Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La Ligue arabe et la Turquie veulent protéger les civils syriens, sans intervention étrangère




SYRIE / LIGUE ARABE / TURQUIE / FRANCE. La réunion extraordinaire du forum de coopération arabo-turc qui s'est tenue à Rabat au Maroc, ce mercredi 16 novembre 2011, a débouché sur un communiqué appelant à protéger les civils de la répression en Syrie. En parallèle, la France a rappelé son ambassadeur en Syrie.

Entérinant la suspension de la Syrie des activités de la Ligue arabe, la Turquie et l'organisation panarabe ont appelé à l'adoption de "mesures urgentes pour protéger les civils". Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a souligné qu'il fallait "tout faire pour arrêter l'effusion de sang". L'organisation souhaite également envoyer 500 observateurs en Syrie.

Néanmoins, malgré ce durcissement de ton à l'égard de Damas, la Turquie, tout comme les pays membres de la Ligue arabe, se sont déclarés opposés à une intervention étrangère en Syrie. "Les ministres ont également insisté sur l'importance de la stabilité et l'unité de la Syrie, et la nécessité de trouver un règlement à la crise, sans aucune intervention étrangère", dit le communiqué.

Damas, qui était invité initialement à la rencontre de Rabat, l'a finalement boycottée.

La France rappelle son ambassadeur

Quelques minutes après l'annonce de ce communiqué, des manifestants pro-Assad ont attaqué l'ambassade du Maroc à Damas, à coups de pierre et d'oeufs, avant d'en abaisser le drapeau. Des scénarios similaires s'étaient déjà produits à l'encontre des représentations turques, françaises et saoudiennes durant le week-end.

Précédemment alliée de Damas, la Turquie accumule les déclarations hostiles à son voisin depuis quelques jours. Son ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a estimé au sortir de la réunion, que la Syrie risquait "l'isolement" pour ne "pas avoir respecté les promesses faites à la Ligue arabe".

Plus tôt ce mercredi, il avait déclaré que le "régime syrien va payer très cher ce qu'il a fait", devant des journalistes.

En parallèle, le ministre des Affaires étrangères français, Alain Juppé, a annoncé mercredi 16 novembre 2011 le rappel de l'ambassadeur français à Damas, Eric Chevallier, ainsi que la fermeture des consulats d'Alep et Lattaquié. Ces représentations avaient été prises pour cibles par des manifestants le week-end dernier.
Alain Juppé doit se rendre en Turquie jeudi 17 novembre 2011 et vendredi 18 novembre 2011 pour y évoquer la crise syrienne.

Lire aussi : La Syrie de plus en plus isolée




Mercredi 16 Novembre 2011



Lu 1474 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise