Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Tunisie dans l'impasse


L'annonce de la démission du premier ministre tunisien attendue mercredi 23 octobre 2013 n'est finalement pas intervenue. Ali Larayedh se contente d'accepter le principe de son départ alors que dans le même temps des islamistes tuaient six agents de la garde nationale à Sidi Ali Ben Aoun, près de Sidi Bouzid.



Ali Larayedh pose ses conditions pour renoncer à son poste de premier ministre.  (photo United Nations - Geneva, licence CC)
Ali Larayedh pose ses conditions pour renoncer à son poste de premier ministre. (photo United Nations - Geneva, licence CC)
TUNISIE. Chacun attendait mercredi 23 octobre l'ouverture du « dialogue national » et la démission du premier ministre de Tunisie, Ali Larayedh. La journée a accouché à la place de manifestations de l'opposition, du meurtre de six agents de la garde nationale à Sidi Ali Ben Aoun, et de vagues promesses de départ sans calendrier précis d'Ali Larayedh.

Après avoir retardé à plusieurs reprises sa prise de parole, le leader islamiste d'Ennahda s'est finalement, en début de soirée, prononcé favorablement  "au principe de renoncer au gouvernement dans le cadre de la complémentarité des différentes phases de la feuille de route."

Cette dernière prévoit la nomination d'un nouveau premier ministre indépendant de tous partis politiques une semaine après le démarrage du dialogue, puis la formation d'un gouvernement de technocrates deux semaines plus tard. Dans le même temps, l’opposition et Ennahda doivent terminer la nouvelle constitution, rédiger une loi électorale et constituer la structure responsable de l'organisation des futures élections.

Blocage

Le « renoncement » d'Ali Larayedh pourrait donc prendre un certain temps, voir un temps certain car la situation est complètement bloquée. Le "dialogue national" qui devait s'ouvrir mercredi 23 octobre 2013 n'a toujours pas commencé car la déclaration avec cinq heures de retard d'Ali Larayedh a empêché la tenu de la réunion.
 
En dépit d'une très forte pression de la rue, des milieux économiques et de l'opposition, Ali Larayedh conserve pour l'instant son fauteuil de premier ministre et se garde bien de donner une date précise de son départ.

La Tunisie semble plus que jamais dans l'impasse.


Gérard Tur


Jeudi 24 Octobre 2013



Lu 1828 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise