Econostrum
pub

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

La Macif s’implante en Algérie via la SAPS


L'obtention de son agrément permet à la Macif d'arriver sur le marché algérien de l'assurance en y créant la première compagnie d'assurances de personnes.



Amara Latrous, pdg de la SAA et président de l'UAR (photo AB)
Amara Latrous, pdg de la SAA et président de l'UAR (photo AB)
ALGÉRIE. La Société d'assurance, de prévoyance et de santé (SAPS) est la première compagnie d'assurances de personnes en Algérie. Créée en partenariat par le groupe français Macif, la SAA, la BDL et la BADR, elle a obtenu le 10 mars 2011 du ministère des Finances l'agrément pour son fonctionnement.

Le démarrage effectif des ventes de produits de la SAPS interviendra avant le 30 juin 2011 a déclaré à econostrum.info Amara Latrous, pdg de la SAA et président de l'Union algérienne des assurances et réassurances (UAR). 

Nous sommes en train de finaliser les produits. Nous sommes en pleine organisation pour le démarrage de la société qui sera effectif avant le 30 juin 2011. Pour le moment, les produits d’assurances de personnes sont vendus dans plus de 200 guichets via les agences SAA, les guichets de la BADR et ceux de la BDL qui font de la bancassurance avec nous " précise-t-il. 

Pour rappel, la SAPS est dotée d'un capital social de 1 mrd de dinars algériens (9.84 M€), soit le double de ce que prévoit la loi. Il est détenu à 41% par la Macif , alors que les 59% de la partie algérienne sont répartis entre la SAA (34%), la Banque d'agriculture et de développement rural (BADR) avec 10% et la Banque de développement local
(BDL) avec 15%.

La création de cette filiale d'assurance vient en application de la loi 06-04 sur les investissements, qui a accordé aux compagnies d'assurances un délai de cinq ans, jusqu'à mars 2011, pour procéder à la séparation effective des assurances des personnes et de celles des dommages.

Le délai du 11 mars 2011 a été prorogé au 30 juin 2011 afin de permettre aux autres compagnies d'assurances de boucler les négociations qu'elles mènent actuellement avec d'autres partenaires étrangers.

En effet, seules trois compagnies publiques (SAA, CAAR et CAAT) ont réussi à mener à terme leurs négociations dans les délais initialement impartis.

L’assurance de personnes peu développée en Algérie

La branche assurance des personnes peine à se développer en Algérie. Elle ne représente que 10% de la production globale du secteur des assurances, contre cinq à six fois plus dans les pays développés. 
Interrogé sur le manque d’intérêt des Algériens pour ce type de produit, Amara Latrous explique à econostrum.info que " les Algériens ne sont pas friands des produits d’assurances-vie car là où cela fonctionne, les Etats ne sont pas aussi généreux que le nôtre. En Algérie, la retraite s’élève à 80% du salaire des cinq dernières années, alors qu’ailleurs, on accorde le minimum. D’autre part, les Algériens ont tendance à penser que la retraite qu’ils percevront sera suffisante. Ils ne tiennent pas compte de l’érosion de leur pouvoir d’achat et de l’inflation car ils espèrent toujours bénéficier de la solidarité familiale."


Lire aussi : Gérard Andreck, président de la Macif : \"L’Algérie est notre dossier le plus important hors Europe\"
La Macif prépare son implantation en Algérie


Amal Belkessam, à ALGER


Mercredi 30 Mars 2011



Lu 3387 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 22 Juillet 2014 - 16:55 BBVA acquiert Catalunya Banc


Commentaires

1.Posté par said le 04/04/2011 08:45
"1 mrd de dinars algériens (9.84 M€), soit le double de ce que prévoit la loi." Non, la loi prévoit justement 1 md de DA

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertTurquie : les risques assumés de l’option kurde
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
L’accélération brutale de la crise au Proche Orient avec l’exportation du conflit syrien en Irak, a deux conséquences pour la Turquie...

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL’économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d’acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d’Algériens.

avis d'expertLa diaspora maghrébine : un potentiel économique à exploiter pour favoriser le développement économique de la région méditerranéenne
 
Amal Chevreau, responsable du pôle Etudes d'Ipemed
La circulation des personnes constitue la quatrième dimension de la mondialisation, aux côtés de celle des marchandises, des flux financiers et de l'information...
 

Autres avis d'experts