Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Tunisie s'embrase




TUNISIE. Alors que les manifestations prennent de l'ampleur de jour en jour, le gouvernement tunisien décrète un couvre feu nocturne dans tout le pays.

Le premier ministre tunisien Habib Essid a reconnu son impuissance vendredi 22 janvier à l'occasion d'une interview sur la chaîne France 24 : "Nous n'avons pas de baguette magique pour donner de l'emploi à tout le monde en même temps...Je comprends la réaction des gens, mais nous avons un héritage que nous devons gérer ». Il a écourté vendredi 22 janvier sa tournée européenne pour regagner un pays en pleine effervescence. Il doit réunir samedi 23 janvier une cellule de crise et un conseil des ministres exceptionnel, puis il s'exprimera à l'occasion d'une conférence de presse.

Cinq ans après la révolution tunisienne, rien ou presque n'a changé au niveau économique et donc sur le front de l'emploi. Pire, la situation s'est même dégradée avec un taux de croissance du PIB inférieur à celui de l'augmentation de la population et un taux de chômage officiellement de 15%, mais sans doute bien supérieur.

Immobilisme, incompétence d'une classe politique non formée et sortie de nulle part après une dictature qui a empêché l'éclosion d'une élite, effondrement d'un secteur vital, le tourisme, en raison d'un terrorisme qui a profité de la faiblesse de la Tunisie pour frapper...les raisons ne manquent pas pour expliquer la situation actuelle de la Tunisie. Sans espoir de voir leur situation s'améliorer, des milliers de jeunes sont partis combattre auprès des groupes terroristes en Syrie, en Irak ou en Libye.

Chez l'immense majorité qui sont restés, la colère montait depuis des mois. Elle explose depuis le décès d'un jeune chômeur samedi 16 janvier à Kasserine, pour atteindre une ampleur inconnue depuis la révolution de 2011. La banlieue de Tunis a connu durant la nuit du 21 au 22 janvier des violences qui se sont soldées par des dizaines de blessés, 16 personnes interpellées, le saccage d'une agence bancaire, de magasins...Dans le même temps, dans d'autres villes tunisiennes, les manifestants ont attaqué trois postes de police.

« au vu des atteintes contre les propriétés publiques et privées et de ce que la poursuite de ces actes représente comme danger pour la sécurité de la patrie et des citoyens », le ministère de l'Intérieur a décrété dans tout le pays un couvre-feu de 20h à 5h à partir de vendredi 22 janvier. L'armée a également été déployées dans tout le pays pour protéger les bâtiments publics et les sites sensibles (banques, magasins...).


Gérard Tur


Vendredi 22 Janvier 2016



Lu 4002 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise