Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Syrie s'enfonce dans le chaos


Plus de 200 morts et rien n'indique que ce décompte macabre soit arrivé à son point culminant. Les manifestations se poursuivent et même s'amplifient en Syrie. La répression aussi.



La Syrie semble s'engager sur la voie de la Libye. Photo DR
La Syrie semble s'engager sur la voie de la Libye. Photo DR

SYRIE. Lundi 18 avril 2011, la ville de Homs a encore vue défiler des milliers de syriens réclamant le départ de président Bachar al Assad, au pouvoir depuis onze ans. Une manifestation organisée à l'occasion de l'enterrement de huit victimes de tirs de la police syrienne dimanche 17 avril 2011. A quelques kilomètres de là, un millier de personnes est également descendu dans les rues de Djisr al Choughou.

A Alep, à Soueïda, à Hirak, à Banias, à Deraa, dans tout le pays maintenant, la population brave la police et les miliciens pour demander « la liberté ». Même la capitale Damas, jusqu'à présent calme, commence à bouger.

Dimanche 17 avril 2011 a été une journée d'affrontements, après la mort en prison de Bader Abou Moussa, un chef de la tribu Faouara, arrêté quelques jours plus tôt pour avoir défilé dans les rues. Tire à balles réelles, assassinats, lynchages, la violence va crescendo, alimentée par un pouvoir qui entend mater toute contestation.


Bain de sang en perspective

Avec, seulement pour dimanche 17 avril 2011, huit morts à Homs, quatre à Talbiseh....le discours télévisé de Bachar al Assad de la veille et la nomination d'un nouveau gouvernement jeudi 14 avril 2011 n'ont pas modifié la donne. Le président a pourtant promis de lever l'état d'urgence proclamé voici quarante-huit ans par son père. Mais il n'a pas dit un mot des revendications portant sur le démantèlement du régime policier et la mise en place du multipartisme. Pire, il a annoncé la mise en place de nouvelles mesures « anti-terroristes » pour lutter contre ce qu'il considère comme « un complot » venant de l'étranger.

Après la Libye et le Yemen, il semble que le printemps arabe soit en voie d'accoucher d'un troisième bain de sang. Les tours opérateurs européens ont d'ailleurs stoppé toute activité en Syrie. Ainsi, en France, le Ceto (Centre d'Etudes des Tours Opérateurs) a suspendu les départs vers cette destination.



Gérard Tur


Mardi 19 Avril 2011



Lu 1387 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte


Commentaires

1.Posté par dlauren le 19/04/2011 16:54
BEYROUTH, iloubnan.info - Le 18 avril 2011
Le quotidien libanais Al Akhbar a révélé la semaine dernière un câble de Wikileaks montrant comment Hariri avait envisagé de renverser le régime de Bachar el Assad et de le remplacer par un gouvernement d'opposition formé par l'ancien vice président Abdel Halim Khaddam et les Frères Musulmans.
L'information confirme les théories des autorités syriennes qui accusent aujourd'hui directement le Courant du Futur (de Saad Hariri) d'interférer dans les affaires du pays et les manifestations qui secouent la Syrie, réclamant plus de libertés, depuis la mi mars.. En fait le plan de renverser Assad et de le remplacer par une alliance entre Khaddam et les Frères musulmans était bien réel, mais il date de 5 ans, de 2006 plus précisément.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise