Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Tunisie peine à digérer sa révolution


La Tunisie a organisé avec son Tunisia Investment Forum les 13 et 14 juin 2013 une opération de séduction en direction des investisseurs internationaux. Avec comme principal message aux plus de 1 500 hommes d'affaires présents un quasi-retour à la normale du pays et une sortie prochaine de la « période de transition ».



Le chef du gouvernement tunisien, Ali Larayed, se défend d'immobilisme. Photo G Tur
Le chef du gouvernement tunisien, Ali Larayed, se défend d'immobilisme. Photo G Tur
TUNISIE. Présent au Tunisia Investment Forum organisé les 13 et 14 juin 2013 à Gammarth (Tunisie), le chef du gouvernement tunisien, Ali Larayed, considère que son pays « a réalisé des progrès économiques, politiques et sociaux » et que son équipe a enregistré de bons résultats en 2012 avec « une croissance de 3,6%, un chômage qui passe de 18 à 16% et un déficit budgétaire lui aussi en baisse. »


« 2012 a été une année record en terme d'investissements étrangers. Les IDE (investissements directs étrangers) devraient représenter 3 000 millions de dinars tunisiens en 2013, ce qui nous aidera à atteindre les 4% de croissance espérés et à continuer de faire baisser le taux de chômage » se félicite le ministre du Développement et de la Coopération internationale Lamine Doghri, qui reconnaissent pourtant que « des efforts restent nécessaires en matière d'inflation et d'équilibre financier. »


Dans les faits, la Tunisie peine à redémarrer. L'avant-révolution constitue le seul repère réellement valable. Et là les chiffres sont cruels. Si le taux de croissance a presque atteint les 3,8% de 2010, les investissements directs étrangers passent de 2,4 milliards de dinars (6,5 milliards en 2005) en 2010 à 1,7 milliard en 2011 puis 1,9 milliard en 2012. « La Tunisie n'a pas retrouvé les flux d'avant la révolution » se désole Pekto Draganov, secrétaire général de la Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement).


La chute s'avère encore plus brutale dans le secteur du tourisme, essentiel pour la Tunisie. Le pays accueillait 7 millions de touristes étrangers en 2010 contre moins de 6 millions en 2012 (+24% par rapport à 2011, année catastrophique).


Un vaste chantier de réformes

Peu de touristes pour ce début de saison. Photo G Tur
Peu de touristes pour ce début de saison. Photo G Tur

De multiples facteurs expliquent le manque d'élan de la Tunisie. Tout d'abord une révolution ne se digère pas en deux ans. Surtout quand le régime précédent a pris soin d'empêcher l'émergence de cadres d'opposition. Hors micro, la plupart des experts et autres financeurs internationaux regrettent le manque d'interlocuteurs compétents en Tunisie. C'est toute une classe politique qui se forme actuellement avec comme conséquence des réformes économiques et une nouvelle constitution qui tardent à venir.


Seconde explication, tout aussi importante, la Tunisie a changé de système politique en pleine crise mondiale. Les 3,6 % de croissance ne suffisent pas compte tenu de la natalité tunisienne.... mais rendraient heureux la plupart des pays européens.


Enfin, l'élection d'un gouvernement islamique, l'agitation sociale et politique encore vive n'encouragent ni les investisseurs, ni les touristes à revenir.


« Nous menons un vaste chantier de réformes », se défend Lamine Doghri. « Elles permettront de faire passer la proportion d'investissements privés par rapport aux publics de 50 à 60%, puis nous l'espérons à 80% ». Simplification des démarches administratives, lutte contre la corruption, mise en place d'un réel droit des affaires réamorceront la pompe. Oui, mais quand ? « Les investisseurs doivent bénéficier de réformes le plus tôt possible », souligne Mark Bowman, Haut Représentant du G8 à la Présidence du Partenariat de Deauville. « Il s'agit notamment de combattre la corruption et de réduire tous les obstacles qui freinent les investissements directs étrangers. »


Ali Larayed affirme que le projet de constitution est terminé et que son gouvernement « le présentera à l'assemblée constituante avant la fin de l'année.» La haute instance indépendante chargée d'organiser les élections « libres et transparentes » pour fin 2013 devrait être présentée à l'assemblée constituante « très bientôt. » Le chef du gouvernement annonce « la présentation dans les prochaines semaines au conseil des ministres d'un code d'investissements. Nous travaillons également à la mise en place d'une décentralisation administrative et à la création d'une haute instance de l'investissement ». Ce guichet unique est destiné à faciliter l'installation de sociétés étrangères.



Gérard Tur, à GAMMARTH


Vendredi 14 Juin 2013



Lu 1208 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €


Commentaires

1.Posté par Imbert de Dion le 17/06/2013 15:24
Tout ceci est désespérant de lenteur calculatrice.....Mais n'est pas sans rappeler la "lenteur" française (pour ne pas dire plus !) qui fait que les deux pays sont finalement assez proches (au moins sur ce plan-là !)
Tout ceci serait à mourir d'ennui si, au bas de l'échelle certains n'en mouraient pas "tout-court"!

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise