la précipitation, doit éviter que les intérêts public et étatique ne soient « sacrifiés » par la bureaucratie car les conditions du marché n'auront pas été prises en compte et qu'un monopole privé viendrait simplement remplacer celui d'État.

Prônant un libéralisme ''de souche'', l'économie d'un pays qui se veut capitaliste doit pouvoir s'appuyer non pas uniquement sur « la récolte de l'impôt à ses citoyens » mais également sur l'impôt tiré « des gains et bénéfices des activités économiques […]. Ainsi seront préservés le marché, sa liberté d'accès comme la démocratie. »


Un report pour un record

Le 1er février 2013, Recep Tayyip Erdogan, premier ministre turc, annulait l'appel d'offres « Ponts et péages » et gaz d'Ankara, pourtant paraphé par toutes les parties, sans trop donner d'explications. En réalité, pour l'exemple le plus significatif, celui des "Ponts et péages", le report concernait un record dans l'histoire turque des privatisations : un consortium turco-malaisien avait acquis pour 4,3 mrds € la gestion de l'autoroute Edirne-Istanbul-Ankara et les péages des deux ponts qui enjambent le Bosphore, autant dire la voie royale Anatolie/Europe.

Des experts s'étaient alors accordés à chiffrer le tout pour 15 mrds € avec une gestion sur vingt-cinq ans. Pour les seuls péages des ponts, les onze premiers mois de l'année 2012 avaient engendré 314 M€ (740 MLira) de chiffre d'affaires soit la perspective d'engranger au moins 7,85 mrds € sur l'ensemble de la concession. Et encore, sans compter les péages de l'autoroute ! Le premier ministre semble avoir peu apprécié ce bradage et le trop grand écart entre la valeur estimée et le prix d'achat. "Nous devons revoir les propositions" insiste-t-il.

Cemil Ertem, plus prosaïque, y voit la patte d'un premier ministre sur ses gardes et bienveillant. D'une part quand il lutte ainsi contre la création de monopoles du privé sur d'anciennes chasses gardées publiques (l'économiste se demande ici dans quelle mesure la loi garantissant le cadrage des prix peut s'appliquer une fois l'entreprise privatisée) et d'autre part quand il fait fixer les objectifs de privatisations de 2013 sur « les bénéfices de 2012 contrôlés par le Trésor ».

Gaye Yilmaz se demande pourquoi le gouvernement revient cette fois-ci sur la question du prix plutôt bas pour cet appel d'offres alors que les précédents portaient également sur de très faibles estimations sans réaction... Serait-ce la traduction de tensions idéologiques qui peu à peu prennent forme au sein de l'AKP entre le président et son premier ministre ?


Clément Beuselinck-Doussin, à ISTANBUL


Mardi 19 Février 2013



Lu 2184 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise