Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Tunisie désespérement dans l'attente de réformes économiques


Quatre ans après la révolution, la Tunisie a passé d'importantes étapes politiques, en se dotant d'une Constitution et en menant à bien des élections. Mais les attentes économiques et sociales, leitmotiv des protestations populaires n'ont pas été comblées. Comment mener à bien des réformes dans ce secteur ? La première édition du “Tunis Economic Forum” a lancé des pistes de réflexion.



Le Tunis Economic Forum a dressé les priorités des réformes pour la Tunisie (photo IACE)
Le Tunis Economic Forum a dressé les priorités des réformes pour la Tunisie (photo IACE)

TUNISIE. “La note d'orientation du gouvernement sera connue mi-juin”, a annoncé Slim Chaker, ministre tunisien de l'Économie et des Finances, jeudi 12 mars 2015 à Tunis lors du Tunis Economic Forum. Soit un mois de plus qu'annoncé précédemment, puisque l'équipe ministérielle était censée remettre ses grands axes mi-mai 2015, après ses cent premiers jours de fonction. Il faudra finalement attendre le second semestre 2015 pour connaître son plan d'action détaillé.

Mais, la volonté d'engager de profonds changements dans le secteur économique demeure affichée. “Je suis là pour faire les réformes et je les ferai”, a promis le ministre. Pour lui, le constat est simple : “Il faut résoudre les problèmes du chômage et cela passera d'abord par une croissance inclusive. Il faut des investissements, des institutions et de la bonne gouvernance”. Reste à savoir comment ces différents chantiers seront abordés.


Organisé par l'Institut arabe des chefs d'entreprises (IACE), le Tunis Economic Forum avec comme thème "La mise en place des réformes : Urgences et méthodes" entendait bien les évoquer et surtout fixer des priorités.


La réforme de l'administration

"Je suis là pour faire les réformes et je les ferai" lance le ministre tunisien Slim Chaker (photo IACE)
"Je suis là pour faire les réformes et je les ferai" lance le ministre tunisien Slim Chaker (photo IACE)

Le diagnostic est là, nous avons besoin de résultats, d'actions concrètes”, souligne Ouided Bouchamaoui, présidente de l'Utica (Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat). Persuadée que “pour plus d'efficacité et de contrôle, il faut un changement au niveau de l'administration”, la patronne des patrons assure que la réforme administrative reste “la première chose à faire.”

Nous avons vécu un décalage énorme entre l'évolution du management du secteur privé et la gestion de l'entreprise pendant que l'Etat est resté immobile”, déplore Walid Bel Haj Amor, président du CTVIE (Centre tunisien de veille et d'intelligence économique). Le ministre de l'Économie et des Finances Slim Chaker semble dresser un constat similaire. Il insiste sur une meilleure mise en place des politiques de gestion des ressources humaines dans le secteur public, tout en reconnaissant que le pays “manque de compétences dans le domaine.

La réforme de l'administration, devrait aussi passer par un rééquilibrage. Le ministre reconnaît “un fossé énorme entre administrations régionales et pouvoir central.” Et de renchérir : “comment voulez vous qu'il y ait une qualité des services quand certaines administrations ont un ordinateur pour trois personnes ? ”.

Si nous réformons l’administration les gains de productivité seront énormes, nous pouvons facilement gagner 2 à 3% de croissance”, prédit Hédi Larbi, ancien ministre tunisien de l'équipement, de l'aménagement du territoire et du développement (de janvier 2014 à février 2015). Mais, dans le public du Tunis Economic Forum, certains s'interrogent toujours sur les risques de résistance au changement des fonctionnaires et le manque de vision ambitieuse du gouvernement. 


Réforme bancaire et financière

Ouided Bouchamaoui, présidente de l'Utica, demande des actions concrètes (photo IACE)
Ouided Bouchamaoui, présidente de l'Utica, demande des actions concrètes (photo IACE)

En parallèle de la réforme administrative, l'IACE appelle à réformer les secteurs bancaire et financier. “C'est la priorité car ,c'est le moyen de financer la croissance”, affirme Majdi Hassen, directeur exécutif. Ces réformes démarreraient, selon lui, par “des mesures pour les banques publiques et la mise en place d'une agence de gouvernance de la stabilité financière en Tunisie.”

Les étapes concrètes se font attendre en l'absence d'un plan de travail clair du gouvernement. “Je n'ai pas vu aujourd'hui de bonne analyse des coûts et bénéfices d'une réforme bancaire”, regrette Mustapha Kamel Nabli, président du North African bureau of economic studies et ex gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (de janvier 2011 à juillet 2012). “C'est fondamental, il faut dépasser l'aspect idéologique de cette question et déterminer ce que cela implique”, ajoute-t-il. 


A la recherche d'une méthode 

Face à la multiplicité des réformes économiques annoncées, Mustapha Kamel Nabli exhorte à “réformer la gouvernance des réformes.” Un constat partagé par l'Institut arabe des chefs d'entreprise qui en a fait un axe de son forum. Nous avons évoqué le problème de la méthode car nous n'avons pas l'impression que ce dialogue soit en train d'être mis en place”, explique Majdi Hassen, directeur exécutif de l'IACE. Et de conclure : “Le plan d'action du gouvernement n'est pas l'essentiel pour nous. Nous connaissons les problèmes de la Tunisie depuis longtemps. Il faut travailler sur la méthode de mise en œuvre, c'est l'essentiel”.

Majdi Hassen encourage le gouvernement à instaurer un dialogue et des organes spécifiques pour accompagner ces changements, par crainte que le consensus, souvent prôné, ne mène qu'à des “mesurettes et non pas des réformes profondes”.





Jeudi 12 Mars 2015



Lu 3182 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise