Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Turquie confrontée aux sanctions économiques russes




L'absence des touristes turcs va lourdement peser sur l'économie Turque. Photo GT
L'absence des touristes turcs va lourdement peser sur l'économie Turque. Photo GT
TURQUIE. Les mesures de représailles russes prises à l'encontre de la Turquie pourraient peser sur une économie affaiblie. En effet, le taux de croissance annuel du PIB de 8% enregistré par Ankara entre 2010 et 2011 ne constitue plus qu'un lointain souvenir. Il reste positif, mais à « seulement » 2,9% en 2014, pour une inflation de plus du double (7%).


Recep Tayyip Erdogan a remporté les dernières élections en promettant la sécurité, la stabilité et une reprise de l'économie qui ferait passer son pays du 18e au 10e rang mondial. Pourtant, en dépit de la baisse des prix du pétrole, le pays a vu son déficit de ses comptes courants porté à 43 mrds €. Avec 2,2 millions de réfugiés qui lui auraient coûté 7 mrds €, la Turquie encaisse de plein fouet la crise syrienne. Le tourisme est en chute libre et ses exportations reculent.


C'est donc à un pays en difficulté que Vladimir Poutine s'attaque, en appuyant là où cela fait mal, l'économie. La Russie est le premier client de la Turquie. La Turquie lui achète 57% de son gaz et lui vend des produits agricoles, textiles, automobiles et chimiques. En 2014, La Turquie a conclu avec la Russie une cinquantaine de contrats dans le domaine de la construction, pour un montant de 3,7 mrds €.


Sous l'excuse de « violations répétées des normes russes par les producteurs turcs », la Russie a déjà décrété un embargo de fait sur ses importations de produits agricoles turcs. Un blocus déguisé qui devrait profiter au Maroc et à Israël, exportateurs des fruits et légumes.


A déjà deux reprises depuis la destruction de son Soukhoï 24, la Russie a demandé à ses ressortissants de quitter la Turquie et de ne plus y aller en vacances. Or avec 3,5 millions de touristes générant un peu plus de 4 mrds € de retombées, la Russie fait partie avec les Allemands des principaux clients du secteur turc du tourisme.


La Russie menace de prendre de nouvelles sanctions. La construction de la centrale nucléaire de Akkuyu et la pose du gazoduc TurkStream pourraient être retardées, voire annulées.


Gérard Tur


Vendredi 27 Novembre 2015



Lu 4077 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise